Episódios

  • On dit parfois d'hommes ou de femmes d'un certain âge qu'ils sont victimes du "démon de midi". Qu'est-ce que cette expression recouvre exactement et d'où vient-elle ?

    Un retour vers sa jeunesse

    Il arrive qu'aux alentours de la cinquantaine des hommes ou des femmes soient séduits par des partenaires plus jeunes. Pour la sagesse populaire, c'est le "démon de midi" qui les a frappés.

    Ce qui peut favoriser de telles aventures, parfois fugaces, c'est la monotonie d'une vie ressentie comme trop routinière. Les habitudes se sont installées et les projets sont planifiés : bref, l'existence a perdu de son piquant.

    En vivant de telles aventures, qui obligent souvent à une vie clandestine, on renoue aussi avec sa jeunesse. Mais c'est également une manière de se rassurer sur sa virilité ou sa féminité. Convaincus qu'ils peuvent encore plaire, l'homme ou la femme touchés par le "démon de midi" se réconcilient alors avec eux-mêmes.

    L'origine de l'expression

    L'origine de l'expression "démon de midi" se trouve dans un psaume de la Bible, dans la version de la Vulgate. Il s'agit de la Bible traduite de l'hébreu en latin par saint Jérôme au IVe siècle.

    Mais cette expression de "démon de midi" ("daemonius meridianus") n'avait alors aucun rapport avec la luxure ou le "péché de chair". Pour certains, elle désignait l'"acédie", cette apathie spirituelle qui empêchait les moines de prier.

    Au XVIIe siècle, l'expression se détache de sa signification purement religieuse pour désigner plutôt une sorte de penchant à la fois irrésistible et pernicieux. On parle ainsi de "démon du jeu".

    Peu à peu, l'expression "démon de midi" se rapproche de sa signification actuelle. Le mot "midi" a sans doute joué un rôle déterminant dans ce glissement de sens.

    Il évoque en effet non seulement le milieu de la journée mais aussi celui de la vie, au moment où les hommes sont travaillés de désirs nouveaux. Ce "milieu", ce peut être encore celui du corps, qui est précisément le siège de l'activité sexuelle.

    En intitulant un de ses romans "Le démon de midi", en 1914, Paul Bourget popularise à nouveau une expression un peu oubliée.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Estão a faltar episódios?

    Clique aqui para atualizar o feed.

  • Persuadé de la victoire de l'Allemagne dans la Seconde Guerre mondiale, et tout à son idée d'imprimer sa marque personnelle dans l'histoire de son temps, Hitler conçut un projet grandiose, pour faire de Berlin rien moins que la capitale du monde. De rares parties de ce programme ambitieux ont pu voir le jour.

    Une nouvelle capitale

    La réorganisation totale de Berlin, pour en faire une nouvelle capitale monumentale, visait à renforcer le prestige d'un Troisième Reich vainqueur des adversaires ligués contre lui.

    Hitler aurait confié à ses proches qu'il souhaitait donner le nom de "Germania" à cette ville grandiose qui serait, il n'en doutait pas, la "capitale du monde".

    La conception de la futur capitale, qui devait s'inspirer d'autres villes, comme Paris, fut confiée à l'architecte Albert Speer, qui devint un proche du Führer. Organisée autour de deux grands axes, la future Germania devait comprendre certains bâtiments emblématiques.

    C'est le cas du Grand Hall du peuple, à proximité du Reichstag, qui devait devenir le plus vaste espace fermé du monde, surmonté d'un dôme seize fois plus haut que celui de la basilique Saint-Pierre à Rome. Quant à l'arc de triomphe, il devait largement surpasser celui de l'Étoile à Paris.

    Un palais pour le Führer, une nouvelle chancellerie et des espaces verts étaient également prévus. Quant aux musées, ils devaient être en partie regroupés sur une île de la Spree, rivière coulant à Berlin.

    Quelques réalisations

    Les aléas du conflit, avec ses innombrables destructions, et la défaite de l'Allemagne, n'ont pas permis à la nouvelle capitale de l'Allemagne de voir le jour.

    Malgré tout, certaines réalisations ont pu être menées à bien. C'est notamment le cas du vaste stade olympique; inauguré à l'occasion des jeux olympiques de 1936, il pouvait accueillir plus de 100.000 spectateurs.

    Une nouvelle chancellerie fut également construite; elle était dotée d'un hall conçu pour être deux fois plus log que la galerie des glaces du château de Versailles.

    On eut également le temps de tracer une grande artère, intégrant la célèbre avenue Unter den Linden, élargie, et de construire la première parie d'une autoroute.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Sisyphe est un personnage de la mythologie grecque. Le châtiment que lui infligea Zeus a inspiré aux philosophes, et notamment à Albert Camus, dans "Le mythe de Sisyphe", des réflexions sur la condition humaine.

    Un défi aux dieux

    Fils d'Éole, le dieu du vent, et d'Énarété, Sisyphe est le fondateur mythique de la cité grecque de Corinthe.

