Episodi

  • Vous avez certainement entendu dire que les éléphants ont peur des souris. S'agit-il seulement d'une légende ou cette affirmation comporte-t-elle une part de vérité ?

    Si ce petit rongeur est dangereux pour le pachyderme, c'est qu'il serait en mesure de s'introduire dans sa trompe, jusqu'à le rendre fou. Si une souris pouvait entrer dans la trompe d'un éléphant, ce qui reste à prouver, celui-ci n'aurait aucun mal, a priori, à s'en débarrasser.

    Et le pachyderme qui, grâce à sa trompe, possède un excellent odorat, n'aurait aucun mal à détecter une souris et à s'en éloigner aussitôt, s'il en éprouvait le besoin. Et On ne voit pas pourquoi un animal aussi massif aurait peur d'un rongeur qui, vu à son échelle, paraît vraiment minuscule.

    Une légende à l'origine inconnue

    Certains ont cependant pensé que la mauvaise vue de l'éléphant pouvait lui faire prendre une souris pour ce qu'elle n'est pas. Une récente vidéo montre en effet que des éléphants, croisant une souris, changent légèrement de chemin.

    Mais ils ne semblent pas effrayés pour autant. Si c'était le cas, ils reculeraient ou déploieraient leurs immenses oreilles. Ce qu'ils ne font pas. Ils sont simplement un peu gênés dans leur progression.

    D'ailleurs d'autres expériences ont montré que des éléphants, mis en présence de souris, ne s'en souciaient pas autrement.

    Mais, s'il s'agit d'une légende, d'où peut-elle provenir ? On sait en tous cas que cette croyance populaire remonte très loin dans le temps, puisque les Grecs anciens parlaient déjà de l'antinomie entre l'éléphant et la souris.

    Cette légende aurait-elle un rapport avec l'histoire du dieu indien à tête d'éléphant Ganesh, qui chevauche une souris gigantesque nommée Mushika ? On ne saurait le dire.

    En tous cas, s'il ne semble pas que l'éléphant soit effarouché par les souris, il paraît craindre certains animaux encore plus petits qu'elles. En effet, les éléphants sont très perturbés par le bourdonnement des abeilles.

    Ainsi, ils ne s'approchent pas des acacias, qui sont très appréciés de ces insectes. Ils fuient aussi les fourmis, qui peuvent s'infiltrer dans leur trompe.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Episodi mancanti?

    Fai clic qui per aggiornare il feed.

  • Les dimanches d'automne, la cueillette des champignons est un loisir pratiqué par de nombreux promeneurs. Et il permet d'alimenter la table familiale en produits délectables.

    En effet, la cueillette est autorisée, du moins dans les forêts domaniales, mais jusqu'à une certaine limite. Elle est évaluée à l'équivalent d'un seau de champignons par famille.

    Il faut donc se limiter à une cueillette clairement destinée à la consommation familiale. Elle ne doit donc pas excéder une contenance d'environ 5 litres. Si vous en ramassez davantage, vous vous exposez, en cas de contrôle, à des amendes.

    Mais pouvez-vous vendre ces champignons à des particuliers ou à des restaurants par exemple ? On le sait, les champignons sont des produits savoureux et recherchés, qui se négocient à des prix assez élevés.

    Aussi ne peut-on vendre de champignons ramassés dans la forêt sans respecter certaines conditions.

    Une vente soumise au respect de certaines conditions

    D'une manière générale, vous n'avez pas le droit de vendre des champignons dans une forêt appartenant à l''État ou à une collectivité territoriale. Dans une forêt domaniale, la mise en vente des champignons ramassés ne peut être envisagée, dans tous les cas, qu'avec l'accord explicite de l'Office national des forêts (ONF).

    Par contre, rien ne vous empêche de vendre le produit de votre cueillette si la forêt dans laquelle vous avez trouvé les champignons vous appartient. Il sera cependant nécessaire de déclarer les revenus tirés de cette vente à l'administration fiscale.

    Il sera alors préférable d'encadrer cette activité par la création d'une auto-entreprise, ou de toute autre structure comparable.

    Vous pourrez aussi écouler votre récolte si le propriétaire de la forêt vous autorise à
    ramasser des champignons sur ses terres et même à les vendre. Pour vous mettre à
    l'abri de toute contestation, il vaut mieux solliciter une autorisation écrite.

