Episoder

  • 00:22:17

    L'art d'aimer d'Ovide

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    L'art d'aimer d'Ovide n'est pas un livre comme les autres. En effet, l'auteur offre à ses lecteurs un ars de la séduction qui reste d'une profonde actualité. Pourtant, Ovide était avant tout un homme du droit puisqu'il fut juge. Mais sa carrière ne le passionne guère. Il consacre son temps de l'otium à l'écriture. L'art d'aimer est une de ses oeuvres les plus connues. Au cours de cette émission, Virginie Girod nous la présente. Interrogée par Christophe Dickès, elle répond aux questions suivantes:

    - Qui était Ovide?
    - Qu'est-ce que l'Otium à l'époque antique?
    - Quel a été sa vie conjugale et amoureuse?
    - Pourquoi a t'il été assigné à résidence par Auguste?
    - Son oeuvre était-elle dérangeante pour l'époque?
    - Existe t'il un art de séduire chez Ovide?
    - Quelle est la place de la femme dans son oeuvre?
    Notre professeur: Docteur en histoire, Virginie Girod a travaillé sous la direction de Yann Le Bohec. Elle est spécialiste de l’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité romaine. En 2013, elle publie un ouvrage très remarqué: Les Femmes et le sexe dans la Rome antique qui a été réédité dans la collection de poche Texto des éditions Tallandier. Chez Tallandier, elle est aussi l’auteur d’une biographie consacrée à la mère de l’empereur Néron, Agrippine la Jeune et à l’impératrice Théodora. L'Art d'aimer est disponible dans une édition des Belles Lettres intitulée de l'amour et comprenant aussi Les Amours et Les remèdes de l'Amour.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:47:39

    Le sous-marin d'Alexandre - La mer au Moyen-Âge

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    Au XIIe siècle, dans le Roman d’Alexandre, un chroniqueur mettait en scène l’ancien roi de Macédoine, prêt à explorer les fonds marins. A cette époque, Alexandre le Grand bénéficiait d’une grande popularité: il était le héros de nombreuses fictions médiévales relatant autant son parcours que ses conquêtes orientales. La figure du chevalier vertueux mais aussi belliqueux. Si bien que le monde connu, c’est-à-dire le monde terrestre, le monde horizontal, n’avait plus de secret pour lui. Il s’agissait donc désormais de transgresser les espaces par une descente cette fois verticale, vers le fond des mers. Alexandre est ainsi représenté dans ce que nous appellerions un bathyscaphe ou un sous-marin aux parois translucides. Mais quand nos yeux contemporains pourraient voir en lui une sorte de préfiguration de Jules Verne, le regard médiéval considérait lui que la curiosité était aussi un moyen de réfléchir sur soi-même, la possibilité d’acquérir autant le savoir que la sagesse. Alexandre, dans son sous marin translucide éclairait le milieu qui l’entourait mais, personnage d’exception, il était par ailleurs le seul capable de discerner la réalité de ce nouveau monde… Storiavoce vous propose de découvrir comment la mer était perçue à l’époque médiévale. Présente dès les premières pages de la Genèse, elle est un espace central dans la géographie et dans l’économie de cette époque. Mais elle reste aussi un univers fantasmé avec ses monstres, ses mystères et ses secrets… tant et si bien qu’elle devient un personnage incontournable de la littérature médiévale. Le groupe de chercheurs en Histoire médiévale Questes s'est penché sur ces perceptions, ces représentations mais aussi sur la réalité du monde maritime dans Le Bathyscaphe d'Alexandre. Pauline Guéna, un des auteurs de l'ouvrage, répond ici aux questions de Christophe Dickès.

    L’invitée: doctorante en Histoire médiévale à Paris IV Sorbonne (direction d’Elisabeth Crouzet-Pavan), Pauline Guéna enseigne en cours de licence (ATER). Elle est co-auteur avec Florian Besson, Catherine Kikuchi et Annabelle Marin, d’Actuel Moyen-Âge – Et si la modernité était ailleurs? paru chez Arkhé édition. Elle anime le site Actuel Moyen-Âge. Membre du groupe de chercheurs médiévistes Questes, elle a participé au livre Le bathyscaphe d'Alexandre, l'homme et la Mer au Moyen-Âge paru aux éditions Vendémiaires.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • Manglende episoder?

    Klik her for at forny feed.

  • 00:15:52

    Tacite était-il un romancier inavoué?

