Episodes

  • C'est vendredi, on appelle le dealer

    Faire la fête c'est l'expression de toute la chance qu'on a

    Pendant la semaine, Adèle et ses amis étudient, travaillent et mangent cinq fruits et légumes par jour. Le week-end, ils se défoulent dans des soirées dansantes où la drogue est très répandue. Une consommation de cocaïne et MDMA festive, plus ou moins contrôlée, pas toujours assumée. Entre insouciance et peur de l'addiction, Adèle et ses potes, 25 ans, racontent les bonheurs et les doutes des amateurs de produits. Fêtards ou dépendants ? Ce podcast a été élaboré dans le cadre de la formation libre de narration radiophonique "Transmission", complété et finalisé à ARTE Radio.  


    Enregistrements : mai-août 18, avril 19 - Mise en ondes & mix : Arnaud Forest - Réalisation : Adèle Poisson

  • Les meilleurs messages des grand-parents

    Parce qu'avec tout ce qui se passe sur les ordinateurs

    Ils préparent des petits plats, elles galèrent sur l'ordi, ils se font voler leur sac... mais surtout, papy et mamie t'aiment et savent te le rappeler. A ton tour de jouer.  Qui laisse encore des messages vocaux sur nos répondeurs ? Après le succès de ses podcasts "C'est maman" et "C'est papa", Mathilde Guermonprez a demandé aux auditeurs et -trices de lui envoyer vos plus beaux (drôles, émouvants) messages reçus. Parmi 32 contributeurs et 73 messages sur ce premier thème, voici le meilleur de nos grand-parents.


    Enregistrements : novembre 18-mars 19 - Mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Mathilde Guermonprez

  • Missing episodes?

    Click here to refresh the feed.

  • Portrait de l'artiste en faussaire

    On était jeunes, on voulait de l'argent, on voulait s'amuser et faire la fête

    B.L. d’Otterzele a vingt ans quand un ami lui confie avoir fabriqué un faux dessin de James Ensor, qu’il a revendu en le faisant passer pour un vrai. B.L. d’Otterzele est joueur, c’est aussi un très bon dessinateur et un amateur d’art. Ce jour-là, il découvre une manière excitante, exigeante et élégante de gagner de l’argent. Alors il se met au travail, soutenu par une bande d’amis. Arpenter les salles de ventes, détailler l’état des cadres et des étiquettes, étudier les tableaux des grands maîtres... Et enfin, dessiner "à la manière de" (Delvaux, Permeke, Picasso, Le Corbusier, Ensor, Spilliaert, Frits van den Berghe) des croquis et esquisses, mais sans jamais les signer. A ce jeu-là, la mise en scène est aussi importante que l’objet d'art : B.L. d’Otterzele y excelle... jusqu’à la case prison. Avec humour et simplicité, cet honnête faussaire belge raconte un marché de l'art où les apparences comptent parfois plus que la qualité de l'oeuvre.


    Enregistrements : juin et août 18 - Mise en ondes & mix : Arnaud Forest - Réalisation : Fabienne Laumonier

  • Masques et désirs au carnaval de Guyane

    Je n’avais jamais ressenti ça avant d’être venu en Guyane

    Goûtez aux bals parés-masqués du carnaval de Guyane : ambiance biguine et chaleur tropicale dans les dancings mythiques de Cayenne. On y retrouve chaque samedi soir de carnaval de drôles de créatures, les touloulous. Sous le costume se cachent des femmes qui dissimulent leur identité. Chacun connaît les codes : les touloulous disposent d’un droit éphémère, mais absolu, celui de choisir leurs cavaliers non déguisés. Là, au milieu de la foule, au rythme des instruments, elles se connectent à la musique, à leur partenaire, à elles-mêmes. Le costume est un doux complice pour se laisser porter par les mouvements de leur corps dans un anonymat rassurant. "Au royaume des touloulous" est une plongée dans les secrets d’une pratique qui fait la fierté de toute une communauté. Groupes de musique : Les Blue Star, Les Mécènes et KarnivorCe documentaire a bénéficié d'une bourse d’aide à la création ‘Brouillon d'un rêve sonore’ de la SCAM en 2018.