    La légende raconte que Sisyphe aurait surpris Zeus, déguisé en aigle, en train d'enlever la nymphe Égine, fille du dieu fleuve Asopos. Ne craignant pas le courroux du plus puissant des dieux, il a l'audace de le dénoncer au père éploré.

    Furieux d'avoir ainsi été défié, Zeus décide de lui dépêcher Thanatos, qui devait l'emmener au royaume des morts, régenté par Hadès. Mais, en plus d'être téméraire, Sisyphe est très astucieux. Il parvient donc à enchaîner Thanatos, libérant provisoirement les hommes de la mort.

    Zeus le condamne alors à rouler une pierre au sommet d'une montagne. Mais, parvenu au but, le rocher dévale la pente. Sisyphe est alors obligé de recommencer une tâche qui sera sans fin puisque son supplice est éternel.

    Une prise de conscience

    Les philosophes, et notamment Camus, ont tiré deux enseignements majeurs de ce mythe de Sisyphe. Pour eux, il illustre d'abord l'absurdité de la condition humaine.

    En effet, comme Sisyphe, les hommes sont enchaînés à une tâche répétitive, qui se reproduit à l'identique jour après jour. Cette routine implacable souligne en quelque sorte la vacuité de l'existence.

    Mais le mythe de Sisyphe a une autre face : le sens de la vie finit par poindre par delà cette existence en apparence vide de sens. Et ce sens tient dans la révolte de l'homme. Pour le découvrir, il doit d'abord, comme Sisyphe, prendre conscience du caractère tragique de sa vie.

    Dès lors, il ne la subit plus de manière passive. Il en connaît toute la misère, mais cette prise de conscience, justement, et le défi qu'il lance aux dieux, l'extirpent de sa condition d'esclave.

    Cette prise de conscience permet à Sisyphe, comme aux hommes, de regarder en face l'absurdité de leur destin et, par là, de s'en libérer.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • L'activité humaine, dans certaines de ses manifestations, contribue à perturber la vie et les interactions des espèces animales. Même s'il est difficile à mesurer, l'impact de cette "pollution sensorielle" sur ce qui l'entoure n'en est pas moins réel.

    Des repères brouillés

    Cette "pollution sensorielle" est le résultat de l'activité humaine. Elle se traduit notamment par un éclairage urbain qui brouille les repères de certains animaux. Cette luminosité artificielle, qui s'étend loin de sa source, atténue ainsi la lumière des étoiles, qui guide le vol nocturne des oiseaux migrateurs.

    De même, l'éclairage des rivages gêne les tortues marines dans leur recherche de lieux de nidification.

    De son côté, le bruit ambiant, fruit, lui aussi, de l'activité humaine, recouvre le chant des oiseaux, perturbant ainsi leur communication.

    Trompées par la surface lisse d'une route asphaltée, qu'elles prennent pour une mare, les libellules viennent y pondre leurs œufs, ne pouvant ainsi assurer leur descendance. Par ailleurs, certains polluants atmosphériques perturbent le processus de pollinisation.

    Omniprésente, cette pollution sensorielle finit par tromper la vigilance des animaux, les rendant plus vulnérables à leurs prédateurs. Cette forme de pollution est d'autant plus préoccupante qu'elle touche tous les milieux naturels.

    Des moyens de limiter la pollution sensorielle

    Il est difficile d'apprécier l'impact global de la pollution sensorielle, dans la mesure où chaque espèce est, par exemple, sensible à un certain type de lumière ou à telle ou telle odeur.

    Malgré cette difficulté, il est essentiel de rechercher des moyens propres à la limiter. C'est ainsi que les politiques d'aménagement urbain prévoient aujourd'hui des dispositifs spécifiques pour réduire l'intensité lumineuse de l'éclairage des villes.

    On crée aussi des sortes de couloirs écologiques, connus sous le nom générique de "trame noire". Ces zones sont plongées dans une certaine obscurité, ce qui permet aux animaux de retrouver leurs repères.

    Les municipalités testent également des dispositifs destinés à faire baisser le niveau sonore dans les rues des villes. Des radars anti-bruit ont ainsi été installés dans certaines d'entre elles.

    Une autre piste consisterait à débarrasser les déchets plastiques d'odeurs qui les rendent appétissants pour certains animaux.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • En mathématiques comme dans la vie courante, l'usage est de désigner ce qui est inconnu par la lettre "x". Mais pourquoi cette lettre a-t-elle pris une telle signification ?

    Une volonté précoce de nommer l'inconnu

    En mathématiques, les inconnues sont désignées par la lettre "x". Dans un autre domaine, une femme voulant garder l'anonymat accouche "sous x".

    Cette désignation de l'inconnu par la lettre "x" a d'abord débuté dans les mathématiques, avant de s'étendre à d'autres domaines de la vie quotidienne. 

    2000 ans avant notre ère, les Sumériens connaissaient déjà l'arithmétique. Quant à l'algèbre, les Babyloniens et les Égyptiens en ont posé très tôt les prémisses. Or, dès le début de cette longue histoire, les mathématiciens ont voulu nommer l'inconnu, qui était aussi partie intégrante de leur science.