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    Pendant des siècles, Tacite a été considéré comme le plus grand historien de l'époque romaine. Si bien que la perfection littéraire de son oeuvre a fait passer celle de Suétone et de ses Douze Césars comme bien fade. Au cours de cette émission, Virginie Girod nous explique comment Tacite et ses fameuses Annales sont aujourd'hui reconsidérés par les historiens. Interrogée par Christophe Dickès, elle répond aux questions suivantes:

    - Qui était Cornélius Tacite?
    - D'où vient le titre des Annales?
    - En quoi Tacite reste t'il un des plus grands historiens de l'Antiquité?
    - Existe t'il une part de dramaturgie dans l'oeuvre de Tacite?
    - En quoi la mort d'Agrippine est un exemple d'une mise en scène théâtrale?
    - A t'il favorisé la beauté du texte au détriment des faits?


    Notre professeur: Docteur en histoire, Virginie Girod a travaillé sous la direction de Yann Le Bohec. Elle est spécialiste de l’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité romaine. En 2013, elle publie un ouvrage très remarqué: Les Femmes et le sexe dans la Rome antique qui a été réédité dans la collection de poche Texto des éditions Tallandier. Chez Tallandier, elle est aussi l’auteur d’une biographie consacrée à la mère de l’empereur Néron, Agrippine la Jeune et à l’impératrice Théodora. Les émissions avec Virginie Girod sont accessibles ICI. L’édition des Annales est disponible aux Belles Lettres.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez-nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:45:27

    Vrais escrocs et faux Napoléon

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    Depuis les débuts de Storiavoce, nous nous employons entre autres choses à expliquer les permanences de l’Histoire. Par exemple, nous avons reçu à ce micro la jeune historienne Pauline Guéna du groupe Actuel Moyen Age qui vise précisément à révéler ces permanences entre l’histoire médiévale et notre époque contemporaine, dans le but évident de sortir la période des clichés habituels dont elle pâtit. Nous souhaiterions aujourd’hui emprunter le même chemin mais à travers un exemple plus récent: celui de Napoléon. Depuis le développement des réseaux sociaux, l’information sur Internet a produit un phénomène nouveau que l’on appelle communément les fakenews. Or, les années 1815 et suivantes eurent aussi leur lot de fausses informations et surtout de vrais escrocs. Storiavoce vous propose aujourd’hui de partir à la découverte de ces Faux Napoléon qui, dans les mois suivants l’exil à Sainte-Hélène, apparurent dans la France de la Restauration. Qui furent d’abord ces hommes qui se firent passer pour l’ancien empereur ? Comment expliquer la crédulité de la population à leur égard ? Surtout, que va faire le nouveau régime face à ce phénomène ? Et enfin, comment interpréter ce phénomène afin de mieux saisir la réalité politique et sociologique de la Restauration, c’est ce que nous propose de voir l'historienne Nathalie Pigault. Elle est interrogée par Christophe Dickès.
    ______________________________________
    L'invité: Historienne de formation, ancienne élève de l'université Paris IV-Sorbonne, Nathalie Pigault est aussi diplômée de Sciences politique. Elle est l'auteur du livre Les Faux Napoléon 1815-1823, préface de Jean Tulard, CNRS Editions (237 pages, 20€).
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:20:47

    Suétone ou l'art du biographe

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    A l'ombre du grand Tacite, Suétone et ses douze Césars ont longtemps était déconsidérés par la critique. Depuis plusieurs années maintenant, l'historien est réhabilité et bénéficie d'un regard renouvelé. Au cours de cette émission, Virginie Girod nous explique comment les historiens ont su retrouver dans les Douze Césars une source incomparable. Interrogée par Christophe Dickès, elle répond aux questions suivantes:

    - Qui était Caius Suétonius Tranquillus? Quel fut son parcours à Rome?
    - En quoi ses écrits différents-il de ceux de Tacite?
    - Quelle fut la méthode de travail de Suétone?
    - Pourquoi a t'on tant attendu avant de poser un regard nouveau sur les textes de Suétone?
    - Quelle est la place de la superstition dans son oeuvre et chez le personnage?
    - Quel est l'apport essentiel de son oeuvre?
    ------------------------------
    Notre professeur: Docteur en histoire, Virginie Girod a travaillé sous la direction de Yann Le Bohec. Elle est spécialiste de l’histoire des femmes et de la sexualité dans l’Antiquité romaine. En 2013, elle publie un ouvrage très remarqué: Les Femmes et le sexe dans la Rome antique qui a été réédité dans la collection de poche Texto des éditions Tallandier. Chez Tallandier, elle est aussi l’auteur d’une biographie consacrée à la mère de l’empereur Néron, Agrippine la Jeune et à l'impératrice Théodora.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:49:30

