Эпизоды

  • Épisode bonus avec mon gars sûr, j’ai nommé Matthieu Stefani du podcast GIDY, sans qui ma vie de podcasteuse n’aurait peut-être pas pris le même virage s’il n’avait pas été dans les parages. Cela fait plus de 2 ans maintenant qu’on se suit, qu’on se conseille, qu’on partage nos doutes, nos questionnements mais aussi notre enthousiasme pour ce média dont nous avons essayé de dessiner les lignes, entourés de toute une tribu d’autres podcasteurs plein d'énergie. Aujourd’hui on a décidé de lancer la Masterclass "Entreprendre un podcast” pour vous accompagner dans votre propre aventure. Elle est accessible à un super tarif de lancement jusqu’au 27 novembre et si vous avez un projet de podcast en tête, croyez-moi, elle va vous faire gagner du temps! Dans cet épisode on s’est retrouvés pour vous parler de l’origine de ce projet, et vous allez comprendre que si vous décidez de suivre cette Masterclass, ce sera peut-être juste un hobby mais faites gaffe parce que ça peut aussi changer votre vie. 

    Musique by @thegeorgesmusic

  • Si on part du principe qu’il ne sert à rien d’attendre “le bon moment”, que ce soit pour monter sa boîte ou pour faire un bébé, alors on peut imaginer les possibilités infinies qui s’offrent à nous...! 

    L’appel de l’entreprenariat et celui de la maternité arrivent parfois l’un après l’autre, et puis parfois, tout arrive en même temps. Et même si sur le papier, il paraît un peu fou d’envisager ces deux énormes projets de vie en simultané, certaines success stories existent bel et bien avec la cohabitation d’une vie pro et d’une vie perso qui s’entrelacent habilement, voire même qui se nourrissent l’une l’autre. 

    Quand Cécile Roederer a eu l’idée de lancer un concept store qui regrouperait tous les plus craquants créateurs pour enfants, elle n’était pas encore maman. Mais la maternité l’a vite rattrapée et elle s’est donc retrouvée à devoir jongler entre deux activités… très prenantes. D’un côté, la naissance de Charles, son premier bébé, et de l’autre, un bébé différent, mais nécessitant aussi une présence et une attention constante:  sa marque Smallable, concept store génial et incontournable, qui a su s’imposer comme une véritable référence dans l’univers de la mode et de la déco pour enfant. 

    Alors comment fait-on pour tout mener de front? Où cette entrepreneuse bouillonnante a-t-elle puisé son énergie? Comment imaginer vivre le plus grand des bouleversements personnels tout en gérant une entreprise en pleine éclosion? Finalement, puisqu'on est capables de porter la vie, alors rien n’est impossible c’est ça ? 

    Alors je vous laisse découvrir l’histoire inspirante de Cécile, pour qui le mot “mumpreneur” a sans doute été inventé, et qui a tout mis en œuvre pour ne jamais avoir à choisir entre sa boite et ses bébés. 

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Aurélia Martin pour Little Big Prod

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • Пропущенные эпизоды?

    Нажмите здесь, чтобы обновить ленту.

  • Depuis les débuts de ce podcast, j’ai interviewé des dizaines de femmes. Toutes avec des trajectoires bien à elles, faites de joies et de peines, parfois de drames, mais toujours avec une fin heureuse et un bébé dans les bras. 

    Mais au fur et à mesure que les épisodes se sont enchaînés, j’ai senti comme un murmure grandissant provenant de plusieurs d’entre vous. Ce murmure est devenu une voix forte et distincte qui me demandait de m’intéresser aussi à celles pour qui il n’y avait pas de happy end. Car oui, parfois, malgré toute la bonne volonté du monde, malgré les sacrifices et la patience, malgré les explorations médicales et les prières, l’enfant n’arrive pas. Et ce vide qui s’installe dans le ventre devient insoutenable.

    Elodie a eu envie d’un enfant très tôt. A 22 ans, elle avait rencontré l’homme de sa vie et elle était prête. Mais elle était bien sûr, loin de se douter que la tâche serait aussi ardue. Aujourd'hui elle a 35 ans, et toujours pas d’enfant. Entre ces deux âges, il y a le parcours d’une femme acharnée, prête à renoncer à une carrière, prête à faire subir à son corps des injections multiples et des protocoles épuisants. 