    Le premier à l'avoir fait est sans doute Diophante d'Alexandrie, qu'on a surnommé le "père de l'Algèbre". Ce mathématicien grec, qui a peut-être vécu au IIIe siècle, introduit dans ses calculs un nombre indéterminé, qu'il appelle "arithmos" ou "arithme". Il peut être assimilé à ce qu'on nomme en algèbre une inconnue.

    De l'arabe au latin

    Les mathématiques, et notamment l'algèbre, se sont développés en priorité, à partir du IXe siècle environ, dans les pays musulmans. Les mathématiciens arabes avaient également un mot pour nommer l'inconnu.

    En effet, ils désignaient cet inconnu par le terme "shay", qui signifie "la chose" ou "quelque chose". Dans les calculs, ce mot est représenté par les deux premières lettres, "sh".

    Elles se prononcent "che", comme dans le mot "chien". Mais dans l'Espagne andalouse, où les conquérants musulmans ont introduit les derniers trouvailles des mathématiciens, les habitants ne parlant pas arabe ont de la peine à prononcer ce "sh".

    Ils ont aussi du mal à lui trouver une correspondance dans leur langue. Alors, les clercs en charge de la traduction des traités arabes remplacent "sh" par une lettre qu'ils estiment équivalente, le "khi" grec. 

    Or cette lettre, en minuscule comme en majuscule, s'écrit comme le "x" latin, repris dans la plupart des langues romanes. La boucle était bouclée. "X" deviendrait désormais la seule manière de dénommer l'inconnu. 

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Les jeunes gens voulant devenir médecins sont assez souvent victimes d'un trouble qui, par son objet, a reçu le nom de "syndrome de l'étudiant en médecine". Mais de quoi s'agit-il au juste ?

    La manie du diagnostic

    Durant ses longues études, l'étudiant en médecine est amené à découvrir l'origine et le développement des nombreuses maladies qui affectent la santé humaine. À chaque fois, ses professeurs en détaillent les symptômes.

    Il peut arriver que certains étudiants fassent le rapprochement entre ces signes cliniques et la légère douleur qu'ils ressentent, croient-ils, à l'endroit précis de leur anatomie où la maladie qu'on vient de leur décrire se déclare le plus souvent.

    Il arrive aussi à ces étudiants d'établir un tel diagnostic pour les autres. Ce syndrome se manifeste plus volontiers au cours de la première année d'étude, où l'afflux de connaissances nouvelles peut désorienter le futur médecin.

    Le fait de concentrer son attention sur une manifestation bénigne, comme des fourmillements ou une petite brûlure, peut en accentuer l'intensité, et confirmer, dans l'esprit de l'étudiant, la véracité de son diagnostic.

    Un trouble à prendre au sérieux

    Ce syndrome de l'étudiant en médecine, qui peut faire sourire, ne doit pourtant pas être pris à la légère. D'abord parce qu'il provoque souvent une réelle anxiété chez celui qui en est la victime.

    Même si tous les spécialistes ne s'accordent pas sur ce point, ce syndrome peut également déboucher sur une véritable hypocondrie, qui peut perturber la vie du patient.

    Si ce trouble doit être pris au sérieux, c'est aussi en raison des dangers qu'il peut faire courir, au patient lui-même et à son entourage. En effet, l'inexpérience de l'étudiant, jointe à la conviction qu'il vient de dépister une maladie, peut conduire à de faux diagnostics.

    Dans ce cas, les personnes qui s'y laissent prendre peuvent mettre leur santé en danger. Ce trouble psychologique à part entière, peut-être dû à une trop grande tendance à l'empathie, doit donc être pris en charge.

    Le patient peut être amené, dans le cadre de certaines thérapies, à prendre conscience du caractère erroné de ses pensées et à en redresser le cours. Un suivi psychiatrique peut être aussi envisagé.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • En général, ce sont les réussites commerciales qui ont droit aux feux de l'actualité. Comme les échecs sont rarement mis à l'honneur, un original musée suédois a décidé de présenter les plus emblématiques.

    Des produits qui n'ont pas trouvé leur public

    En juin 2017, un musée insolite a ouvert ses portes dans une petite ville de Suède. Ce que vous trouverez dans ses vitrines, ce sont quelques spécimens des plus retentissants échecs commerciaux des dernières décennies.

    On y trouve de curieux objets, comme ces lunettes sans branches, qui ne pouvaient tenir qu'à l'aide d'aimants placés sur le visage. Un masque électrique inspiré d'une série télévisée, et censé rajeunir ceux qui le portent, y voisine avec une poupée en haillons qui n'a eu aucun succès auprès des petites filles.

    Le "musée de l'échec" expose également des exemplaires d'un téléphone qui pouvait se transformer en console de jeux ou d'un stylo réservé aux femmes.

    Certaines personnalités sont à l'honneur dans ce palmarès de l'échec. C'est le cas de Donald Trump qui, entre son jeu de société et sa marque de vodka, n'a pas enregistré que des succès.

    Certains de ces objets sont assez incongrus, mais d'autres auraient pu s'imposer. Ce qui prouve que personne ne peut prévoir l'évolution des goûts du public.

