LA FABRIQUE DE L'HISTOIRE

LA FABRIQUE DE L'HISTOIRE

France

Mieux comprendre quotidiennement le lien étrange qui nous unit au passé

Episodes

Mémoires des colonisations (4/4) : Les mémoires coloniales et l’imaginaire historique  

durée : 00:52:43 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Quatrième temps de notre semaine dédiée aux mémoires coloniales aujourd'hui le débat historiographique autour de la mémoire et de l'imaginaire historique des colonisations.

« Il nous faut Madagascar !» au microlycée 94 à Vitry (1)  

durée : 00:06:37 - La fabrique de l'histoire - par : Séverine LIATARD - Un nouvel épisode de notre feuilleton sur la Fabrique de l'histoire scolaire

Mémoires des colonisations (3/4) : Le Congo Belge et ses mémoires  

durée : 00:52:16 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Troisième volet aujourd'hui de notre semaine consacrée aux mémoires des colonisations. Trois invités autour de la table pour parler de la colonisation belge au Congo.

Mémoires des colonisations (2/4) : Deutscher Kolonialismus  

durée : 00:51:55 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Une balade dans l'exposition "Deutscher Kolonialismus" au Deutsches historisches Museum de Berlin. Un documentaire de Victor Macé de Lépinay réalisé par Anne Fleury

Les accords de Gdansk  

durée : 00:06:27 - La fabrique de l'histoire - par : Anaïs Kein - Un nouvel épisode de notre feuilleton sur la Guerre Froide aujourd'hui les accords de Gdansk

Mémoires des colonisations (1/4) : Virilité et décolonisation  

durée : 00:51:48 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Une nouvelle semaine commence ce matin avec une programmation dédiée à la mémoire coloniale de l'Europe. Nous commençons avec un grand entretien avec Todd Shepard.

Les formes chrétiennes de la violence en Occident  

durée : 00:52:57 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Rendez-vous ce matin avec l'actualité en histoire, nous parlons du livre de Philippe Buc "Guerre sainte, martyre et terreur", puis Romain Huret vient nous parler des tribunes publiées par certains historiens américains sur la politique de Donald Trump

LA FABRIQUE DE L'HISTOIRE 16.03.2017  

durée : 00:51:56 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin

Episode 22 : Portrait d’Aleth Briat, enseignante d’histoire en 1956  

durée : 00:06:39 - La fabrique de l'histoire - par : Séverine LIATARD - Aujourd'hui, un épisode consacré au parcours de l'enseignante Aleth Briat qui a débuté sa carrière dans l'Education nationale en 1956 et est actuellement toujours active, notamment, au sein de la Fondation de la résistance.

Histoire des remèdes et des médicaments (3/4) : La médecine populaire  

durée : 00:52:41 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Une émission d'archives consacrée à la médecine populaire.

Des simples et des mélanges, l’herboristerie sous certificat  

durée : 00:52:38 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Le syndicat des Simples revendique aujourd’hui environ 600 paysans-herboristes, qui perpétuent les savoirs et les usages de cette pratique empirique, datant des temps les plus anciens. Un documentaire de Franck Thoraval et Anne Fleury.

Episode 67 : la chute de Saïgon et la fin de la guerre du Vietnam  

durée : 00:06:42 - La fabrique de l'histoire - par : Anaïs Kein - Au printemps 1975, l’armée populaire vietnamienne s’empare de la ville de Saïgon et met ainsi fin à vingt ans de guerre au Vietnam, et à l’un des foyers de guerre froide.

histoire des remèdes et des médicaments (1/4) : Une histoire des plantes médicinales  

durée : 00:53:04 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - En ouverture de cette semaine, nous évoquerons avec Samir Boumedienne l'histoire des plantes médicinales du Nouveau Monde à l'occasion de la parution de son livre "La colonisation du savoir".

Ecrire l’histoire des femmes et du genre aujourd’hui (4/4) : Une encyclopédie du genre  

durée : 00:52:19 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Dernier volet de notre semaine consacrée à l'histoire des femmes et du genre. Aujourd'hui quatre invitées autour de l'ouvrage "Encyclopédie critique du genre" . Un ouvrage construite à partir de trois domaines: le corps, la sexualité et les rapports sociaux. Une émission co\-animée par Séverine Liatard