    Enregistrements : janvier-mars 16, janvier 18 - Ecriture : Laure Chatrefou et Anne Guillou - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Laure Chatrefou

  • Ma fille, mon homme et les prostituées chinoises

    Notre sourire s'étend sans jamais rien céder

    Depuis la naissance de notre fille, Rose, d'improbables bonnes fées veillent sur elle. Elles sont chinoises, travailleuses du sexe et font partie de notre vie. Car mon homme, Tim, bosse depuis dix ans avec elles à Médecins du Monde. Il y a quatre ans, j'étais enceinte quand elles ont créé leur propre association, Les Roses d'acier. Quelques mois plus tard, notre fille est née et on a décidé de l'appeler Rose. Notre Rose et les Roses d'acier ont en commun une chanson de pop chinoise, un goût prononcé pour les gâteaux d'anniversaire gonflés à la chantilly, et des histoires de résistance. Entre soirées de karaoké endiablées et manifs de travailleur.se.s du sexe, c'est le récit de cette rencontre miraculeuse et de combats communs. "Nous sommes les Roses d'acier, aux quatre coins du monde, notre sourire s'étend sans jamais rien céder."Anne-Sophie Lepicard a grandi à Rouen en écoutant la radio. Auteure de plusieurs courts métrages, elle travaille désormais comme formatrice et intervenante en audiovisuel tout en développant ses propres projets.


    Enregistrements : avril-juin 17 - Texte et voix : Anne-Sophie Lepicard - Prises de son : Anne-Sophie Lepicard et Sara Monimart - Réalisation et mixage : Sara Monimart - Illustration : Rozenn Quéré

  • Bullshit jobs et quête de sens

    J'ai souvent l'impression d'être Astérix avec son formulaire A89

    Aurore conçoit des publicités sur le web pour des banques ou des marques de luxe. Au début, les paillettes du CDI et des tickets restos lui suffisent. Mais très vite, elle se demande pourquoi, après avoir dépensé 30 000 euros dans une école de commerce avec l'espoir d'une bonne carrière , elle se pose autant de questions sur le sens de son travail. Et puis, un jour, elle découvre l'existence du "bullshit job" ou "job à la con". Un bullshit job, pour Jean-Laurent Cassely, journaliste et auteur du livre "La révolte des premiers de la classe", c'est un métier qu'on ne peut pas expliquer à sa grand-mère. Chef de projet, community manager, responsable marketing... Tous ces nouveaux boulots, valorisés socialement, mais dont l'impact sur la société est nul ou négatif. Et donnent à ceux qui les occupent un fort sentiment d'inutilité. Elle enquête sur ce phénomène et rencontre celles et ceux qui pensent être plus utiles à boire des cafés au bar du coin plutôt que de passer leur journée à "bullshiter".


    Enregistrements : janvier, février, septembre 18 - Mise en ondes et mix : Arnaud Forest - Réalisation : Aurore Le Bihan

  • Dialogue avec ma grand-mère en Limousin

    Tout ce qui s'éteint, c'est triste

    Pour Nénette, ma grand-mère, ça n’a pas toujours été facile de parler le français. Sa langue à elle, c’est le patois limousin. Mais aujourd’hui, de Limoges à Bordeaux, il ne reste plus grand monde avec qui échanger. La langue s’évapore en même temps que les gens qui la parlent. Alors, je reviens à la ferme lui rendre visite et enregistrer les mots, les graver, avant qu’ils ne disparaissent. 


    Enregistrements : octobre-novembre 18 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation & photo : Cédric Calandraud

  • Mathilde aime les filles et le judaïsme

    Merde, c'était Shabbat

    Mathilde veut devenir juive. Personne dans sa famille n’est juif. Mais depuis plusieurs années déjà, elle étudie la Tora et ses commandements, elle apprend l'hébreu et fréquente des rabbins. Car ce sont les rabbins du Consistoire qui, un jour, lui  accorderont ou pas sa conversion. Elle apprend sa future religion et pratique avec passion : ne pas fumer le samedi, allumer les bougies de shabbat, réciter les prières... Mais il y a un problème. Mathilde est avec une fille, d’origine iranienne en plus. Une situation inadmissible pour les orthodoxes : "S’ils me chopent en train d’embrasser ma copine, je suis morte, quoi." Pourquoi, comment, peut-on se convertir à une religion qui refuse son identité sexuelle ? 