    Massacre à la Romaine

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    A la fin de l’année 43 avant Jésus Christ, en entrant dans Rome, les triumvirs Octave, Marc-Antoine et Lépide édictèrent une proscription qui inaugura l’exécution de centaines de citoyens romains. A cette époque, le fameux Cicéron dont le nom fut inscrit très tôt sur les listes de condamnés à mort, ne résidait pas à Rome. Après avoir échappé à ses poursuivants, il fut finalement trahi et égorgé. Sa main coupée fut envoyée à Marc-Antoine, tout comme sa tête qui fut exposée avec toutes les autres sur le forum, là même où Cicéron avait prononcé des discours dont plusieurs Philippiques. La proscription de 43 fait partie de ce qu’on appelle les massacres de la République. Un mot anachronique puisque issu de l’ancien français, il ne prend tout son sens que bien plus tard, pendant les Guerres de religion de la France du XVIe siècle. D’ailleurs, ce sont Machiavel mais aussi Nietzsche qui ont sollicité l’expérience romaine afin "d’élaborer leurs réflexions sur la férocité, source d’une énergie conquérante, stimulée par la nécessité… " Qu’ils soient réalisés dans le cadre d’un conflit militaire ou d’une guerre civile, ces moments de férocité offrent les mêmes spectacles de désolation, de trahison, de délation parfois, de peur, jusqu’à l’horreur parfois. Avec l'historienne Nathalie Barrandon, Storiavoce vous propose de découvrir comment l’histoire se construit aussi dans la violence à une époque bien particulière, celle de la République romaine. Elle est interrogée par Christophe Dickès.

    Notre invité: Maître de conférences en histoire romaine à l'université de Nantes et membre du CRHIA, Nathalie Barrandon est spécialiste de la République romaine. Elle a publié plusieurs livres sur le gouvernement de l'Empire romain, dont De la pacification à l'intégration des Hispaniques (133-27 a.C.) en 2011. Elle étudie également la vie politique au dernier siècle de la République romaine, entre crises politiques et guerres civiles. Elle travaille actuellement sur la transgression en temps de guerre. Elle est l'auteur du livre Les massacres de la République romaines (Fayard).

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:37:01

    Nicolas II: journal intime d'un condamné.

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    Dans la nuit du 16 au 17 juillet 1918, vers trois heures du matin, le tsar Nicolas II, son jeune fils Alexis et l'ensemble de la famille impériale sont assasinés sauvagement au sous-sol de la maison Ipatiev, dans la ville d'Iekaterinbourg en Russie orientale. Leurs corps sont ensuite transportés, démembrés, brûlés et passés à l'acide pour être finalement ensevelis, pour une partie dans un puit de mine et pour l'autre dans la forêt... "Le monde ne saura jamais ce que nous avons fait d'eux" se vanta le camarade Voïkov, du groupe des Tchékistes chargés par Moscou d'exécuter les Romanov. Cent ans après les événements, les éditions Perrin rééditent le Journal intime de Nicolas II (Décembre 1016-Juillet 1918). Présenté et annoté par Jean- Christophe Buisson, ce témoignage révèle un personnage étonnamment détaché des bouleversements qui touchent la Russie. I est interrogé par Christophe Dickès. A noter que, parallèlement, les éditions des Syrtes ont publié "Ils ont tué le tsar, les bourreaux racontent". Présenté par Nicolas Ross, ce livre restitue le témoignage l'intégralité des assassins de la famille impériale.

    Notre invité: Journaliste et historien, Jean-Christophe Buisson est rédacteur en chef du service culture du Figaro magazine. Il présente depuis 2016 l'émission Historiquement show sur la chaîne Histoire (Groupe TF1). Spécialiste du monde slave, il a publié plusieurs ouvrages sur le sujet dont une histoire de Belgrade et une biographie de Mihailovic, 1893-1946, héros trahi par les Alliés (Perrin, 1999) qui a été primé par l'Académie française et l'Académie des Sciences morales et politiques. Il est venu au micro de Storiavoce évoquer l'année 1917 et vient de publier chez Perrin Le journal intime de Nicolas II.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:24:04

    Vivre ensemble al-Andalus

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    Dans sa dernière livraison trimestrielle #8, la revue Codex enquête sur al-Andalus. On les nomme mozarabes (chrétiens arabisés) ou mullawadun (converti à l’islam). Ils sont Arabes, Berbères ou Hispano-Wisigoths, juifs, chrétiens, musulmans, hommes libres ou esclaves... Ensemble, ils façonnent l’Espagne musulmane médiévale: une mosaïque ethnique et religieuse qui vit sous la loi de l’islam. Al-Andalus est d'abord une société hiérarchisée qu'animent des critères hérités de l’Antiquité. Au sommet de la hiérarchie, on trouve les « vieux musulmans » (les hommes libres de l’Antiquité), ensuite viennent les convertis à l’islam (les affranchis), en bas de l’échelle, il y a les chrétiens et les juifs, les « protégés », et, enfin, les esclaves. Cette diversité est une source de rencontres et échanges, mais elle est aussi une source de conflits et de violences.

