Episodes

  • Le 10 juillet dernier, Douce Dibondo a été invitée à couvrir le lancement du label UKAMA qui se tenait à la Flèche d’or à Paris. 
    Le label UKAMA est le travail de réflexion de la commission culture de la CAAN : la coordination d’action autonome noire dont l’action est le coeur et le moteur. La CAAN est né du sillage de plusieurs organisations noires afin d’améliorer les conditions matérielles d’existence des personnes noires face aux problématiques systémiques que sont le logement, la santé, l’écologie, les papiers, la culture…) avec une volonté claire de créer un mouvement de masse de solidarité, afin d’établir un rapport de force contre l’injustice et les discriminations envers les personnes noires de France et d'ailleurs.
    Le lancement du label s’est déroulé tout le long de l’après-midi où des dizaines d’artistes se sont réuni.e.s afin d’échanger sur leur besoin et les modes d’organisation et d’outils nécessaires à l’éclosion et les pérennisation de leurs arts. Elle a donc baladé son micro afin de recueillir leurs propos, leurs interrogations, les propositions émises lors des différents ateliers.Extrait sonore utilisé :
    Réalisation, montage, musique : IantilaTexte : JayDirection artistique : Andz, JayAssistant direction artistique : KobaVoix : CambreraArtistes : Andz, Awa, Cambrera, Heimdaihi, Jay, Koba, Laurinda, Mâati, Noembrv, René-Junior, Riddim Mal Kassé, Valia.
    Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo (@doucedd) et Anthony Vincent (@anthonyvcnt).Le générique est un extrait du morceau “To Na Bi” de l'artiste Persian Empire.
    Pour nous soutenir : https://fr.tipeee.com/extimiteNous suivre : @Extimitelepodcast

    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Le dimanche 18 octobre 2020 Douce et Anthony ont questionné le "greewashing" et le "wokewashing". A quoi renvoient ces termes ? Quelle réalité se cache derrière ces anglicismes ?


    En présence de Jérémy, militant écologiste décolonial et de Vénus, activiste transféministe, nous avons parlé des dangers et des écueils du capitalisme dans les luttes militantes. Comment celui-ci dilue la radicalité des combats et des initiatives. Et donc leur impact réel des luttes pour et dans les communautés pour lesquelles l'écologie, le féminisme, l'antiracisme ne sont pas une tendance passagère sous fond de commerce digital. Mais bien une nécessité, loin des récupérations mercantiles des grandes marques soucieuses de leur image à redorer.


    Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo (@doucedd) et Anthony Vincent (@anthonyvcnt)


    Le générique est un extrait du morceau “To Na Bi” de l'artiste Persian Empire.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Episodes manquant?

    Cliquez ici pour raffraichir la page manuellement.

  • "C'est difficile de grandir intersexe car ce n'est pas marqué formellement dans ton carnet de santé, aucun parcours ne se ressemble, donc tu peux ne jamais te sentir légitime, ne jamais oser en parler", raconte Morphine dans l'épisode 36 d'Extimité. 

    Elle y évoque notamment son intersexuation, son rapport aux hormones, et la difficulté du coming out. 

    Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent.


    Pistes sonores utilisées :

    Hole - "Violet"

    Poppy - "X"

    Danny Elfman - "This is Halloween" (tiré du fim "The Nightmare Before Christmas" de Tim Burton)