    Alors comment résiste-t-on à 10 ans de PMA? Où trouver la force de croire en son destin? À quel moment doit-on se résoudre à des alternatives qu’on ne voulait pas voir ? Comment tenir face aux autres couples qui procréent sans encombre ? 

    Dans cet épisode vous découvrirez ce chemin caillouteux sur lequel marche Elodie depuis des années, et comment elle trouve les ressources pour rester toujours certaine qu’elle tiendra un jour, son bébé dans ses bras.

    Merci Elodie @labicheenlaine pour cette prise de parole nécessaire, et on t’envoie plein de force pour la suite.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Sydney Klasen

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • Quand on met au monde un nouveau membre dans une famille, les lignes bougent. Chacun voit son rôle changer, évoluer. Le prisme à travers lequel on percevait ses proches change aussi souvent. Et puis une naissance nous ramène inévitablement à la nôtre, et donc à la femme qui nous a donné la vie. Une maman on en a qu’une, et devenir maman soi même c’est souvent marcher dans le sillage de la sienne, sentir ses effluves et se lover dans ses conseils et son soutien inconditionnel. Oui mais voilà, parfois les repères ne sont plus, et il faut avancer à tâtons, sans cette référence avec laquelle on a grandit. Alors comment fait-on quand on perd ce qu’on avait de plus cher? Comment se construire dans un nouveau rôle alors que notre modèle n’est plus là pour nous guider? Kenza était fusionnelle avec sa mère. Complice de toujours, meilleure amie, guide spirituelle, l’accompagner dans la maladie et lui dire au revoir trop tôt fut évidemment un déchirement. Et tomber enceinte 4 mois après, très destabilisant. Pourtant cette grossesse Kenza la désirait profondément, mais ce qu’elle aurait aimé plus que tout c’est la vivre avec sa mère à ses côtés. Alors il a fallu faire preuve de résilience, continuer à vivre grâce aux souvenirs et aux jolis signes, et puiser dans toute la force et la confiance que lui avait transmises sa maman pour construire sa propre façon d’en devenir une. 

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Aurélia Martin pour Little Big Prod

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • En ce qui concerne une grossesse, dès qu’il y a acronyme, ça peut être mauvais signe: PMA, MAP, GEU, SOPK, et j’en passe… Et le CMV n’échappe pas à la règle, car derrière ces 3 petites lettres se cache le redoutable Cytomégalovirus qui, s’il est totalement inoffensif hors grossesse peut être un vrai poison si on se retrouve infectée enceinte, spécialement durant les 3 premiers mois de la grossesse. En effet, le CMV expose le fœtus à des risques graves allant de la surdité à des atteintes cérébrales sévères pouvant entraîner la mort. Alors pourquoi est-ce qu’on en parle si peu? Et pourquoi le dépistage est-il loin d’être systématique? 

    Lorsque Karen se lance dans une 3e grossesse, le fait qu’elle soit gémellaire devient finalement vite anecdotique. Car après cette double bonne nouvelle, elle découvre non seulement que les deux petits embryons qui se développent dans son ventre ont un risque de syndrome transfuseur transfusé mais Karen apprend aussi qu’elle a été exposée à ce satané CMV au tout début de sa grossesse et que donc, potentiellement, les bébés l’ont également été. 

    Alors une fois que l’on sait ça, que faire de cette info? Le seul moyen de s’assurer de l’infection étant l'amniocentèse et les risques de fausse couche qu’elle comporte, comment être sûre qu’on a envie d’être sûre? Karen l’hyperactive, ultra documentée et suivie par les pontes en la matière, s’est retrouvée à devoir faire ce choix si difficile, et à vivre une grossesse avec une belle épée de Damoclès au dessus de la tête. 

    Je vous laisse donc découvrir cet épisode tellement instructif et nécéssaire, porté par une femme qui, grâce à sa bonne étoile et sa niaque incroyable a réussi à déplacer des montagnes.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • En général on est impatientes, on se languit, et on trouve globalement que tout prend trop de temps sur les questions de maternité. Mais dans certaines exceptions (qui confirment certainement la règle), tout peut aller… très vite, et la vie peut parfois prendre un virage insoupçonnable allant jusqu’à transformer des destins à priori tout tracés. Car lorsque frappe le véritable coup de foudre, et que 2 âmes soeurs se rencontrent enfin, les évidences permettent de gagner du temps.