    Contrairement à ce que l’on imagine, le centre de gravité de la société andalouse, n'est pas le Nord chrétien mais l’Orient. Au temps du califat, Bagdad est la référence des élites andalouses. Et pourtant, vue des capitales arabes, al-Andalus n’est qu’une périphérie, une lointaine « province », dont la diversité inquiète et l’orthodoxie interroge. Enfin, al-Andalus n'est pas un bloc mais une réalité mouvante dans l’espace comme dans le temps. Pendant les huit siècles que dure la présence musulmane en Espagne, al-Andalus reste un territoire disputé qui se dilate puis se rétrécit au fil des guerres civiles fratricides et des avancées ou des reculs des troupes chrétiennes. Seul le califat omeyyade parvient, pendant à peine un siècle, à imposer un modèle unitaire. Dans cet entretien, Priscille de Lassus, rédactrice en chef de la revue, répond aux questions de Christophe Dickès.

    Priscille de Lassus: Après des études littéraires et une école de journaliste, Priscille a commencé par travailler chez Radio Classique au service Actualités. Elle est aujourd’hui rédactrice en chef de Codex, un livre-magazine qui raconte l’histoire du christianisme avec pédagogie et curiosité. Codex, partenaire de Storiavoce, assume sa fibre pédagogique et une grande honnêteté intellectuelle, sans avoir peur des controverses. Une trentaine d’universitaires composent le conseil scientifique. Priscille prête régulièrement sa plume à d’autres revues culturelles : L’Objet d’art, Archéologia, Art et métiers du livre, Les Vieilles maisons françaises…

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:16:58

    Des Gaulois au Sénat romain?!....

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    “L’empereur romain: pouvoirs et puissance” constitue la deuxième série de nos cours d’Histoire antique (programme de 6è: “Rome : du mythe à l’histoire” & “L’Empire romain dans le monde antique”). Dans ce troisième et dernier volet, l’historien Dimitri Tilloi d’Ambrosi présnete la table claudienne, réponse au Conseil des Trois Gaules lui demandant d'ouvrir les magistratures ainsi que le Sénat romain aux notables de la Gaule chevelue. Interrogé par Christophe Dickès, Dimitri Tilloi d'Ambrosi répond aux questions suivantes:

    - Qui est l’empereur Claude ?
    - Qu’est-ce qu'on appelle la table claudienne ?
    - Qui est concerné par ce discours ?
    - Que peut-on dire de la Gaule romaine à l’époque de Claude ?
    - Pourquoi ce discours est-il important ?

    Spécialiste de l’Antiquité, Dimitri Tilloi-D’Ambrosi est chargé de cours à l’université Lyon III. Ses recherches portent sur l’alimentation, la diététique et la médecine à l’époque romaine. Il vient de publier aux éditions Arkhé: L’Empire romain par le menu.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:15:52

    L'Edit de Nantes: un édit de tolérance?

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    L'édit de Nantes constitue le dernier volet de la série de nos Cours d'Histoire consacrés aux Guerres de religion (Collège, programme de 5ème). Dans cette émission, l’historien Hugues Daussy décrit la portée de cet édit de "tolérance" alors qu'Henri IV, inflexible, ne souhaitait pas promulguer un nouveau texte. Finalement, pour des raisons militaires et politique - la prise d'Amiens - il négocie un engagement auprès des Huguenots. Mais l'édit de Nantes était-il vraiment un édit de tolérance? Et la tolérance, telle que nous l'entendons aujourd'hui, avait-elle le même sens qu'aujourd'hui? Hugues Daussy, interrogé par Christophe Dickès, répond à ces questions ainsi qu'aux suivantes:

    - Qu’est-ce que l’édit de Nantes ?
    - Quel est le contenu de ce texte ? Quelle situation crée-t-il dans le royaume de France ?
    - On lit souvent que le roi Henri IV, ancien huguenot, a libéralement accordé l’édit à ses anciens coreligionnaires, par un geste de pure bonté. Est-ce exact ?
    - Comment les catholiques les plus intransigeants ont-ils accueilli l’édit ? Et le pape ?
    - Et les huguenots ? Ont-ils été pleinement satisfaits de cet édit ? A-t-il été pleinement appliqué au cours des années qui ont suivi ?
    - On dit souvent que l’édit de Nantes a instauré la tolérance dans le royaume de France. Cette formulation est-elle pertinente ?
    - En 1685, Louis XIV a révoqué l’édit de Nantes, qui était pourtant qualifié d’édit « perpétuel et irrévocable ». Comment l’expliquer ?