    L'acceptation de l'échec

    Il n'est guère étonnant que le fondateur de ce curieux musée ne soit pas soutenu par les industriels. Dans des sociétés où la culture du succès tient une place aussi centrale, il n'est pas facile, pour une entreprise ou un individu, d'avouer ses échecs.

    C'est pour leur permettre de les confesser, s'ils le souhaitent, que le créateur du musée a prévu un lieu spécial, réservé à ces aveux, confidentiels ou publics. Certains s'y plaignent de leurs échecs personnels, d'autres avouent leurs déconvenues professionnelles.

    Pour alimenter les vitrines de son musée, son fondateur fait appel aux dons. Il en reçoit de façon régulière. Ce "musée de l'échec" s'est ouvert dans un pays, la Suède, reconnu comme l'un de ceux qui encourageaient le plus la créativité. Pour lui, sans doute, elle passe aussi par l'acceptation de l'échec.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • À l'inverse de la démocratie, où la souveraineté appartient au peuple, donc à l'ensemble des citoyens, certains régimes politiques, comme la ploutocratie ou l'oligarchie, réservent le pouvoir, en droit ou en fait, aux plus riches ou à une minorité de personnes.

    Le pouvoir aux plus riches...

    Le terme de "ploutocratie" a été forgé à partir de deux mots grecs : "ploutos", qui désigne le dieu de la richesse, et "kratos", qui signifie "pouvoir".

    La ploutocratie est donc un régime dans lequel le pouvoir appartient aux riches. Il tire son origine d'une pièce d'Aristophane, du IVe siècle avant J.-C., dans laquelle apparaît ce dieu de la richesse.

    À vrai dire, aucun régime politique ne réserve le pouvoir, de manière formelle, aux citoyens les plus fortunés. Il s'agit plutôt d'une situation de fait, dans laquelle on voit la majorité des postes de direction politique et économique monopolisés par les personnes les plus aisées.

    ...Ou à une minorité

    "Oligarchie" vient des mots grecs "oligos", ce qui veut dire "peu nombreux" et "arkho", qui signifie "commandement". Il s'agit donc du pouvoir d'une minorité.

    À la différence de la ploutocratie, l'oligarchie n'est pas toujours une situation de fait; en effet, elle a souvent constitué la base officielle de certains régimes politiques.

    Elle se rapproche parfois de la ploutocratie. En effet, dans les régimes censitaires, comme celui de la Restauration en France, le droit de vote est conditionné par le paiement de certains impôts. Mais seule la richesse foncière étant vraiment prise en compte, des personnes riches, mais non propriétaires terriens, se voyaient privées de l'exercice de la souveraineté.

    Dans l'Athènes classique, aux Ve et IVe siècles avant notre ère, seuls les citoyens avaient le pouvoir. Pour être citoyen, il fallait être né, dans le cadre d'un mariage légitime, de deux parents eux-mêmes citoyens.

    Dans les régimes monarchiques traditionnels, les fonctions les plus importantes étaient, pour l'essentiel, aux mains de la noblesse. Il s'agit donc d'une forme de régime oligarchique, dénommé "aristocratie".

    Mais ce sont également quelques familles qui se partagent le pouvoir et l'influence dans certains régimes républicains, comme celui de Venise.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • L'Union des blessés de la face et de la tête, familièrement appelée les "gueules cassées", a, depuis ses origines, développé une relation étroite avec les jeux préférés des Français. Ainsi, c'est cette association d'anciens combattants qui a eu l'idée du Loto.

    De la Loterie nationale...

    Durant la Iére Guerre mondiale, de nombreux soldats sont victimes de blessures qui les défigurent. Connue sous le nom de "Gueules cassées, une association est créée pour leur venir en aide.

    Pour compenser l'absence de pension spécifique pour les blessés du visage, l'association veut leur apporter un secours matériel. Et elle ne manque pas d'imagination pour trouver les ressources nécessaires.

    Dans les années 1930, elle lance ainsi une souscription. Elle se présente sous la forme d'une tombola, qui permet aux participants de gagner des lots variés, les plus chanceux remportant même un avion de tourisme !

    Le succès est tel qu'il donne des idées à l'État. S'inspirant de la tombola des "Gueules cassées", il crée, en 1933, la Loterie nationale. Ses bénéfices doivent aller en priorité aux invalides de guerre et aux anciens combattants.

    ...Au Loto

    Mais, dans les années 1960, les finances de l'association accusent une baisse sensible. En effet, la Loterie nationale doit faire face à un redoutable concurrent, le tiercé, mis au point en 1954. Très vite, il devient en effet le roi des paris et remporte un succès grandissant.

    Les responsables des "Gueules cassées" ne manquant pas de ressources, ils imagine une solution pour redresser la situation. Elle prend la forme d'un nouveau jeu, le Loto. Il s'agit d'une forme de tombola, dans laquelle les joueurs peuvent choisir 6 numéros, sur une grille en comportant 49.

    Lors du tirage, les numéros gagnants sont indiqués par des boules extraites d'une sphère de plexiglas. Le nouveau jeu naît en 1975, avec un premier tirage l'année suivante.