    Ce scénario de film romantique, Ninon l’a vécu, pour de vrai, il y a 2 ans, et depuis, elle a eu 2 enfants, avec l’homme de sa vie, dont elle est tombée amoureuse en 1 regard. 

    Alors comment faire face à une telle évidence? Comment assumer ce vertige de l’amour en étant sûre de ne pas se tromper? Et surtout comment gérer une vie de futurs parents qui se construit en même temps qu’une lune de miel…? Qu’est ce que ça pose concrètement comme question sur l’intimité, et la peur de voir une vie sexuelle à peine savourée, malmenée par un accouchement ? 

    Alors si comme moi vous avez adoré Julia Roberts et Hugh Grant, tout en vous disant que ça n’arrive jamais dans la vraie vie… et bien je vous propose de vous laisser embarquer dans l’histoire incroyable de Ninon qui va vous démontrer le contraire, et qui vous prouvera une fois de plus que tout arrive quand on s’y attend le moins. Car Ninon est bien devenue maman presque sans s’en rendre compte, tant elle était embarquée dans ce tourbillon qui a bouleversé sa vie.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Aurélia Martin pour Little Big Prod

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • On connait toutes une femme de près ou de loin touchée par cette putain de maladie. Moi par exemple j’avais 15 ans quand ma tante maternelle est décédée d’un cancer du sein foudroyant. Depuis, les mammographies font partie de ma vie et j’ai appris à être vigilante. Aujourd’hui on a l’impression qu’on guérit du cancer du sein. Alors certes c’est beaucoup mieux, mais il touche encore 59 000 femmes en France chaque année et il reste 15 à 20% des cancers du sein qu’on ne guérit pas encore. 

    La vigilance reste donc de mise, pour toutes, car contrairement à ce qu’on pourrait penser, figurez-vous que ça n’arrive pas qu’aux autres. 

    Cette triste constatation, Anne l’a faite l’année dernière, lorsque, enceinte de son 3e enfant, elle a commencé à avoir très mal à l’épaule gauche. Mais vraiment, très mal. Et brutalement, une annonce, brutale, improbable. 

    Alors comment ça se passe quand le cancer du sein touche une femme enceinte? Comment l’identifier? Quels sont les protocoles prévus et comment gérer cancer et maternité? 

    Dans cet épisode si important en ce mois d’octobre rose, Anne vous racontera tout son parcours, et alors que son principal objectif était de se préparer à donner la vie, comment elle a dû soudain se battre pour sauver la sienne. 

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Aurélia Martin pour Little Big Prod

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • J’ai commencé par ouvrir son livre “Allers-retours pour un bébé”, sans trop savoir ce que j’allais y trouver… une histoire de quadra qui a laissé filer les années? Un revival à la J.J Goldman qui raconterait cette fille qui a fait un bébé toute seule? Déjà, ça me tentait bien, mais j’étais loin d’imaginer dans quelle odyssée j’allais être embarquée. 

    Ce livre c’est la vie d’Audrey depuis 2013 celle d’une femme qui cumule les histoires d’amour passionnelles avec des hommes déjà pères, et comprends vite qu’elle ne devra compter que sur elle même pour être certaine d’accéder un jour à sa maternité rêvée. Alors très vite elle saute le pas et s'achète quelques années de sérénité en faisant vitrifier ses ovocytes à Barcelone. Audrey raconte l’espèce de double vie que cette décision implique, la logistique militaire qui va avec, puis son coeur qui se brise, le sablier qui s’écoule, et petit à petit, la perspective de vouloir  “faire famille” autrement. En solo. 