    Enregistrements : juillet, août, septembre 17 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Tassilo Hummel - Illustration : Odélia Kammoun

  • Toutes les voix dans ma tête

    Kamehameha !

    Une femme se plante un micro dans le cerveau pour enregistrer tout ce qui s'y dit. Dans sa tête comme dans la nôtre, il y a mille radios branchées en permanence : doutes, angoisses, jugements, désirs, appétits, procrastination... Bienvenue sur Mental FM, la fréquence des voix dans nos têtes.  Journaliste spécialiste des masculinités, Victoire Tuaillon anime chez Binge Audio le podcast "Les couilles sur la table", prix du podcast de conversation au Paris Podcast Festival 2018. Elle signe là une (auto)fiction vive et drôle sur nos paniques intimes, superbement mise en voix par Charlotte Duran et en sons par Arnaud Forest. Inclus le tube : "Bébé dedans ! Bébé dedans ! Baiser !".  


    Enregistrements : 25 janvier 18 - Texte : Victoire Tuaillon - Voix : Charlotte Duran - Réalisation et musique originale : Arnaud Forest - Illustration : Maïc Batmane

  • Je parle d'amour et de sexe avec ma grand-mère

    Quand il est mort, j'ai pas pleuré

    Depuis mes 17 ans, je couche avec le même garçon : Léo, mon amoureux du lycée. Ca peut paraître curieux en 2018, mais à bientôt 25 ans, je n’ai connu qu’un seul partenaire sexuel. Comme ma grand-mère Colette ! Sauf que Colette a épousé un mari plutôt dominateur et volage, voire carrément abusif. A 90 ans, elle parle pour la première fois de son intimité et livre enfin tout ce qu’elle s’est retenue de dire durant toute sa vie : la vie sexuelle d’une femme dans les années 50. Une vie prisonnière des normes, de la religion, mais où brûle encore le regret d'un amour échappé.  


    Enregistrements : mars 18 - Prise de son, montage, textes et voix : Inès Edel-Garcia - Mise en ondes & mix : Arnaud Forest

  • Contre les tabous et l'oubli, ils racontent leur guerre sans nom

    Je ne savais même pas pourquoi les Algériens s’étaient révoltés

    A 20 ans, Rémi, Georges, Gilles et les autres se sont retrouvés soldats, appelés au cœur de la guerre d’Algérie. Une guerre sans nom et sans visage, avec son lot d’atrocités et de crimes. A leur retour en France, personne ne leur a posé de questions : ni leurs femmes, ni leurs parents. Comme beaucoup d'autres ils se sont tus.  50 ans plus tard, c’est le déclic quand ils reçoivent leur pension d’ancien combattant. Impossible pour eux d’accepter cet argent pour des crimes qu’ils ont commis là-bas. Alors Rémi et ses amis, une bande de vieux paysans retraités du Tarn, fondent la 4ACG, Association des Anciens Appelés d’Algérie Contre la Guerre. Par ce biais, ils reversent leur maigre pension à des associations humanitaires en Algérie. Mais surtout, ils permettent à tout nouvel adhérent de raconter pour la première fois son histoire de la guerre d'Algérie. Des témoignages émouvants et pas militants, qui font la part des horreurs. Des récits durs et d'autant plus nécessaires pour lever les tabous sur une guerre qui n'a jamais dit son nom.


    Enregistrements : mai 18 - Mise en ondes et mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Jane Birmant

  • Sur la vie de ma mère (quand elle avait 20 ans)

    À 20 ans, ma mère voit la vie en russe

    "Je n'ai pas vraiment connu ma mère qui est morte quand j'avais treize ans. Mais j'ai gardé pas mal d'affaires dont un petit agenda rouge de l’année 1966. C’est l’agenda de ses 20 ans, quand elle étudiait dans l'Espagne franquiste. Je suis curieuse de savoir ce qu’il contient, mais il est écrit en russe. Heureusement, je connais une traductrice qui va pouvoir m’aider à le déchiffrer pour découvrir la jeune fille qu’était ma mère. Mais, au fait, qu’est-ce que j'espère vraiment trouver là-dedans ?"Claire Latxague est enseignante-chercheuse et éditrice de bandes dessinées.