    Il suscite la création de la Française des Jeux, à laquelle l'association d'anciens combattants demeure étroitement associée. Avec un peu plus de 9 % du capital de la société, les "Gueules cassées" en sont en effet l'actionnaire privé le plus important.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Les hommes, notamment durant les guerres, ont toujours rivalisé d'ingéniosité pour cacher de précieuses informations à ceux qui pourraient en tirer profit. On connaît l'art de la cryptographie, mais on ignore souvent celui de la stéganographie. Il est pourtant utilisé depuis l'Antiquité, et par des personnalités aussi célèbres que George Sand et Alfred de Musset.

    Un message à l'intérieur d'un autre message

    La cryptographie consiste, pour écrire un message, à utiliser un code spécifique. Seul ceux qui le connaissent pourront le déchiffrer. La stéganographie a recours à un autre moyen.

    Le message n'est pas crypté, mais inséré dans un autre message. Là encore, cependant, pour comprendre le sens de ce message tapi à l'intérieur d'un autre, et qui a une toute autre signification, il faut en posséder la clef de lecture.

    La stéganographie est utilisée depuis l'Antiquité, toutefois de manière un peu différente. Ainsi, en Chine, le message était écrit sur un support de soie, avant d'être placé dans une boule de cire, que le messager avalait. Elle était ensuite récupérée par les "voies naturelles".

    Une correspondance truquée

    George Sand et Alfred de Musset entament, en 1833, une liaison passionnée qui durera deux années. Les scènes de ménage y succèdent aux serments d'amour.

    Les deux amants échangent de nombreuses lettres. Elles ne sont pas seulement remplies de déclarations enflammées et de vers bucoliques. Elles expriment aussi les exigences d'une passion très charnelle.

    Comme les deux tourtereaux craignent que cette correspondance ne tombe sous des yeux indiscrets, ils la truquent. Autrement dit, ils recourent à la stéganographie.

    Ainsi, certaines lettres de George Sand expriment a priori des sentiments romantiques. Personne ne pourrait en trouver le contenu déplacé. Mais si on ne lit qu'une ligne sur deux, on découvre un tout autre texte.

    L'auteur de "La petite Fadette" y avoue, de manière très crue, sa folle envie de coucher avec le poète. Et celui-ci accepte sans façons, dans une réponse où, pour comprendre son intention, il ne faut lire cette fois que le premier mot de chaque phrase. Et George Sand de fixer le rendez-vous en employant le même stratagème.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • La "sororité" est apparue, dans les milieux féministes, en réaction à la notion de "fraternité", perçue alors par certains comme la manifestation de la solidarité unissant des frères, ou plus largement, des hommes entre eux.

    Une notion mise en avant par le mouvement féministe

    Au Moyen-Âge, le terme de "sororité" est employé pour désigner certaines communautés religieuses. Le scoutisme a également forgé le mot "sestralité" pour évoquer la spécificité de l'engagement féminin dans le mouvement.

    Mais c'est au courant féministe de la fin des années 1960 et du début des années 1970 que l'on doit vraiment cette notion de "sororité". C'est à cette époque que les Américaines, précurseurs en la matière, forgent le terme de "sisterhood" pour l'opposer à son équivalent masculin de "brotherhood".

    En 1971, le "Mouvement de libération des femmes" (MLF) introduit cette notion de sororité dans l'"Hymne des femmes", qui doit les unir autour d'une cause qu'elles jugent essentielle.

    Initié par les féministes, le concept, et le terme qui l'exprime, tombent dans un certain oubli. Avant de connaître une nouvelle popularité à la faveur des récentes affaires de harcèlement qui ont défrayé la chronique.

    Controverse autour de la notion de sororité

    Cette revendication d'une solidarité propre aux femmes n'a pas de manqué de susciter des critiques. Pour ses détracteurs, la sororité ne serait en effet qu'une forme de communautarisme.

    Pour eux, la notion de fraternité, très large, rendrait compte de la solidarité qui unirait tous les êtres humains, sans distinctions de races, de croyances ou de sexe. Ils refusent donc, au nom de valeurs universalistes, la spécificité que présenterait, d'après ses partisans, la solidarité vécue par un groupe exclusivement féminin.

    Aujourd'hui, la sororité est au cœur des revendications d'une nouvelle vague féministe. Ses membres, qui veulent remplacer, dans la devise de la République française, "fraternité" par "sororité", ne voient plus seulement cette notion comme le symbole d'une union entre les femmes.

    Pour elles, en effet, la sororité doit évoquer un état d'esprit plus agressif. Il s'agirait, au nom de cette notion, de mener un combat contre des préjugés installés par une société patriarcale.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Une œuvre appartient en principe au musée qui l'a acheté ou auquel on a en fait don. Mais certains objets ont été pris sur place, lors d'une conquête militaire par exemple. Les pays d'où ils proviennent en demandent parfois la restitution. Dans ce cas, il est plus difficile de déterminer qui est le propriétaire de l'œuvre en question.