    On le sait, quand le désir d’enfant est plus fort que tout, les femmes sont capables de digérer des ruptures, traverser des frontières, supporter des injections, encaisser la fatigue, et faire preuve d’une résilience infinie. Audrey a vécu tout ça, et bien plus encore, toujours avec son sourire immense, ses yeux d’amoureuse et son instinct maternel chevillé au corps. Dans cet épisode elle vous racontera son parcours de marathonienne, l’envers du décor de la PMA en Espagne, et les montagnes russes qui vont avec. Alors je vous laisse plonger dans cette histoire incroyable, au cours de laquelle vous découvrirez sans doute des chiffres édifiants et des techniques qui font réfléchir, mais qui prouve, comme la dit si bien la lumineuse Audrey, que tout le monde a droit à sa place au soleil.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Aurélia Martin pour Little Big Prod

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • Cet épisode a reçu le soutien d'une marque indémodable, essentielle, que dis-je… iconique, j’ai nommé… Petit Bateau ! Et pour fêter ça je vous offre moins 15% à partir de 2 articles avec le code BLISS15. C’est valable du 5 au 11 octobre, dépêchez vous! ////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Je la pensais fragile…elle est super forte. Je la voyais mélancolique… c’est un vrai soleil. Je suis contente, c’est le genre de rencontre qui prouve qu’une image sur Insta est bien loin de la vraie vie. Cette énergie Elodie la puise de toutes les épreuves qu’elle a traversées. Fille d’immigrés serbes, elle subit un modèle parental ultra patriarcal qui la pousse dans ses retranchements les plus sombres. La rupture familiale lui sera nécessaire pour briser ses chaînes et prendre un envol, bien mérité, auprès de Flo, son amoureux, qui l’apaise. C’est avec lui qu’elle se lancera dans cette parentalité qu’elle redoutait un peu, beaucoup... Evidemment. Comment devenir mère quand la notre nous a fait défaut ? Quel modèle suivre quand son propre schéma familial nous laisse un goût amer dans la bouche ? Elodie découvrira qu’on ne naît pas mère, on le devient. Elle retissera, à sa façon, les liens maternels défaits, grâce à deux petits bouts de ficelles qu’elle aura fait grandir dans son ventre. Elle aurait pu flancher, lorsqu’on lui demande de ne pas s’accrocher à sa deuxième grossesse, ou lorsqu’un RGO que personne ne diagnostique vient faire valser le bonheur familial, et surtout lorsqu’en plein confinement, elle perd pied, seule. Elle aurait pu se laisser engloutir par la vague géante du burn out maternel qui la submergeait. Mais non. Elodie est là, debout, encore un peu mouillée par cette tempête. Mais, ses deux merveilles dans les bras : elle nous sourit. Alors je vous laisse en sa compagnie, ne vous étonnez pas si vous riez en même temps que votre gorge se serre, c’est normal, c’est l’effet Elodie ;)

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Aurélia Martin pour @littlebigconcept

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • Il m’en aura fallu du temps pour me dire que peut-être… mon histoire méritait d’être entendue.

    Vous me réclamez ce récit depuis le démarrage, et si j’ai réussi à botter en touche jusqu’ici, pour ce 100e épisode, je me suis dit que je vous devais bien ça.

    Alors voilà, tout est là.

    Merci à ma Cécile qui a accepté ce rdv pris il y a 2 ans et demi.

    Merci à vous de faire ce que je suis aujourd’hui.

    La vie est belle,

    Love & Bliss forever

    Clémentine

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Sydney Klasen

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • Audrey Hepburn disait que le plus difficile dans la maternité c'est cette inquiétude intérieure que l'on ne doit pas montrer… Et si je la cite aujourd’hui, ce n’est pas pour me faire un revival du générique de Baby-Boom, mais parce que je trouve cette citation très juste pour illustrer ce nouvel épisode. C’est vrai quoi, porter un enfant jusqu’à terme ça peut être tellement inquiétant… le faire naître aussi… et puis ensuite… l’élever, le faire grandir dans un foyer qui se doit d’être stable et résistant aux tempêtes conjugales. Un programme tout simplement vertigineux quand on y pense.