    Il faut enfin rappeler que le propriétaire de la forêt n'est pas obligé de la clôturer
    pour faire valoir son droit sur la propriété du sol et donc des champignons. Il n'est pas tenu non plus d'en interdire la cueillette par des panneaux.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • De nombreuses religions, comme l'islam ou le judaïsme, imposent des interdits alimentaires à leurs fidèles. Ce type de prescriptions semble moins répandu dans le christianisme.

    Elles existent cependant, du moins jusqu'à la fin de la période médiévale. Ainsi, des textes normatifs et des conciles proscrivent la viande non saignée. Un tel interdit n'est pas seulement destiné à ménager les juifs convertis, il s'impose par lui-même aux chrétiens.

    Dans les débuts du christianisme, et jusqu'au Moyen-Age, le chrétien doit respecter d'autres interdits alimentaires. Ainsi doit-il s'abstenir de consommer la viande d'un animal non tué par l'homme ou sacrifié sur un autel païen.

    De même, il est interdit, du moins en principe, de manger des aliments souillés par des animaux. Certains d'entre eux sont d'ailleurs considérés, pour des raisons variées, comme impurs.

    Il s'agit par exemple de la corneille, du castor ou encore de la cigogne, dont un chrétien ne saurait consommer la chair sans désobéir aux autorités religieuses.

    Le rôle de l'abstinence alimentaire

    Ce qui frappe cependant, dans le rapport du christianisme à la nourriture, ce n'est pas tant l'édiction de stricts interdits alimentaires que la surveillance de la quantité de nourriture absorbée.

    En effet, l'Église assimile la gourmandise, et plus encore la goinfrerie, à des péchés
    majeurs. Ce plaisir des sens est associé à la volupté et à la luxure. Aussi le chrétien doit-il lutter contre ces déviations et faire triompher l'esprit sur la chair.

    Pour y parvenir, il doit s'imposer des périodes d'abstinence et de jeûne. L'Église leur
    réserve ainsi certains moments dans l'année, comme le Carême ou l'Avent, ou dans la
    semaine, le vendredi étant considéré comme un jour d'abstinence alimentaire.

    Dans la période contemporaine, et notamment depuis le concile Vatican II (1962-1965),
    ces règles se sont beaucoup assouplies. Ainsi, l'obligation de l'abstinence du vendredi a-t-elle été levée, en 1966, par une décision du Pape.

    De même, les chrétiens sont invités aujourd'hui à respecter un jeûne plus rigoureux, durant le Carême, seulement à deux occasions, le mercredi des Cendres, qui en marque le début, et le Vendredi saint.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Dans les épisodes bonus, je réponds de façon claire et directe à toutes les questions essentielles, en une minute chrono !
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • En France, les citoyens jouent un rôle important dans la justice de leur pays. Ainsi, certains d'entre eux, qu'on appelle des jurés, font partie intégrante de la Cour d'assises, une juridiction répressive chargée de juger les crimes.

    Les jurés sont tirés au sort sur les listes électorales. La défense ou le ministère public peuvent les récuser. S'ils sont acceptés, ils assistent aux audiences du procès, au cours duquel ils peuvent poser des questions.

    Les audiences terminées, les jurés se retirent avec les juges pour délibérer. Ils se prononcent, à la majorité des voix, sur l'innocence ou la culpabilité du prévenu et, en cas de culpabilité, sur la peine à lui infliger.

    Un refus possible dans certains cas

    En principe, la fonction de juré ne peut pas se refuser. Il s'agit en effet d'un devoir civique. Si, sans raisons valables, un juré ne se présente pas au procès pour lequel il a été désigné, il risque une amende de 3.750 euros.

    Mais vous pouvez cependant invoquer des motifs légitimes pour ne pas assister au procès en tant que juré. Il peut s'agir de l'âge, une personne de plus de 70 ans n'étant pas obligée de devenir juré.

    L'absence de résidence principale dans le département où siège la Cour d'assises peut aussi vous dispenser de cette fonction. 

    Vous pouvez également montrer que vous êtes dans l'incapacité de vous rendre au tribunal.

    Les raisons invoquées peuvent être une invalidité, une maladie, qui vous touche, ou atteint l'un de vos enfants, ou encore une surdité, qui ne vous permet pas de suivre les débats.

    Par contre, vous ne pouvez pas invoquer le manque à gagner, une indemnité, qui couvre la perte de revenus et les frais de séjour, étant versée au juré.

    Si vous êtes dans l'une des situations décrites, il faut adresser, dans certains délais, une demande de dispense au greffe du tribunal, qui peut vous l'accorder. Si la dispense est refusée, où si elle parvient trop tard au greffe, vous n'avez d'autre solution que d'accepter votre fonction de juré.