    Les œuvres achetées ou léguées sont la propriété des musées

    Aujourd'hui, les musées sont en principe propriétaires des œuvres qu'ils exposent. Ils peuvent d'abord les acheter. À cet égard, ils bénéficient, depuis 2004, d'une plus large autonomie dans leur politique d'acquisition.

    Les musées reçoivent aussi, de la part des artistes ou de leurs familles, des dons ou des legs. La décision d'acquérir une œuvre, ou d'accepter un don ou un legs, est prise par des organismes spécifiques, sous la supervision, dans certains cas, des services de l'État.

    Par ailleurs, l'importation de certains biens culturels, comme ceux issus de fouilles archéologiques, est régie, depuis 1970, par une convention de l'Unesco, signée par la France.

    Un cas plus difficile

    La question de la propriété des œuvres est plus délicate quand il s'agit d'objets pris sur place, lors d'une guerre par exemple. Les pays sur le territoire desquels ils ont été trouvés s'en considèrent parfois comme les véritables propriétaires.

    Estimant que ces œuvres ont été volées, les autorités de ces pays en sollicitent alors la restitution. Les musées réagissent de manière diverse à cette demande. Les établissements français y accèdent parfois si les objets réclamés ont été acquis avant 1970.

    Mais il arrive qu'ils dérogent à cette règle. Ainsi, en 2009 les pouvoirs publics avaient accepté de rendre à l'Égypte des morceaux de fresques conservés au Louvre.

    Certains pays se montrent plus intransigeants. Ainsi, les autorités britanniques ont toujours refusé de rendre à la Grèce d'importantes pièces appartenant au Parthénon. Il s'agit notamment d'une partie notable de la grande frise qui ornait le célèbre temple.

    Les Anglais s'en étaient emparés au début du XIXe siècle et les avaient rapportées au Royaume-Uni. Prétextant qu'ils avaient l'accord des autorités grecques de l'époque, les Britanniques s'en estiment les légitimes propriétaires.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Le mariage est un jour mémorable qui a ses traditions propres. L'une d'elles consiste, pour la mariée, à lancer son bouquet à ses invitées. Mais sait-on d'où vient cet usage ?

    Une tradition qui remonterait aux Croisades

    À vrai dire, nous ne savons pas avec précision d'où vient cette coutume du lancer du bouquet de la mariée. Pour certains, elle serait d'origine française et remonterait aux Croisades.

    Les chevaliers l'auraient en effet rapportée de leurs périples en Orient. Ils auraient alors composé, pour l'élue de leur cœur, des bouquets faits de fleurs locales, comme les fleurs d'oranger. Elles étaient, dès cette époque, symbole d'innocence.

    D'après les tenants de cette théorie, le bouquet aurait bien été lancé, mais pas par la mariée. C'est le croisé lui-même qui s'en chargeait, envoyant les fleurs, non pas en direction de ses invités, mais vers le ciel.

    Par ce geste, il aurait cherché à faire bénir par Dieu le mariage qui venait de s'accomplir. À leur retour, les chevaliers auraient introduit cette coutume en France. Lancé sur le parvis de l'église, ou au moment de la réception, le bouquet devient un symbole de bonheur pour celle qui l'attrape.

    On prétend en effet que l'heureuse élue aurait toutes les chances de se marier bientôt. Et, en prime, elle pouvait garder le bouquet.

    Du lancer de la jarretière à celui du bouquet

    D'autres pensent que le lancer du bouquet trouve son origine dans l'usage de donner la jarretière de la mariée à l'un des invités. Cet accessoire de lingerie avait en effet la réputation de porter bonheur à celui qui l'obtenait.

    Mais cette opération, quand elle se faisait en public, exposait la mariée à des regards indiscrets. Il arrivait même que des invités impatients, ne lui laissant pas le temps d'ôter sa jarretière, se lancent à sa poursuite pour la prendre eux-mêmes.

    Pour éviter de tels désagréments, la mariée aurait pris l'habitude d'enlever sa jarretière à l'avance et de la lancer à ses invités dès la sortie de l'église. Et ce geste se serait transformé, à une époque qu'il est difficile de déterminer, en un lancer de bouquet.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Sur de nombreux points de l'espace public, les urbanistes ont pris soin de tracer des cheminements qui guident les pas des piétons. Mais les passants en créent parfois d'autres; on les appelle joliment les "lignes de désir".

    De nouveaux cheminements créés par les usagers

    Des chemins faits de dalles, soigneusement tracés entre deux pelouses, indiquent clairement au promeneur la voie qu'il doit suivre. Mais celui-ci n'en fait parfois qu'à sa tête.

    Si ce cheminement officiel lui paraît trop long, il prendra un raccourci, quitte à fouler l'herbe de la pelouse. Avisant ce passage naissant, d'autres passants vont l'emprunter.

    À force d'être piétinés, les brins d'herbe ne se redressent plus et, avec le jeu de l'érosion, finissent par disparaître. Un nouvel itinéraire est né, plus pratique. Il a reçu le nom poétique de "ligne de désir".

    Les piétons ne sont d'ailleurs pas les seuls à créer ces nouveaux sentiers. Des cyclistes, ou même des cavaliers, y contribuent aussi.