    Enregistrements : février, avril, juin 18 - Traductrice : Elena Ourjoumtseva - Réalisation : Samuel Hirsch - Texte & voix : Claire Latxague

  • Comment j'ai remplacé mon psy par mon portable

    C’est donc mon psy en train de dormir depuis 5 bonnes minutes

    Parce que son psy s’est endormi pendant leur séance, Benjamin décide de se venger. Il confie désormais ses états d'âme à son téléphone portable, sur lequel il commente ses diverses activités : croiser Eric Zemmour dans le métro, prendre des champignons hallucinogènes, faire l’amour avec sa compagne...  Une autofiction hilarante et virtuose sur la psychanalyse - et comment s'en débarrasser - face aux pouvoirs du récit. A noter, il s'agit aussi de la première fiction radio entièrement enregistrée au téléphone portable. Benjamin Abitan écrit et réalise d'habitude des fictions pour France Culture. Sa série "La préhistoire du futur" a reçu le prix Europa en 2017.


    Enregistrement : 2018 - Texte et voix : Benjamin Abitan - Réalisation : Benjamin Abitan et Samuel Hirsch - Illustration : Quentin Faucompré

  • 6 ans après, je confronte un garçon qui s'est mal conduit envers moi

    Alors maintenant, on fait quoi ?

    À 19 ans, Anouk a connu le garçon idéal, beau, drôle et intelligent... Mais dans l'intimité, Damien avait tendance à mal traiter ses compagnes, à « forcer » les rapports sexuels. Six ans plus tard, Anouk retrouve Damien et le confronte sur leur relation. Entretemps il y a eu l’affaire Weinstein et le mouvement #MeToo, et le jeune homme a beaucoup réfléchi à son attitude envers les femmes... La confrontation devient un dialogue, rare, tendu, émouvant. Un moment de résilience, un podcast étonnant qui aborde avec franchise les enjeux majeurs de 2018.  


    Enregistrements : juin 18 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Anouk Perry - Illustration : Quentin Zuttion

  • Escort belge pour femmes seules

    C’est le genre de position qui me fait dire : mais qu’est-ce que je fous là ?

    Si vous voulez savoir « ce que veulent les femmes », demandez à un professionnel. Andy est flamand, vit à Anvers (Belgique) et parle plusieurs langues. ​Il rencontre des femmes pour leur donner de l’amour et du « plezier ». Escort-boy, il propose des moments de douceur, de sexe, de massage ou de sorties de 80€ à 1500€. Ce personnage tendre et truculent fait découvrir sa ville et son métier, et partage quelques réflexions sur l’amour. Alors que l'on questionne enfin les rites et les pratiques de la masculinité, sa parole révèle beaucoup sur les attentes des unes et les manques des autres. Andy, on lui dit oui ("Andy, vertelt ons ya"). 


    Enregistrements : Janvier 18 - Mixage et mise en onde : Samuel Hirsch - Réalisation : Cécile Cozzolino

  • 1er prix du concours de podcasts 2018 "Alors ton été, raconte"

    Il a commencé comme ça mon été...

    Cet été, je l’ai passé en hiver.J’ai jonglé, j’ai esquivé, j’ai couru dans tous les sens, je me suis roulé par terre, j’ai gueulé et j’ai pleuré. Comme Neymar. Sauf que lui, il n’a pas accouché sans péridurale. Voici les états d’âme d’une mère au bout du scotch. Comme toutes les mères. Vivement le printemps !1er prix de notre concours de podcasts 2018 "Alors ton été, raconte !", Aimée Cymbalista gagne un mixage et cette diffusion rémunérée sur ARTE Radio + un casque Sennheiser HD 300 Pro + un abonnement digital d'un an aux Inrockuptibles. Tous les podcasts (et bientôt peut-être le vôtre) sont à retrouver sur les Audioblogs d'ARTE Radio, la plateforme gratuite dédiée aux créateurs de podcasts. 