    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Le choix du prénom à donner à un enfant est une décision importante pour ses parents. Il jouera un rôle dans son identité et dans l'image qu'il se fera de lui-même. La liste des prénoms possibles n'a cessé de s'élargir avec le temps.

    Depuis une loi de 1993, le choix du prénom est entièrement libre. Les parents peuvent choisir un prénom existant ou en inventer un de toutes pièces. Ils peuvent notamment opter pour des diminutifs ou des prénoms étrangers. Il n'existe donc pas de
    liste limitative de prénoms.

    Les cas de refus du prénom

    Il existe cependant des cas où le prénom peut ne pas être accepté par l'officier d'état-civil. Cela peut être le cas si le prénom reprend le nom de famille d'une personne connue.

    L'usage d'un tel prénom peut être interdit au nom du droit qu'a toute personne de vouloir protéger son nom. De même, un prénom peut être refusé dans le cas où, l'enfant portant le nom d'un seul de ses deux parents, ce prénom reprendrait le nom de famille du second parent.

    Enfin, un prénom peut être rejeté s'il est considéré comme préjudiciable à l'intérêt de l'enfant. C'est le cas d'interdiction le plus fréquent. Un prénom ridicule, grossier ou présentant, pour diverses raisons, une connotation négative, ou pouvant susciter la moquerie, peut être jugé non conforme à l'intérêt de l'enfant.

    Ainsi, dans des décisions récentes, des juges ont estimé que les prénoms de « Fraise » et de « Nutella », donnés à des enfants, ne pourraient que susciter des sarcasmes et que, de ce fait, ils étaient contraires à l'intérêt de ces enfants.

    Dans tous les cas, ce n'est pas l'administration qui décide de refuser un prénom. S'il le juge opportun, en effet, l'officier d'état-civil soumet le cas au Procureur de la République.

    S'il estime le prénom litigieux, celui-ci transmet le dossier au juge aux affaires familiales, qui peut demander la suppression ou le changement du prénom. Bien entendu, les parents peuvent faire appel de ce jugement et, s'il est confirmé, introduire un pourvoi en cassation.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Dans les épisodes bonus, je réponds de façon claire et directe à toutes les questions essentielles, en une minute chrono !
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Le pastis demeure la boisson emblématique du Midi. Son goût particulier, parfumé à l'anis, est bien connu des amateurs. Mais il est parfois difficile de faire une première différence entre le pastis et le Ricard.

    Une fois en bouche, en effet, il est difficile de distinguer ces deux boissons. En fait, le pastis est le nom générique donné à cet apéritif anisé, alors que le Ricard est une marque de pastis, créée en 1932, par l'industriel Paul Ricard, qui lui a donné son nom.

    Confectionné avec de l'aneth, qui donne sa saveur anisée à la boisson, mais aussi du fenouil, de la sarriette, du thym ou de la réglisse, le pastis est en fait connu depuis l'Antiquité.

    Ceci étant, un amateur averti pourra faire la différence entre un pastis et un Ricard. En effet, la seconde boisson est élaborée à partir d'une recette en partie secrète, qui comprend notamment de l'aneth et de la réglisse d'origine asiatique.

    Le goût particulier du Ricard s'explique donc par l'utilisation d'herbes spécifiques, dont le dosage répond à des règles précises. Par ailleurs, la nature du processus de macération des plantes confère à la boisson une saveur plus intense.

    Et le Pernod?

    Le Pernod est une autre marque d'alcool anisé, la plus ancienne puisque sa création remonte à 1805. C'est en effet un industriel du nom de Perrenod (dont le nom deviendra Pernod) qui, s'inspirant d'une recette de la fin du XVIIIe siècle, créé une première distillerie à Pontarlier et fonde la maison Pernod Fils l'année suivante.

    La boisson actuelle, mise au point en 1938, se compose du mélange de nombreuses plantes
    aromatiques, comme l'anis, bien entendu, mais aussi le fenouil, la coriandre ou la menthe.

    Mais le goût d'un Pernod n'est pas tout à fait comparable à celui d'un pastis ou d'un Ricard. En effet, il ne contient pas de réglisse, ou alors dans des proportions très faibles. C'est l'absence de cette plante qui, pour un amateur averti, fait toute la différence entre un Permod et les autres alcools anisés.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Nombre d'expressions sont devenues d'un usage courant, sans que nous en connaissions toujours l'origine. C'est le cas, par exemple, de l'expression « à brûle-pourpoint ».