    Quand elle est tombée enceinte de sa première fille, Babeth est aussi tombée des nues, et a dû accepter ce bébé surprise dont la naissance a eu vite fait de balayer tous ses fantasmes de maternité parfaite. Sa fille Cerise lui aura appris à être maman, et la petite Salomé arrivée après 2 fausses-couches, lui permettra de tester un peu plus sa capacité à absorber les chocs. Menace d’accouchement prématuré à seulement 2 mois de grossesse, alitement strict pendant 7 mois, puis opération vitale à 10 jours de vie, cette petite sœur tant attendue chamboulera une fois de plus les rêves de perfection de Babeth. Alors à quel moment accepte-t-on de mettre de côté ses rêves pour faire place à la réalité ? Comment transformer ses désillusions en lâcher prise ? Je laisse Babeth vous raconter son histoire, et comment elle a su se réapproprier sa vie pour concrétiser d’autres rêves.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Aurélia Martin pour @littlebigconcept

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

  • Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Il y a des histoires qui ne devraient pas exister, des scénarios catastrophes qui sont sensés n’être que des cauchemars. Cette histoire je l’ai suivie sur Instagram, j’ai pleuré ce bébé parti de façon si injuste, et j’ai été fascinée par l’aptitude de sa mère à une résilience impossible, portée par son autre bébé qui lui, était bien en vie.

    Quand Julie m’a fait part de son besoin de raconter ce qui lui était arrivé, je me suis demandé s’il n’était pas trop tôt et j’ai eu peur de la faire replonger dans ces souvenirs traumatiques. Pourtant, à travers nos échanges, j’ai surtout senti une mère en colère, qui ressentait l’urgente nécessité de parler de cette imprévisible grossesse gémellaire, à laquelle il a fallu se faire, puis finalement vécue comme un cadeau de la vie.

    Julie a aimé porter ses deux petits garçons presque à terme, mais ce qu’elle appréhendait plus que tout, c’est le moment où il faudrait qu’ils sortent par voie basse. En effet, Julie l’infirmière, Julie la soignante informée, était pourtant terrifiée par la manœuvre interne nécessaire à certains accouchements de jumeaux, et aurait préféré anticiper une césarienne. Mais puisqu’encore aujourd’hui, la parole et les inquiétudes des patientes ne sont parfois pas prises en compte, ce qu’elle redoutait le plus a fini par arriver.

    En donnant naissance à Antoine et Charles, Julie a donc dû accepter l’inacceptable, et dire adieu à l’un des deux. Parfois on se passerait bien de faire partie des mauvaises statistiques, et ce qui est arrivé ce jour-là n’est heureusement pas représentatif de toutes les grossesses multiples. Mais comme il est important de savoir, je vous laisse donc découvrir l’histoire de la naissance d’Antoine et Charles, et celle de Julie, qui aurait dû aujourd’hui les tenir tous les deux dans ses bras.

    ///////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Claire Sarfati

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

  • Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Certaines femmes ont une idée très précise du nombre d’enfants dont elles rêvent, pour d’autres, c’est plus flou. Cette incertitude est souvent liée à une multitude de paramètres et d’hésitations insolubles pouvant entraîner des regrets éternels.

    Bien sûr, idéalement il faudrait être consciente qu’on vit sa dernière grossesse au moment où on la vit pour pouvoir la savourer pleinement. Oui mais voilà, parfois tout va tellement vite qu’on peut passer à côté de cette prise de conscience, et passer ensuite le reste de notre vie à courir après des sensations perdues.

    Pour Carole, la maternité démarre avec une menace d’accouchement prématurée, puis une césarienne suivie d’un baby-blues éprouvant, mais qui ne l’empêche pas de penser très vite au prochain enfant. La 2e grossesse tarde un peu mais sa petite Thelma vient compléter le tableau de famille qui semble au complet.

    Mais contrairement à son mari, pour Carole, il n’était pas écrit que cette 2e fois serait la dernière, et malgré le bonheur immense que lui procurent ses enfants, un sentiment d’inachevé persiste au plus profond d’elle-même. C’est comme si elle n’avait pas réussi tout ce qu’elle fantasmait d’une grossesse et d’un accouchement, et qu’elle ferait certainement mieux si elle tombait enceinte une troisième fois.