    Notre professeur d’Histoire: Hugues Daussy est un historien moderniste, spécialisé dans l’histoire politique du protestantisme. Il est actuellement professeur à l’Université de Franche-Comté, membre honoraire de l’Institut de France, président de la Société Henri IV et président de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572) (Genève, Droz, 2014) qui a reçu le prix Chateaubriand 2014.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:47:29

    Vercingétorix: la force et le verbe

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    En son temps, Jules César plaça le personnage au centre de son œuvre de propagande La Guerre des Gaules. Bien des siècles plus tard, sous le Second Empire puis sous la Troisième République, il devînt une sorte de héros national à l’heure où pourtant la nation n’existait pas encore. Au centre de nombreuses hagiographies, le nom de Vercingétorix nous apparaît comme un nom de légende qui, jusqu’à nos jours, donne aux défaites françaises une forme de noblesse et de grandeur. Pourtant, pendant des siècles, le vaincu d’Alésia ne fut guère au centre de l’attention, bien au contraire. En effet, le caractère légendaire du célèbre Arverne est né dans les têtes romantiques du XIXe siècle. Or le romantisme, fut-il révolutionnaire, fut-il nationaliste ou bien encore les deux, n’est pas l’histoire. Storiavoce vous propose de revenir à une réalité plus prosaïque : qui fut Vercingétorix, fils de roi ? Dans quelle société a-t-il vécu ? Quels étaient ses rapports avec le monde romain et, tout particulièrement, avec Jules César dont il fut un temps l’otage? Comment enfin naquit la rébellion des Gaules ? D’ailleurs, faut-il parler des Gaules ou bien de la Gaule ? Autant de questions auxquels l'historien Jean-Louis Brunaux répond. Il est interrogé par Christophe Dickès.

    L'invité: Jean-Louis Brunaux est chercheur au CNRS (Laboratoire d'archéologie de l'ENS). Il a dirigé de nombreuses fouilles sur les sites gaulois de Picardie, à Gournay-sur-Aronde, Saint-Maur, La Chaussée-Tirancourt et Montmartin. Jean-Louis Brunaux a rédigé plusieurs monographies sur les résultats de ses recherches archéologiques et des ouvrages de synthèse. Il est l'auteur d'une monographie consacrée à Alésia (Gallimard, 2012) et il vient de publier Vercingétorix dans la collection biographies de chez Gallimard.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:18:06

    Comment gérer un empire?

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    "L'empereur romain: pouvoirs et puissance" constitue la deuxième série de nos cours d'Histoire antique (programme de 6è: "Rome : du mythe à l'histoire" & "L'Empire romain dans le monde antique"). Dans ce deuxième, l'historien Dimitri Tilloi d'Ambrosi traite de l'organisation de l'Empire durant la période du Haut-Empire. Il répond aux questions suivantes:

    - Comment l'empire est-il organisé de façon générale?
    - Quel est le rôle joué par les gouverneurs?
    - Quels sont les différents types de cités qui existent?
    - Comment les cités sont-elles administrées?
    - Comment l'empire est-il protégé?
    - La domination de Rome est-elle bien acceptée?

    Spécialiste de l’Antiquité, Dimitri Tilloi-D’Ambrosi est chargé de cours à l’université Lyon III. Ses recherches portent sur l’alimentation, la diététique et la médecine à l’époque romaine. Il vient de publier aux éditions Arkhé: L’Empire romain par le menu.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:15:40

    La nuit maudite de la Saint-Barthélemy

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    La nuit de la Saint-Barthelémy constitue le deuxième volet de la série de nos Cours d'Histoire consacrés aux Guerres de religion (Collège, programme de 5ème). Dans cette émission, l’historien Hugues Daussy décrit la nuit du 24 août 1572, ses origines et ses conséquences. Surtout, il présente les différentes courants historiographiques qui ont souhaité expliquer cet événement majeur des guerres de religion. Il répond aux questions suivantes:

    - Que s’est-il passé le 24 août 1572 ?
    - Pourquoi ce massacre peut-il sembler déconcertant si on le replace dans le contexte chronologique étroit des premiers mois de l’année 1572 ?
    - Ce massacre a donné naissance, dans l’historiographie et ensuite dans la littérature, à une véritable légende noire. Pourtant cette légende noire possède un fond romanesque... D'où vient cette légende?
    - Si cette version des faits ne reflète pas la réalité, que s’est-il réellement passé ?
    - Quelles ont été les hypothèses sur lesquelles ont travaillé les historiens ?
    - Quelles ont été les conséquences immédiates du massacre parisien ?
    - A court terme, quelle réaction le massacre a-t-elle suscité dans le camp protestant ?
    - En quoi peut-on considérer que cet événement dramatique a-t-il marqué un tournant dans l’histoire des guerres de religion ?