    Quand quelqu'un, dans une réunion de famille, pose une question « à brûle-pourpoint », il le fait brusquement, sans que personne se soit attendu à une telle intervention de sa part.

    Cette expression évoque donc une réaction inopinée, qui provoque un sentiment de surprise chez l'interlocuteur. Elle a une origine militaire. En effet, elle fait référence à l'habitude qu'avaient certains combattants de tirer sur un adversaire très proche d'eux. Nous dirions aujourd'hui tirer « à bout portant ».

    Dans ce cas, un combattant risquait de brûler le pourpoint du soldat adverse. Il s'agissait d'une sorte de veste matelassée, qui couvrait le buste, depuis le cou jusqu'au-dessous de la ceinture.

    La poudre contenue dans les armes à feu de cette époque (soit entre le XIIIe et le XVIIe siècle environ) pouvait en effet laisser des traces de brûlure sur les vêtements. D'où l'expression "à brûle-pourpoint".

    Sans cérémonie

    Si vous n'aimez pas « mettre les petits plats dans les grands » (une autre expression dont il serait intéressant de connaître l 'origine ), vous allez recevoir vos amis « à la bonne franquette ». Autrement dit, sans cérémonie.

    La maîtresse de maison qui reçoit ainsi le fait donc en toute simplicité, sans sortir la vaisselle des grands jours ni élaborer un plan de table compliqué.

    L'expression serait construite à partir du mot « franc » qui, dans certains dialectes du nord de la France, voudrait dire « loyalement » ou « franchement ». On aurait d'abord dit « à la franquette », pour parler d'une personne agissant sans détours.

    On retrouve l'expression chez Marivaux par exemple et d'autres écrivains. Puis, on aurait rajouté à cette expression le mot « bonne », par contagion avec d'autres expressions, comme « à la bonne foi » par exemple.

    On aurait alors opposé les gens décontractés, qui recevaient « à la bonne franquette », des courtisans et de tous ceux qui, plus soucieux des usages, agissaient « à la française ». C'est surtout à partir du XIXe siècle que l'expression est utilisée dans son sens actuel.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Dans les épisodes bonus, je réponds de façon claire et directe à toutes les questions essentielles, en une minute chrono !
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Si vous "touchez le pactole", vous avez beaucoup de chance. En effet, cela veut dire que vous avez gagné une grosse somme d'argent. Vous voilà donc très riche.

    Mais d'où vient cette expression ? Pour en comprendre l'origine, il faut remonter assez loin, dans le temps comme dans l'espace. Il faut se transporter, plus précisément, au VIe siècle avant J.-C., dans un petit pays d'Asie Mineure, la Lydie.

    Elle était alors gouvernée par un Roi nommé Crésus. Or, il s'aperçoit un jour que le lit de la rivière qui traverse son pays et arrose sa capitale, Sardes, est tapissé de sables aurifères.

    Or, cette rivière s'appelait le Pactole. Depuis, être "riche comme Crésus", c'est devenir millionnaire, ou plus encore, et "toucher le pactole", qui est devenu un nom commun, c'est découvrir un trésor ou gagner le gros lot à la Loterie.

    Une richesse peu utile

    Reste une dernière question. Comment le Pactole s'est-il ainsi rempli d'or ? Pour trouver l'explication, il faut recourir, là encore, non à l'Histoire mais à la légende.

    Elle nous raconte que le Roi Midas qui, au VIIIe siècle avant notre ère, régnait sur un autre pays d'Asie Mineure, la Phrygie, avait rendu service au dieu Bacchus. Pour le récompenser, celui-ci lui accorde une faveur : il transformera en or tout ce qu'il touchera.

    Dès lors, Midas pense sa fortune assurée. Mais il s'aperçoit bien vite qu'il ne peut ni manger ni boire, car même l'eau et la nourriture se changent en or. Peu désireux de mourir de faim ou de soif, il demande l'annulation de son vœu. Pour l'obtenir, il doit se laver dans le Pactole, qui coule aussi dans son Royaume, voisin de la Lydie.

    C'est alors que se seraient déposées au fond de la rivière les paillettes d'or qui allaient faire la fortune de Crésus.

    D'après un autre récit, toujours issu de la mythologie, un fils d'Apollon, Chius, aurait plongé dans le Pactole, les poches remplies d'or. Il tentait ainsi d'échapper aux soldats de Crésus, à qui il aurait dérobé un trésor.