    Alors comment gérer au quotidien ce sentiment qu’on a encore quelque chose à régler avec la maternité ? Comment être sûre que c’est une réelle envie et pas juste une lubie ? À quel moment accepte-t-on de renoncer pour s’aligner avec l’autre ? Comment se décider à tirer un trait sur cette « dernière fois », et être certaine que c’est la bonne décision ? Autant de questions que Carole n’a pas fini de se poser, et son témoignage vous permettra certainement de cheminer avec elle vers votre propre réflexion, ou peut-être de savourer d’autant plus, chaque moment précieux de votre maternité.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement, textes : Clémentine Galey

    Montage: Astrid Jacob pour Paxine Studio

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

  • Elle m’a écrit un mail il y a quelques mois dont l’objet était : sujet introuvable. Alors forcément ça m’a intriguée… Elle me demandait si j’avais déjà interviewé des femmes qui, comme elle, ne voyaient pas la maternité ou la grossesse comme la plus belle chose qui soit. Elle disait se sentir comme un ovni au milieu des autres mères qui l’entouraient, très éloignée du bonheur familial qu’on lui avait tant vanté. Ses mots étaient pudiques, presque chuchotés. Ils m’ont cueillie, et m’ont permis de me poser pas mal de questions … comment fait-on quand l’épiphanie n’arrive jamais ? Comment avouer qu’on se sent étrangère à ce rôle de mère pourtant si convoité ? D’où peut provenir ce sentiment permanent d’illégitimité et comment vivre avec, tout en supportant la fatigue et les pleurs d’un nouveau-né?

    Marie-Caroline a eu sa petite Olivia il y a 2 ans, et quand nous avons discuté avant l’été, elle allait accoucher de son 2e bébé. C’est comme si elle avait eu besoin de poser ses bagages avant d’entamer ce nouveau voyage. Alors on a essayé de comprendre ensemble pourquoi elle avait été hermétique à l’extase maternel, on a évoqué la sociologue israélienne Orna Donat, dont le livre « Le regret d’être mère » a fait grand bruit récemment et dans lequel elle s’est pas mal retrouvée... bref, on a essayé de traiter ce sujet introuvable pour rendre l’insurmontable peut-être un peu plus surmontable...

  • A quel point une expérience de mère peut-elle bouleverser une vie ? Comment transformer une épreuve en embellie ? Où trouver les ressources pour se connecter à son bébé quand le scénario frôle la catastrophe ? Pour cet épisode de reprise et après 4 loooongues semaines d’absence, voici l’histoire d’Alison, fantastique fondatrice de la non moins fantastique marque de vêtements d’allaitement Tajine Banane, qui m’a fait l’honneur de me raconter son incroyable histoire de maternité comme elle ne l’avait jamais fait.

    Maman à 18 ans, puis à 22, son premier compagnon n’est pas le bon, mais comme la vie est bien faite, c’est dans les bras de Rapha qu’elle va vivre sa 3e maternité. Et cette 3e expérience est loin d’être la plus simple. Grossesse pénible, kilos en trop, elle s’achève par une crise d’appendicite aigue qui a bien failli virer au drame… et Alison sort de son accouchement avec bien plus qu’une cicatrice de césarienne. Le post-partum est extrêmement pénible, et la convalescence interminable.

    Mais comme il parait que ce qui ne nous tue pas nous rend plus fortes, Alison la tenace a choisi de récupérer ce que le destin lui avait volé et c’est en décidant d’allaiter son bébé coute que coute 1 mois après sa naissance, qu’elle a, sans le savoir, changé sa vie pour toujours.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    À très vite! Love & Bliss

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement: Clémentine Galey

    Montage: Claire Sarfati

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

  • Quand on a été élue Miss France, ensuite on l’est pour la vie aux yeux du public. Admirée, entourée, scrutée, il faut avoir les épaules qui vont supporter la couronne, et à seulement 18 ans, pas toujours évident de se projeter dans la cour des grands. Pourtant Alexandra verra soudainement sa vie changer et devra mettre de côté les entraînements d’athlétisme pour les soirées mondaines. Dans cette nouvelle vie en accéléré, elle découvre aussi très jeune, la maternité. Sa grossesse est une révélation, et lui permet pour la première fois d’être en accord avec son corps et sa féminité, mais aussi de découvrir qu’elle a terriblement peur d’accoucher. Pour se donner de la force, et malgré une sérieuse menace d’accouchement prématuré, elle décide de se construire une bulle grâce à la respiration, mais aussi en s’entourant d’une sage-femme qui deviendra sa bonne fée. Une décennie plus tard, et alors qu’elle n’y croyait plus, deuxième grossesse et même craintes. Mais Alexandra vit une nouvelle histoire d’amour qui la comble de joie, et la succession d’évidences est trop forte pour que la peur vienne ternir le tableau. Elle mise donc tout sur l’amour et l’humour, mais aussi sur sa maîtrise du yoga pour mettre au monde sa 2e fille. Aujourd’hui Jim est là depuis 5 mois, alors pour célébrer l’été je laisse Alexandra vous raconter son rêve éveillé.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    À très vite! Love & Bliss