    Notre professeur d’Histoire: Hugues Daussy est un historien moderniste, spécialisé dans l’histoire politique du protestantisme. Il est actuellement professeur à l’Université de Franche-Comté, membre honoraire de l’Institut de France, président de la Société Henri IV et président de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572) (Genève, Droz, 2014) qui a reçu le prix Chateaubriand 2014.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:17:14

    La naissance de l'Empereur.

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    "L'empereur romain: pouvoirs et puissance" constitue la deuxième série de nos cours d'Histoire antique (programme de 6è: "Rome : du mythe à l'histoire" & "L'Empire romain dans le monde antique"). Dans ce premier volet, l'historien Dimitri Tilloi d'Ambrosi traite de la Construction du pouvoir impérial et des pouvoirs de l'empereur. Il répond aux questions suivantes:

    - Quels ont été les différents régimes politiques que Rome a connus?
    - Comment la République a-t-elle fini par disparaître ?
    - Comment Auguste a fondé un nouveau régime ?
    - Quels sont les différents pouvoirs dont dispose l’empereur ?
    - Quelle est la place du culte impérial dans la pratique du pouvoir ?
    - Y a-t-il des limites aux pouvoirs de l’empereur ?

    Spécialiste de l’Antiquité, Dimitri Tilloi-D’Ambrosi est chargé de cours à l’université Lyon III. Ses recherches portent sur l’alimentation, la diététique et la médecine à l’époque romaine. Il vient de publier aux éditions Arkhé: L’Empire romain par le menu.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:18:49

    Les Guerres de Religion (XVIe siècle)

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    Les Guerres de religion constituent une nouvelle série de nos cours d’Histoire moderne (Collège, programme de 5ème). Dans cette émission, l’historien Hugues Daussy décrit les origines des guerres, ses caractéristiques et ses conséquences sur la société française du XVIe siècle. Il répond aux questions suivantes:

    - Qu’appelle-t-on guerres de religion ? Quels en ont été les protagonistes ?
    - Dans quelles circonstances la première guerre s’est-elle déclenchée ?
    - Comment peut-on expliquer la durée du conflit (36 ans) ?
    - Ces guerres ont-elles conservé une dimension purement française, ou s’insèrent-elles dans un plus vaste contexte européen ?
    - Quand on parle de guerres de religion, on imagine un affrontement exclusivement centré autour d’une opposition entre catholiques et protestants. Mais ces guerres civiles n’ont-elles pas eu également une forte dimension politique ?
    - Comment ce long conflit s’est-il achevé ?
    - L’édit de Nantes marque-t-il vraiment la fin des guerres de religion en France?

    Notre professeur d’Histoire: Hugues Daussy est un historien moderniste, spécialisé dans l’histoire politique du protestantisme. Il est actuellement professeur à l’Université de Franche-Comté, membre honoraire de l’Institut de France, président de la Société Henri IV et président de la Société Française d’Etude du Seizième Siècle. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages dont Le parti huguenot. Chronique d’une désillusion (1557-1572) (Genève, Droz, 2014) qui a reçu le prix Chateaubriand 2014.

    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:27:20

    Mussolini et le fascisme italien

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    "Le fascisme italien" est une série de nos "Cours d'Histoire" recouvrant le programme du lycée. Grand spécialiste du sujet, Frédéric Le Moal interrogé par Christophe Dickès présente la personnalité de Benito Mussolini, au centre du mouvement révolutionnaire italien. Il répond aux questions suivantes:

    - Peut-on écrire une histoire du fascisme sans faire celle de Mussolini ?
    - Notre perception du nazisme est qu’il est dominé certes par une figure, Adolf Hitler, mais une figure entourée de barons tels Goebbels, Himmler, Goering… concernant le fascisme italien, seul Mussolini semble se distinguer. Comment expliquer cette différence de perception ?
    - D’où vient Mussolini ?
    - On a longtemps qualifié le personnage d’opportuniste…
    - Peut-on dire de lui qu’il fut un doctrinaire ? Est-ce que le débat d’idées l’intéressait ?
    - Quelles sont ses influences intellectuelles ?
    - Comment concilier le nationalisme d’après-guerre avec le socialisme d’avant-guerre ?
    - Comment est vu Mussolini de l’étranger et notamment des démocraties ?
    - Il y a un pragmatisme chez Mussolini ? On le considère davantage comme un sanguin plutôt qu’un calculateur….
    - Sur le plan de la politique étrangère, improvise t’il ? Est-il simplement irresponsable comme cela est souvent présenté?
    - Porte-t-il une responsabilité dans le déclenchement de la Deuxième Guerre mondiale?