    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • Peter Pan n'est pas le seul à avoir créé un pays imaginaire. Les géographes actuels en ont fait autant, mais, à la différence du personnage de J.-M. Barrie, ils ne pourraient s'y rendre, même en rêve. En effet, ils ont inventé une île dont vous n'avez aucune chance de fouler le sol. Et pour cause, elle n'existe pas !

    Cette île imaginaire s'appelle "Null Island". Elle a été créée, en 2011, par une base de données, "Narural Earth". Si l'on en croit les cartes, elle est située dans le golfe de Guinée, à l'intersection de l'équateur et du premier méridien.

    Ses coordonnées géographiques suffiraient à semer le doute dans l'esprit du voyageur. En effet, on est censé trouver cette île à 0°N et 0°E ! Malgré tout, on a dessiné une carte pour "Null Island", inspirée d'un jeu vidéo.

    Sa population fictive aurait même fondé une République, pourvue d'un drapeau officiel. Les curieux trouveront tous ces renseignements, et d'autres informations, sur le site de l'île.

    Une aide pour les géocodeurs

    Pourquoi avoir créé cette île imaginaire ? Il s'agissait en fait d'aider les géocodeurs à repérer leurs erreurs. Le géocodage consiste à convertir des adresses en données géographiques, qui servent de base à l'établissement de cartes.

    Ainsi, les géographes modernes n'ont plus besoin d'aller sur place pour dresser leurs cartes. Ce qui ne les empêche pas de commettre des erreurs. Dans ce cas, le programme informatique les renvoie vers ces coordonnées "0°, 0°", en affichant en plus le mot "null". Comme son nom le laisse supposer, ce mot signifie que l'élément trouvé n'a aucune valeur.

    La création, à cet endroit particulier, d'une île imaginaire, permet donc aux codeurs de mieux localiser leurs erreurs.

    Ce qui ne veut pas dire, pourtant, qu'on ne trouve rien à l'emplacement supposé de "Null Island". Le voyageur qui aurait la curiosité de se rendre sur place découvrirait une minuscule station météorologique, composée, pour l'essentiel, d'une bouée et d'un matériel spécifique.

    Elle rassemble des données sur le climat et les océans, qui sont ensuite exploitées par les scientifiques.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices

  • À l'heure où l'homme envoie des fusées sur Mars, il n'est toujours pas capable de mesurer avec précision le littoral d'un pays. Pourtant, a priori, la chose ne semble pas impossible : il suffit de mesurer les contours et de faire le total.

    Mais ce n'est pas si simple. La preuve, les scientifiques et les organismes officiels eux-mêmes ne s'accordent pas sur une valeur unique. Ainsi, pour la mesure du littoral des États-Unis, il existe au moins quatre chiffres. Et les différences entre eux ne sont pas minces.

    Comment expliquer de tels écarts ?

    Le paradoxe du littoral

    Ces variations, dans la mesure des littoraux, viennent du choix de l'unité de mesure choisie. Pour mieux comprendre, prenons un exemple, celui du Royaume-Uni.

    Le littoral de ce pays est fait de côtes découpées, dont le dessin est très sinueux. Ce qui ne facilite pas la tâche des cartographes. Ils n'ont pas d'autre choix que de mesurer chaque portion de ce littoral tourmenté.

    Ils devront d'abord choisir une unité de mesure. Admettons qu'un cartographe décide de prendre pour base de son calcul des fragments de 40 km de côtes. Il en trouvera 85, ce qui fera un total d'environ 3.400 kilomètres pour le littoral britannique.

    Mais un confrère peut préférer une unité de mesure plus grande. Il choisit donc de mesurer le littoral par segments de 80 km. Comme il en trouvera environ 35, le résultat sera, à peu près, de 2.800 kilomètres.

    Par conséquent, plus l'unité de mesure choisie est petite, plus le résultat obtenu est grand. C'est ce que les géographes appellent le "paradoxe du littoral". Si l'on voulait pousser ce paradoxe jusqu'au terme de sa logique, et choisir une unité de mesure encore plus petite, de manière à prendre en compte chaque courbe du littoral, on obtiendrait un résultat proche de l'infini.

    Cette notion a été mise en évidence en 1951 par le savant anglais Lewis Fry Richardson. Ses recherches l'ont en effet amené à constater que des pays voisins avaient des données différentes sur la frontière qui les séparait.
    Learn more about your ad choices. Visit megaphone.fm/adchoices