Histoire d'un parachutage difficile: la campagne municipale de Michel Delebarre à Dunkerque en 1989  

durée : 00:06:40 - La fabrique de l'histoire - La série « Le Baron noir », diffusée sur Canal Plus l’an dernier, dans laquelle le comédien Kad Merad alias Philippe Rickwaert campe le rôle de député\-maire socialiste de Dunkerque a pu faire penser à certains que les scénaristes s’étaient inspirés de Michel Delebarre, qui fut pendant 16 ans, jusqu’à sa défaite aux municipales de 2014, le leader incontesté de la politique dunkerquoise. Tout oppose pourtant le héros de fiction Philippe Rickwaert et Michel Delebarre. Le « Baron noir » est à la fois un apparatchik et un élu de terrain enraciné dans sa ville comme le suggère d’ailleurs son patronyme 100% flamand, plus proche du monde ouvrier que du milieu patronal local. Rickwaert apparaît moins comme un homme de dossier que comme un habile manœuvrier qui ne recule devant aucun mauvais coup pour devenir enfin ministre. Michel Delebarre est la figure strictement inversée de Philippe Rickwaert. Il n’a pas attendu d’être député\-maire pour devenir ministre, mais c’est largement parce qu’il est ministre en exercice, comme on va le voir, qu’il a conquis, en 1989, la mairie de Dunkerque. La trajectoire politique de Michel Delebarre éclaire en fait ce type de carrière politique propre à la Ve République, que les politistes ont pris l’habitude de qualifier de carrière inversée, celle qui commence par les sommets de l’Etat avant de se poursuivre par la conquête et le cumul de mandats locaux. S’il n’est pas un haut fonctionnaire d’Etat, Michel Delebarre est bien en effet un technocrate. Géographe de formation, il est devenu au début des années 1970, le directeur de cabinet de Pierre Mauroy à la mairie de Lille, puis au Conseil régional et enfin à Matignon en 1981. C’est Pierre Mauroy qui l’impose comme ministre après son départ du gouvernement en 1984 aux Affaires sociales et à la formation professionnelle. Débute alors une carrière qui le conduit à intervenir fréquemment dans les médias dont il devient l’une des coqueluches . Son entrée en politique électorale débute elle aussi par le haut. C’est grâce au scrutin proportionnel, qui entre en vigueur en 1985, qu’il est élu député du Nord pour la première fois en 1986, en même temps que conseiller régional. Il devient dans la foulée le 1er vice\-président de la nouvelle collectivité élue au suffrage universel. En quête d’un territoire électoral, dans la perspective des élections législatives de 1988, de nouveau au scrutin majoritaire, il est contraint d’abandonner l’agglomération lilloise, où l’horizon est passablement bouché, et il se tourne alors vers Dunkerque, après avoir obtenu le soutien du vieil Albert Denvers, le « boss » local, issu de la SFIO, maire de la riche commune « nucléaire » de Gravelines et surtout inamovible président de la communauté urbaine de Dunkerque depuis sa création en 1969. Elu député d’une circonscription qui ne regroupe qu’un tiers de la ville de Dunkerque, il entreprend alors de partir à la conquête de la ville centre. Une lecture sociologique sommaire pourrait laisser croire que sa victoire était largement prévisible. Ville très ouvrière, du fait de ses activités portuaires et sidérurgiques, ville qui vote à gauche aux élections nationales, Dunkerque peut sembler a priori un terrain n’offrant aucun obstacle au parachutage d’un socialiste aussi capé. Mais la ville est solidement tenue depuis 23 ans par un maire de droite Claude Prouvoyeur qui met très peu en avant son étiquette politique et qui va offrir une résistance imprévue. S’il est vieillissant (62 ans) et s’il doit faire face à une situation économique difficile depuis la fermeture en 1984 des chantiers navals, qui s’est traduite par la perte de près de 3000 emplois, sa proximité avec la population, son omniprésence dans la vie locale, sa bonhomie et sa disponibilité, sans oublier bien sûr tous les liens de clientèle et de fidélité qui se sont tissés au cours des ans, lui fournissent des ressources appréciables. C’est en jouant donc à fond l’image de la jeunesse, de la compétence et sur

L'imaginaire historique d'Emmanuel Macron  

durée : 00:52:21 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Emmanuel Macron, candidat à la présidentielle, président de « En Marche! », es ’invité exceptionnel d’Emmanuel Laurentin dans la Fabrique de l’histoire. Tout au long de cet entretien, nous essaierons de comprendre comment l'histoire peut nourrir un acte politique.

L’atelier sceaux médiévaux aux Archives nationales (3)  

durée : 00:06:29 - La fabrique de l'histoire - par : Séverine LIATARD - Un nouvel épisode de notre feuilleton sur l'histoire scolaire

Ecrire l’histoire des femmes et du genre aujourd’hui (3/4) : Rosalie Jullien, une "écrivassière" engagée sous la Révolution française  

durée : 00:52:00 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Troisième volet de notre semaine consacrée à l'histoire des femmes et du genre, ce matin Rosalie Jullien "une écrivassière" engagée sous la Révolution française

Ecrire l’histoire des femmes et du genre aujourd’hui (2/4) : Balade radiophonique dans l'exposition "Présumées coupables"  

durée : 00:52:50 - La fabrique de l'histoire - par : Emmanuel Laurentin - Aujourd'hui une balade radiophonique enregistrée dans l'exposition « Présumées coupables » aux Archives Nationales par Séverine Liatard et Françoise Camar

L’indépendance de l’Angola et la Guerre froide  

durée : 00:06:41 - La fabrique de l'histoire - par : Anaïs Kein - Un nouvel épisode de notre feuilleton sur la guerre froide

0:00/0:00
Video player is in betaClose