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement: Clémentine Galey

    Montage: Claire Sarfati

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

  • Il paraît qu’au-delà de l’arc en ciel, le ciel est bleu. C’est pour ça qu’on appelle « bébés arc en ciel » ces enfant qui naissent après la perte d’un autre. Parce que retrouver la lumière quand on a connu les ténèbres, ça paraît inimaginable… et pourtant. Pourtant comme le soleil revient après un orage… l’envie de redonner la vie , revient, après avoir vécu un deuil périnatal. C’est comme ça, et c’est tant mieux.

    Il y a presque un an jour pour jour, je diffusais un des épisodes qui vous aura le plus marqué : celui de Pauline, qui avait accepté de me raconter l’histoire d’Elias, son enfant météore, qui n’avait vécu que 9 jours après les 9 mois passés dans son ventre. Ses mots nous ont toutes percutées, bouleversées, émues aux larmes, et sa force et sa dignité ont déclenché des élans d’admiration.

    Quelques semaines seulement après notre interview, Pauline m’annonçait qu’elle était à nouveau enceinte, pour son plus grand bonheur. Et moi je me suis demandé comment une mère qui avait perdu une partie de ses entrailles, pouvait à nouveau trouver la force d’y loger un nouveau cœur. On dit que ça s’appelle la résilience, mais ça s’appelle aussi la rage de donner la vie pour conjurer le sort. Et ça de la rage, Pauline en a à revendre, alors je suis très heureuse de vous la faire entendre à nouveau pour qu’elle vous raconte comment ça se passe là-bas, over the rainbow.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    À très vite! Love & Bliss

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement: Clémentine Galey

    Montage: Claire Sarfati

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic & Izïa Higelin

  • Il y en a qui reçoivent, mais pour cela, il faut que d’autres donnent. Le don d’ovocytes en France est un sujet encore très mal connu et, même si le nombre de donneuses augmente légèrement chaque année, il n’est encore pas suffisant pour résorber les délais d’attente qui sont de plusieurs années pour certains couples en attente de devenir parents.

    Pourtant, en France, une femme âgée de 18 à 37 ans, ayant eu ou non des enfants, peut donner ses ovules (ou ovocytes) à des couples qui ne peuvent pas avoir d'enfant pour des raisons spécifiques. Le don est réalisé dans un établissement hospitalier. Il est gratuit et pour l’instant, anonyme.

    C’est une démarche forte, engagée, et qui doit provenir d’une envie très personnelle à chacune. Pour Marie, cette envie a répondu comme un écho à sa propre expérience de maternité, et ce don est devenu pour elle une façon de rendre ce qu’elle avait reçu.

    Car après une première grossesse très stressante à cause d’une pré-éclampsie, Marie a fait une hémorragie le jour de l’accouchement et a dû être transfusée deux fois.

    Sans les poches de sang qu’elle a reçu ce jour-là, l’histoire n’aurait pas été la même, et ça, elle l’a ressenti très vite au plus profond de son ventre.

    Cette première expérience changera radicalement sa vision de la maternité, et la « Manif pour tous » achèvera de la convaincre qu’il fallait qu’elle aide d’autres femmes à devenir mères. Alors, lorsqu’elle a senti sa petite famille au complet, elle s’est lancée dans cette aventure du don qui lui tenait tant à cœur. Dans cet épisode, Marie vous racontera donc les coulisses si peu racontés du parcours d’une donneuse… parcours pas si compliqué que ça, et qui permet quand même à plus de 1200 bébés de voir le jour chaque année.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    À très vite! Love & Bliss

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement: Clémentine Galey

    Montage: Claire Sarfati

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

  • Pour certaines, c’est un moment de grâce, pour d’autres un vrai calvaire.