    Notre professeur d'Histoire: Docteur en Histoire (Paris-IV-Sorbonne), Frédéric Le Moal est spécialiste de l'Italie et des Balkans. Il enseigne à l'Ecole militaire de Saint-Cyr, à l'Institut Catholique de Paris et à l'IRCOM. Il a publié plusieurs ouvrages dont une biographie du roi Victor-Emmanuel III (Perrin, 2014) et une Histoire du fascisme (Perrin, 2018). Il a été l'invité de Storiavoce pour évoquer le Vatican face aux totalitarismes.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:46:48

    La bataille de Bouvines (27 juillet 1214)

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    Depuis les origines, la bataille de Bouvines du dimanche 27 juillet 1214 est considérée comme un événement majeur de l’époque médiévale mais aussi de l’Histoire de France. Plus tard, le XIXe siècle l’inscrivit dans le roman national et le célébra comme un mythe fondateur de la nation France. Remportée par le roi Philippe Auguste contre une coalition rassemblant l’empereur allemand Othon, le comte de Flandres et le comte de Boulogne, Bouvines a longtemps laissé l’image d’un combat âpre pendant lequel le roi de France a failli perdre la vie. Une bataille qui fut une sorte de couronnement d’un des règnes les plus importants et réussis de l’épopée capétienne. Tous les amoureux de la muse Clio connaissent la fameuse collection des Trente journées qui ont fait la France, collection des éditions Gallimard à laquelle le grand historien Georges Duby avait consacré un Dimanche de Bouvines. Mais l’étude de Duby a été publiée voilà près de quarante-cinq ans. C'est c’est pourquoi Storiavoce vous propose de rouvrir un des dossiers les plus fascinants de notre histoire et peut-être de déconstruire quelque peu la légende, au profit d’une histoire précise alimentée par une historiographie foisonnante. Auteur de La bataille de Bouvines, Histoire et Légendes (Perrin, 2018), Dominique Barthelémy est interrogé par Christophe Dickès.

    L'invité: Agrégé et docteur en histoire, Dominique Barthélémy enseigne l’histoire médiévale à l’université de Paris-IV Sorbonne et à l’Ecole pratique des hautes études. Il a déjà publié L’an mil et la paix de Dieu. La France chrétienne et féodale, 980-1060 ainsi que, chez Perrin, La chevalerie. Il vient de publier La bataille de Bouvines, Histoire et Légendes (Perrin, 2018).
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:29:08

    Qu'est-ce que le fascisme?

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    "Le fascisme italien" est une série de nos "Cours d'Histoire" recouvrant le programme du lycée. Grand spécialiste du sujet, Frédéric Le Moal interrogé par Christophe Dickès définit ici la nature du fascisme: de ses origines intellectuelles à l'apogée du totalitarisme . Au cours de cette émission, il répond aux questions suivantes:

    - Pourquoi le fascisme est-il né en Italie ?
    - Peut-on lier le nationalisme révolutionnaire italien du XIXe siècle et le fascisme des années 1920 et 30?
    - Le fascisme est-il né du nationalisme ou bien du socialisme ? Peut-on le distinguer des matrices révolutionnaires de la fin du XVIIIe en France et du XIXe siècle ?
    - Le fascisme est-il une religion ou un susbtitut au fait religieux ? Peut-on considérer que le fascisme est protéiforme ?
    - Renzo de Felice fait une distinction entre le fascisme et les fascistes. Que signifie cette distinction ?
    - Que penser de la thèse d’Ernst Nolte sur le fascisme, conséquence des révolutions communistes de 1917 ?
    - Le fascisme est-il un enfant de la guerre ? Si la guerre n’avait pas eu lieu, le fascisme aurait-il existé ?
    - Comment se met en place l’Etat totalitaire ? Quand le fascisme devient-il totalitaire ?
    - Le totalitarisme italien doit-il être distingué du national-socialisme allemand ? En quoi les régimes se rejoignent-ils, en quoi se distinguent-ils ?
    - L’évolution de Mussolini vers l’Allemagne nazie était-elle inéluctable ? Peut-on parler d’une politique internationale équilibrée, voire d’une modération dans les dix premières années du régime ?
    - Au même titre qu’il existe une volonté de créer un homme nouveau dans un dessein révolutionnaire, peut-on aussi parler, sur le plan de la politique étrangère, d’un dessein révolutionnaire ?
    - Comment expliquer l’effondrement comme un château de carte du régime ? - Quel est l’origine de son échec ?
    - Le fascisme est-il mort ?

    Notre professeur d'Histoire: Docteur en Histoire (Paris-IV-Sorbonne), Frédéric Le Moal est spécialiste de l'Italie et des Balkans. Il enseigne à l'Ecole militaire de Saint-Cyr, à l'Institut Catholique de Paris et à l'IRCOM. Il a publié plusieurs ouvrages dont une biographie du roi Victor-Emmanuel III (Perrin, 2014) et une Histoire du fascisme (Perrin, 2018).
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:50:10

    Quand au Moyen-Âge, l'Eglise pardonnait...