    Des passages diversement appréciés

    Dans les zones naturelles, l'existence de ces "lignes de désir" peut endommager la végétation. Aussi les autorités s'efforcent-elles de dissuader les promeneurs de les tracer.

    Pour cela, elles entourent de clôtures les secteurs sensibles ou laissent pousser une végétation dense, qui doit décourager les visiteurs de s'y engager. Par ailleurs, des panneaux leur rappellent qu'ils doivent suivre les sentiers existants.

    Mais ces "lignes de désir" ne provoquent pas toujours l'hostilité des urbanistes. Il leur arrive en effet d'avaliser le choix des promeneurs. Les sentiers tracés par les pas des passants sont alors pavés et deviennent donc des cheminements officiels.

    Dans certains cas, les autorités ne prévoient aucun réseau de sentiers dans tel ou tel secteur. Ils attendent que ces itinéraires se dessinent d'eux-mêmes, avant de les intégrer dans leur schéma de circulation.

    Cette pratique est plus fréquente dans les pays du nord, où la neige, qui y tombe fréquemment, conserve mieux les traces de passage.

    La neige permet aussi de délimiter des zones, en bordure des rues par exemple, qui, n'étant pas utilisés par les voitures, pourraient être réservées à l'usage des piétons.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Les futurs parents aimeraient sans doute prévoir le moment où va naître leur enfant. Dans une récente étude britannique, les chercheurs ne donnent pas une heure précise des naissances, mais ils indiquent le moment de la journée où, en fonction de la nature de l'accouchement, le bébé a le plus de chances de naître.

    L'accouchement naturel

    Pour mener à bien leur étude, les chercheurs ont pris en compte plus de 5 millions de naissances. Ils se sont aperçus que l'heure de la naissance dépendait avant tout de la manière dont se déroulait l'accouchement.

    Ils ont d'abord pris le cas des accouchements naturels, qui ont lieu de manière spontanée, sans opération ni déclenchement du processus. Ils ont constaté que, dans près de trois quarts des cas, ces accouchements avaient lieu en semaine et la nuit, avec un pic des naissances autour de 4 heures du matin.

    Les accouchements déclenchés

    Ensuite, les scientifiques ont recherché le moment où les accouchements par césarienne, ou déclenchés par des médicaments, se produisaient le plus souvent.

    Les premiers ont surtout lieu en semaine, entre 9 heures et midi. Quant aux seconds, ils se produisent surtout vers minuit, entre le mardi et le samedi. Les chercheurs ont également constaté que les femmes ayant pris des médicaments avaient également tendance à accoucher à la veille des jours fériés.

    Un avantage évolutif

    Il est facile de comprendre les raisons pour lesquelles les accouchements par césarienne ont lieu de préférence durant les matinées de la semaine. En effet, c'est durant ces périodes que le personnel soignant est sans doute le plus disponible.

    Pour comprendre la prédominance des naissances nocturnes, dans le cas des accouchements naturels, les chercheurs ont avancé une explication.

    Ils supposent qu'il s'agit là d'un héritage évolutif. Durant la Préhistoire, en effet, la nuit était le seul moment où les membres d'un groupe se retrouvaient ensemble. Les femmes enceintes y auraient vu un élément de protection. Et ce caractère nocturne des naissances se serait en quelque sorte inscrit dans le patrimoine génétique.

    En revanche, ils n'expliquent pas pourquoi très peu de naissances sont enregistrées le 25 décembre.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Les étages de crème pâtissière et de pâte feuilletée qui le composent font du mille-feuilles un grand classique de la pâtisserie française, dont la recette remonte au XVIIe siècle. Mais ce délicieux dessert mérite-t-il vraiment son nom ?

    L'histoire d'un dessert

    On doit la recette du mille-feuilles à un cuisinier français du XVIIe siècle, François Pierre de La Varenne, dont le livre, "Le cuisinier françois", paru en 1651, marque la naissance de la cuisine moderne.

    Il proposait une recette du mille-feuille semblable à celle qu'on connaît aujourd'hui, à cette différence près que le gâteau n'était pas aromatisé à la vanille, mais au rhum ou au kirch.

    Pour certains, cependant, le mille-feuilles serait vraiment né des mains expertes du pâtissier Adolphe Seugnot. À partir de 1867, il en fait la spécialité de sa pâtisserie parisienne.

    Le bouche à oreille aidant, les gens se pressent devant la boutique. Tout le monde veut goûter de ce gâteau, qu'on dit délicieux. C'est à cette occasion que les habitants de la capitale découvrent vraiment ce succulent dessert.

    Un chiffre qui ne correspond pas à la réalité

    La confection du mille-feuilles demande beaucoup de dextérité de la part du pâtissier qui le confectionne. Il faut d'abord préparer une crème pâtissière onctueuse et légère. Le pâtissier doit également réussir le glaçage qui couronne le gâteau.

    Cependant, la principale difficulté réside dans le montage de la pâtisserie. En effet, elle est composée de plusieurs couches de pâte feuilletée, garnies de crème pâtissière.