    Comme pour à peu près tout, nous ne sommes pas égales face à une grossesse et même si l’envie profonde d’avoir un enfant est bien là, les 9 mois nécessaires à sa fabrication peuvent sembler interminables et être semés d’embuches. Si en plus vous avez une petite tendance à être angoissée, toute cette période peut se transformer en véritable épreuve qu’il s’agit de traverser tant bien que mal, en ne perdant pas de vue qu’elle aura de toute façon une fin.  Mais comment tenir pendant ces mois qui paraissent des années ? Comment se raisonner en se disant que ça ne durera pas ? Comment faire bonne figure et supporter les injonctions permanentes qui prônent la grossesse comme une embellie ?

    D’un naturel plutôt angoissé, Éléonore a très vite eu peur, peur du tri-test, peur de la césarienne, peur qu’il puisse arriver quelque chose de grave à tout moment. Et comme elle a cumulé les raisons de stresser et les mauvais scénarios, cette peur ne l’a plus jamais quittée. Dans cet épisode, Éléonore vous racontera comment quelques chiffres et une marge d’erreur sur un test peuvent faire voler nos certitudes en éclat, comment on peut se retrouver à subir une césarienne d’urgence alors qu’on envisageait l’accouchement physio, comment on peut être envahie d’amour malgré un bébé transféré en néonat à l’autre bout de la ville… bref, Éléonore nous racontera son Vietnam, qui comme toutes les guerres, se termine avec des cicatrices mais aussi pas mal de médailles.

    /////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

    Si vous aimez ce podcast et que voulez le soutenir, prenez 1' pour mettre 5 étoiles sur Apple Podcasts, ça m'aide beaucoup!

    Les Tips de mes invitées et leurs photos persos sont à retrouver sur le site: www.bliss-stories.frPour ne rien rater de l'actualité de Bliss-Stories, rdv sur Insta: @bliss.storiesPour envoyer une demande de témoignage: monhistoire.blisss@gmail.com

    À très vite! Love & Bliss

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement: Clémentine Galey

    Montage: Astrid Jacob pour Paxine Studio

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic

  • Ça faisait longtemps, très longtemps que j'avais envie de m'approcher un peu plus d'elles.

    Dans chacune de vos histoires vous en parlez avec tellement d'émotion, tellement de reconnaissance. Ces femmes (et ces hommes) qui sont là dans ces moments si forts et si uniques de nos vies. Nos sages-femmes chéri.e.s, celles qui en un mot, en un regard ou un sourire réussissent à apaiser nos angoisses, à faire en sorte que l'on se sente en sécurité, pour faire naître nos bébés... Nous leur devons tellement! 

    Pendant la période difficile que nous venons de vivre, elles n'ont rien lâché. Sur le front quoi qu'il arrive, elles ne se sont pas posé de question. Et si la mort rodait, elles étaient bien décidées à continuer à donner la vie. 

    Alors il était plus que temps de leur consacrer un épisode hommage, et qu'elle prennent la parole à leur tour, pour revenir sur cette épreuve collective, la façon dont elles l'ont traversée, les trésors d'adaptabilité dont elles ont dû faire preuve, et les souvenirs marquants qu'elles garderont gravés. 

    Quand j'ai su que Pampers avait décidé de nouer un partenariat via un don financier avec le Fonds de soutien sages-femmes, et qu'ils m'ont proposé d'unir nos forces pour mettre en lumière ces héroïnes du quotidien, je me suis dit que c'était le bon moment. 

    Valentine, Fanny, Camille, Selen, Amandine, Céline mais aussi Robin et Adrien (deux hommes qui font partie du petit nombre de sages-femmes hommes en France), je suis très fière et très heureuse de pouvoir faire entendre vos voix aujourd'hui. Merci pour tout 

    ———--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Pour en savoir plus sur les engagements de la marque, vous pouvez vous rendre sur le site https://nosengagements.pampers.fr » 

    Et découvrez d’autres initiatives sur le compte Instagram de Pampers : pampers_france.

    ———--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

    Création originale: Clémentine Galey

    Production, enregistrement: Clémentine Galey

    Montage: Claire Sarfati

    Musique originale by The Georges @thegeorgesmusic