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    En 1338, alors que la papauté était en terre avignonnaise, le pape Benoît XII définissait le rôle d’une nouvelle institution curiale, la Pénitencerie apostolique. Un peu moins de sept cents ans plus tard, l’institution existe toujours. En effet, à l’heure où cette émission a été enregistrée, elle vient de publier un décret du pape François donnant une indulgence plénière, c’est-à-dire une grâce spéciale, aux fidèles à l'occasion de la IXe rencontre mondiale des familles organisée à Dublin (été 2018). Chargée à l’origine d’entendre en confession les pèlerins qui se rendaient à Rome, la Pénitencerie devient avec le temps le destinataire des suppliques des fidèles envoyées au souverain pontife: le bureau des âmes. Parce qu'en effet, dans ces milliers de lettres reçues, l’âme humaine y est à nue : homicides, naissances illégitimes, mariages incestueux, moines en fuites ou séculiers scandaleux… Tel était le quotidien de cette institution juridique au cœur de la société médiévale. Storiavoce vous propose de comprendre comment, au Moyen-Âge, une institution naît avec ses acteurs, ses règles, son droit mais aussi ses tâtonnements, ses incertitudes, ses réalisations et ses accomplissements. Quelles étaient ses méthodes et ses principes d'actions? Condmanait-elle facilement ou, au contraire, faisait-elle preuve de miséricorde et de tempérance? Interrogé par Christophe Dickès, Arnaud Fossier a mené une véritable enquête sur les archives les plus anciennes d'une institution originale et mal connue.

    L'invité: Normalien et ancien membre de l’École française de Rome, Arnaud Fossier est actuellement Maître de conférences en histoire à l’université de Bourgogne. Ses recherches portent sur le gouvernement de l’Église et l’Italie médiévale. Il vient de publier à l'Ecole française de Rome: Le bureau des âmes, Écritures et pratiques administratives de la Pénitencerie apostolique (XIIIe-XIVe siècle).
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/

  • 00:36:38

    Et si la France avait bénéficié de la Guerre froide?

    Storiavoce starstarstarstarstar
    add

    "La Guerre froide" est une série de nos "Cours d'Histoire" contemporaine recouvrant le programme de Terminale. Grand spécialiste du sujet, le professeur Georges-Henri Soutou interrogé par Christophe Dickès se pose la question du rôle de la France dans la Guerre froide. Au cours de cette émission, il répond aux questions suivantes:

    - Peut-on parler à propos de la France d’une vision cohérente concernant la nature de l’URSS, comme il y eut aux Etats-Unis la doctrine Kennan (George Kennan créateur du concept de containment, le containment qui visait à endiguer l'expansionnisme soviétique) ?
    - Vous établissez une différence entre ce que nous savions, l’ordre intellectuel des choses, et l’ordre politique : ce que l’on pouvait faire et voulait faire.
    - La France évolue ou oscille entre deux perceptions : Premièrement une vision intérieure avec les clivages politiques et idéologiques. Deuxièmement l’ajustement entre la défense classique de la France et la prise en compte des réalités de la Guerre froide.
    - La France est-elle prisonnière d’une vision classique des relations internationales dans sa gestion de la Guerre froide ?
    - Après la mort de Staline, la France ne semble pas échapper à ce vent d’optimisme et de volonté de réconciliation qu’on retrouve par exemple avec l’Ostpolitik du Saint-Siège. On pensez même à une convergence des systèmes économiques?
    - Quelle place avait l'Europe dans le cadre de l'affrontement Est-Ouest?
    - Vous évoquez dans votre conclusion « le confort que procurait la guerre froide à la France ». Qu’entendez vous par là ?
    - La France a-t-elle bénéficié de la Guerre froide ?
    - La politique française pendant la Guerre froide doit-elle nous servir de leçon pour notre politique russe aujourd’hui ?

    Notre professeur d'Histoire: Georges-Henri Soutou est professeur émérite d’histoire contemporaine à l’université de Paris-Sorbonne et membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Grand spécialiste de la Grande Guerre et de la Guerre froide, il a dirigé de nombreux travaux sur ces questions et a publié plusieurs ouvrages (La Guerre de cinquante ans, 2001; La Grande illusion, quand la France perdait la guerre, 2015). Il vient d'éditer chez Tallandier La Guerre froide de la France 1941-1990.
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx
    - Retrouvez nous sur www.storiavoce.com/
    - Notre compte Twitter: twitter.com/Storiavoce
    - Notre page Facebook: www.facebook.com/storiavoce/