    Pour monter ces étages, il faut procéder par étapes, six au total. Lors de chacune d'entre elles, le pâtissier replie la pâte en trois. Mais ces six étapes de pliage ne donnent pas mille feuillets de pâte, comme le laisse entendre le nom donné au gâteau, mais très exactement 729 !

    De leur côté, certains pâtissier confectionnent leurs mille-feuilles en sept étapes. Ils arrivent ainsi à obtenir au total plus de 2.000 feuilles. On le voit, le nom de ce dessert doit plus à sa réputation de gâteau compliqué à confectionner qu'au nombre exact des feuilles de pâte qui le composent.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Le sucre et les aliments gras ont mauvaise réputation. En plus de leurs effets nocifs sur la santé, ils feraient grossir ceux qui les consomment. Mais l'un des deux a-t-il plus d'impact sur notre tour de taille ?

    Des jumeaux et des rats

    Des recherches ont été menées pour savoir laquelle de ces deux substances, sucre ou graisses, faisait le plus grossir. L'une d'elle est originale. Elle a été entreprise par deux jumeaux anglais, médecins de leur état.

    Durant 30 jours, l'un a adopté un régime alimentaire riche en sucre et pauvre en graisses, tandis que l'autre faisait l'inverse. Tout au long de cette expériences, les deux cobayes volontaires ont surveillé plusieurs paramètres corporels, dont leur poids et leur pression artérielle.

    Et le résultat n'a pas manqué de les surprendre. Non seulement ces nouvelles habitudes alimentaires ne les avaient pas fait grossir, mais elles leur avaient fait perdre du poids.

    De son côté, un scientifique américain a nourri des rats avec un ensemble d'aliments contenant autant de sucre que de graisses. Au fil du temps, les animaux ont pris beaucoup de poids et sont devenus sédentaires.

    Un cocktail nocif

    De ces recherches, on peut tirer la conclusion que ce ne sont pas tant les graisses ou le sucre en eux-mêmes qui feraient le plus grossir que le mélange des deux.

    C'est pourquoi les jumeaux médecins, qui avaient privilégié un type d'aliments, ont même perdu du poids. Et les rats, qui se sont gavés de sucre autant que de graisse, sont devenus obèses.

    Ce qui ne veut pas dire qu'une consommation excessive de sucre ou de graisses n'entraîne pas une prise de poids et de sérieux problèmes de santé.

    Tout dépend, cependant, des aliments gras ou sucrés qui sont consommés. En effet, le sucre industriel, consommé en excès, peut faire grossir et provoquer des soucis de santé, alors que le sucre naturel, contenu dans les fruits ou le miel, est réputé pour ses bienfaits.

    De même, les acides gras insaturés, qu'on trouve dans l'huile d'olive, sont bénéfiques pour notre santé, ce qui n'est pas le cas de certains acides gras saturés, présents notamment dans les plats transformés. 

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.

  • Certains astres ont reçu des noms familiers. C'est le cas de l'"étoile du berger". Mais, au fait, pourquoi l'appelle-t-on ainsi ?

    Une planète brillante

    En fait, cette "étoile du berger" n'est pas une étoile, mais une planète. Il s'agit de Vénus, une planète dont la taille et la masse ne sont pas très éloignées de celles de la Terre.

    C'est la deuxième planète la plus proche du Soleil, après Mercure. Elle est donc bien placée pour réfléchir sa lumière, même si sa couverture nuageuse bloque une partie des rayons du Soleil. De ce fait, c'est un objet céleste brillant, très visible dans le ciel nocturne.

    Cet éclat vient aussi de la position relativement proche de vénus, qui n'est éloignée de la Terre que de 42 millions de kilomètres, contre 150 millions pour le Soleil.

    Vénus a une particularité : elle est toujours la première à apparaître au crépuscule, mais c'est aussi la dernière à s'effacer du ciel de l'aube.

    Un guide dans l'espace et dans le temps

    On peut se demander pourquoi les bergers ont donné leur nom à un objet céleste qu'on a d'abord pris pour une étoile.

    Plusieurs explications ont été données. Vénus leur servait peut-être de point de repère, permettant aux pâtres de s'orienter et de retrouver le chemin de la bergerie. Le soir, en effet, elle se trouve à l'Ouest, et le matin à l'Est.

    Mais les bergers empruntaient souvent les mêmes itinéraires et connaissaient d'autres moyens de s'orienter. Il se peut que l'"étoile du berger" leur ait plutôt indiqué un moment de la journée.

    L'observation du ciel était en effet leur seul moyen de connaître l'heure. Quand les bergers voyaient disparaître, dans le ciel matinal, l'étoile qui "annonce le matin", ils savaient qu'il était temps de faire sortir les moutons.

    De même, son apparition, dans le ciel vespéral, marquait le moment de rentrer à la bergerie. On a pu également prétendre qu'à force de la voir apparaître et disparaître chaque jour, ces hommes, vivant sous le ciel étoilé, ont pu faire de cette "étoile" une sorte de mascotte.

     

    See acast.com/privacy for privacy and opt-out information.