    Enregistrements : été 18 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Aimée Cymbalista

  • Deux copines parlent macs, crack et cambriole

    Tu crois que la coke conserve ? Faudra dire ça à mes dents

    A 46 et 56 ans, Mélissa et Soraya ont vécu leur vie dans les marges : prostitution pour l'une, cambriolage pour l'autre, drogues pour les deux. Chez Soraya, le samedi à l'heure du thé, les vieilles copines racontent le bon vieux temps des braquages propres, des amours de voyous et de la coke plus pure.Portrait à deux voix d'une marginalité féminine féroce et assumée, qui questionne notre morale, nos certitudes et nos choix. Vous reprendrez bien une galette de crack avec votre tasse de thé ?Ce documentaire a bénéficié d'une aide à l'écriture Brouillon d'un rêve de la SCAM.A retrouver sur la chaîne YouTube ARTE Radio.


    Enregistrements : janvier-mars 18 - Mise en ondes, musique originale et mix : Arnaud Forest - Réalisation : Géraldine Gacon

  • Ton père sur le répondeur

    Bon, j'ai vraiment rien à te dire

    Après « C’est maman », parité oblige, voici le tour de « C’est papa ». Un bref montage de 4 min composé à partir des 214 messages vocaux de vos pères collectés grâce aux réseaux sociaux. Merci à tous les contributeurs. Et rappelez votre papa !A retrouver sur la chaîne YouTube ARTE Radio.


    Enregistrements : 2018 - Mise en ondes & mix : Samuel Hirsch - Réalisation : Mathilde Guermonprez

  • C'est arrivé près de chez moi

    Vous n'y allez pas, vous appelez la police

    En 2015, Zoé rêve d'un petit cocon au calme pour dormir allègrement. Elle trouve un studio au rez-de-chaussée dans le 15ème arrondissement, réputé le plus tranquille de la capitale. Les premiers mois elle dort comme un bébé. Mais une nuit, des grosses basses et des cris de jaguar la tirent d'un sommeil profond. Qui est ce voisin foutraque qui balance du gros son à 3h du mat ? Une enquête de voisinage. 


    Enregistrements : 16-17 - Mise en ondes, musique et mix : Arnaud Forest - Réalisation : Léa Minod

  • Un crime en banlieue

    Mon ghetto, je l’aime, mais un jour je le quitterai

    Ancien caïd d’une cité de Villiers-le-Bel, en banlieue parisienne, Wilfried parle avec recul de son passé de délinquant, de son enfance, de son quartier… De son désir de s’en éloigner aussi, en achetant un pavillon pas trop loin des barres d’immeuble où il a grandi. C’est au moment où il pensait quitter sa cité que la cité l’a rattrapé. Wilfried Atonga a été tué le 17 mars 2016 dans un bar-tabac de Goussainville. Isabelle Coutant et Mehdi Ahoudig l’enregistraient depuis plus d’un an pour faire son portrait.De portrait, le documentaire se mue alors en enquête pour comprendre le drame. Les auteurs rencontrent son frère Jean, ex-champion du monde de boxe et animateur d’un club dans le quartier, son autre frère Yvon qui enregistre un rap à sa mémoire, sa femme et mère de ses enfants Sandrine, mais aussi l’avocate de la famille et la journaliste locale du Parisien. L’honneur, l’omerta, la vengeance, l’orgueil, les armes, tels semblent les ingrédients du destin de Wilfried, qui prend des allures de tragédie grecque…Une enquête signée Isabelle Coutant (les Migrants en bas de chez soi, Seuil) et Mehdi Ahoudig (Prix Europa pour Qui a connu Lolita ? et Poudreuse dans la Meuse).A retrouver sur la chaîne YouTube ARTE Radio.


    Enregistrements : 15-18 - Narration : Isabelle Coutant - Réalisation : Mehdi Ahoudig - Mise en ondes, musique originale et mix : Samuel Hirsch - Illustration : Zaven Najjar