    Le générique est un extrait du morceau “To Na Bi” de l'artiste Persian Empire.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Episode spécial : Douce Dibondo a promené son micro lors de la pride du 04 juillet 2020 à Paris, organisée par plusieurs collectifs.Dans ce documentaire qui fait office d'archive - pour que vivent nos actions et luttes malgré le silence médiatique qui les entourent. On entend Lou un.e des membres des QueerTrans People of Color expliquer l'origine et l'organisation de cette marche (2:30), puis la des prises de paroles de Mimi (5:06) et Anais (7:15) du syndicat du travail sexuel en France, le STRASS, suivies par Kori (8:14) qui représentait l'association ACCEPTESS-T, avant de laisser la parole à Emilie Dubrowski d' ACT-UP Paris (17:00) QTPOC s'exprime ensuite (20:50) avant le départ de la manifestation.Doue revient aussi sur les retours de racisme de fragilité blanche et de critiques sur le validisme de cette première manifestation en dehors du circuit ordinaire de l'inter-LGBT (29:10).Arrivée place de la République, est entendue Kélisha du collectif FTG (Femme Trans Gang), suivie de Lexie (@agressively_trans). Pour conclure, les prises de paroles de fin de marche, Giovanna Rincon, militante et porte parole du STRASS, directrice d'Acceptés-T prend la parole (43:10).Ce podcast indépendant est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent.Réalisation et montage : Douce Dibondo.Voici l'appel lancé il y a maintenant deux semaines, qui a réuni plus de 7000 personnes de la place de Pigalle à celle de République, un fameux samedi 04 juillet 2020 à Paris.NOS FIERTÉS SONT POLITIQUES Nous, gouines, bi·e·s, trans, pédés, intersexes appelons à manifester ce samedi 4 juillet. Nos communautés ont été durement touchées par la crise du COVID et le confinement, dont les premières victimes ont été celleux parmi nous qui sont les plus précaires : les personnes queer racisées, et/ou TDS et/ou séropo et/ou handi et/ou pauvres et/ou issu•e•s des classes populaires, avec ou sans papiers.Dans ce contexte d’inégalités toujours plus fortes, qui s’inscrit dans une longue histoire d’oppression blanche et patriarcale mais aussi dans la politique d’exploitation, précarisante et répressive menée par le gouvernement, nous voulons unir nos luttes pour proclamer nos fiertés et brandir notre colère.Malgré l'instrumentalisation de la crise sanitaire par les gouvernements pour faire taire la contestation sociale, des manifestations antiracistes contre les violences policières ont lieu partout dans le monde. Nous appelons nos communautés à participer à ce mouvement, auxquels nombre d'entre nous participent déjà en tant que personnes concernées par les violences racistes ou en solidarité.Face aux violences racistes, sociales, LGBTIphobes et misogynes, nous revendiquons nos droits à une existence débarrassée de l’oppression patriarcale qui nous tue, nous maltraite, nous psychiatrise, nous viole, nous expulse, nous mutile, nous exploite et nous silencie.Cette manifestation est avant tout mise à disposition des collectifs de lutte et individu·e·s pour que chacun·e puisse crier ses fiertés et porter ses revendications. Vous êtes invité·e·s à vous en emparer, cette journée sera ce qu’on en fait collectivement. Les collectifs et personnes présentes pourront donc s’auto-organiser tant sur le plan sanitaire que pour le service d’ordre. Face à la pandémie et à la répression, il en revient à la responsabilité de chacun·e de s’impliquer pour le bon fonctionnement de la manif et la protection des personnes présentes.343 racisé.e.s Acceptess Transgenres Act Up-Paris AIDES Assemblées Géniales Queer VNR Collectif Archives LGBTQl ARCL Ardhis BAAM La BAFFE La Barbe-groupe d'action féministe Barbi(e)turix Bi'Cause Caélif Cagoule Rouge et Cagoule Noire Censored Magazine CLAQ - Comité de Libération et d'Autonomie Queer Clé Autiste Le coin des LGBT+ Collectif Existransinter Collectif Irrécupérables Collectif Féministes RévolutionnairesLes Colleuses Afroféministes Les Colleuses La rue est aux Putes Couvent des 69 Gaules...

    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • "Dans la lutte anti-raciste, les LGBTphobies ne sont pas encore prioritaires", déplore Audrey, dans l'épisode 35 d'Extimité. Cette femme queer et noire, juriste, blogueuse sur daybyaudrey.com et fondatrice de l’association Sorore Ensemble, y évoque notamment : 

    Son enfance, banale en apparence, marquée par des violences éducatives et sexuelles au sein de sa famille (04:00). Comment elle a porté plainte à l’âge de 18 ans pour obtenir justice (07:00) : “Ça allait en fait, j’étais cool, je travaillais, j’avais un enfant, j’arrivais à fonctionner malgré ce qui était arrivé. Mais le déni s’est estompé, et ça a été une grosse claque.” La difficulté à admettre qu’on puisse être victime d’un parent, “quand les personnes garantes de notre sécurité sont celles qui nous font du mal” (14:00). Comment elle a conjugué sa vie d’étudiante en droit à celle de mère, bientôt célibataire (26:00). Son rapport à la justice, “qu’on voudrait pour tout le monde” (32:00) : “Derrière les condamnations et décisions de justice, où sont les réparations de ce qu’on a vécu ? Il y a tout un travail à faire sur la prise en charge des traumatismes. On peut sortir “gagnant·e·s” d’un jugement, mais ça ne répare pas physiquement, mentalement, émotionnellement.” L’homoparentalité (41:00) et comment elle a accepté son identité queer, après avoir longtemps performé la cishétéronormativité (45:00) : “Depuis que je considère qu’il est ok d’être moi-même, tout s’articule beaucoup plus facilement. Je n’ai plus à cacher ma vie sentimentale à mes enfants, par exemple.” Son rapport à la communauté LGBT+ (50:00) : “C’est fatiguant de se sentir minoritaire parmi les minoritaires.” Comment les questions LGBT+ sont abordé·e·s (ou non) au sein des communautés noires (59:00). La fierté d’être une parent queer (1:04:00). 


    Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent.


    Pistes sonores utilisées 

    SiR - “John Redcorn”

    The Fugees - “Zealots”

    Tanerelle - “Nothing without you”


    Audrey vous recommande :

    Le roman “Bone” d’Yrsa Daley-Ward

    L’essai “Ainsi soit-ell”e de Benoite Groult 

    L'essai “La mise en scène de la vie quotidienne” du sociologue Erving Goffman (tome I et II)

    L’essai “Bad feminist” de Roxane Gay 


    Le générique est un extrait du morceau “To Na Bi” de l'artiste Persian Empire.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Durant le confinement, Extimité proposait des Journaux Extimes d'invité.e.s des saisons 1 et 2. À l'heure où le déconfinement a été acté le 11mai 2020, nous fermons le cycle des journaux avec un dernier journal.


    Il y est question de déconfinement, de prise de conscience de souplesse, de choix décisifs et d’adaptation. Douce raconte son déconfinement et de manière plus général ce que l'espoir d'un monde d'après dit de note vision linéaire du temps. Elle laisse ensuite la place à Agy invitée de l’épisode 27 du podcast et Jean-Victor de l’épisode 15.

    Anthony conclut ce cycle de Journaux Extimes avec une vision plus détaillée de ce que le confinement a produit, et le déconfinement pourrait produire.


    Montage : Douce Dibondo


    Ce podcast est une création originale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent.


    Piste sonore utilisée : Ma’shoogh de la chanteuse Iranienne Googoosh, titre original du générique d’Extimité


    Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite ou ici https://fr.tipeee.com/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Durant le confinement, Extimité propose des Journaux Extimes d'invité.e.s des saisons 1 et 2. Dans cet épisode, Anthony introduit les témoignages de Marie-Odile et Virginie autour de la médiation et de la réception de l'art.


    "Bonjour Douce, 

    Fini, ça va finir, ça va peut-être finir. Ce confinement va peut-être un jour connaître une fin dans un demain encore lointain. En attendant, merci d’avoir partagé ton journal extime, accompagné par Safia et Yanis. […]

    Je n’ai aucun conseils à te donner d’un point de vue créatif, mais je peux seulement t’encourager et te soutenir, car je sens bien à quel point il importe d’écouter, de lire, et d’apprécier d’autres voix. Justement parce que cela fait trop longtemps qu’on prend pour acquis une vision si étroite de ce que peut être l’universel. Au début du confinement, je me souviens avoir lu sur Twitter avec beaucoup d’amusement des personnes parodier les journaux de confinement de grands auteurs et autrices publiés dans des quotidiens nationaux. Si leur style d’écriture et leur mode de vie pouvaient être imités si facilement, c’est bien parce que cela fait des siècles que seule une partie de la population s’octroie le droit de dicter sa vision du monde comme étant la seule expérience valable. Et qu’à force, on la connaît par coeur.


    C’est l’une des raisons pour laquelle ça fait belle lurette que je lis surtout des oeuvres écrites par des femmes et des personnes LGBT+. 

    Je crois qu’on a toutes et tous commencer à comprendre que les représentations étaient importantes. C’est même devenu un super moyen pour Netflix de cartonner en mettant des personnes LGBT+ et racisées dans toutes les séries. Mais j’ai l’impression que c’est l’arbre qui cache la forêt. Qu’on en oublie à quel point il importe qu’on puisse aussi se doter des moyens de produire et mettre en scène d’autres expériences et visions du monde. Et pas que dans les séries et au cinéma, mais aussi au théâtre, dans la peinture, dans la musique, ou encore dans la littérature.


    Et pour cela, on a aussi besoin d'éditrice et d’éditeur, de productrices et de producteurs, de directrices et de directeurs de lieux culturels et de médias, de commissaires d’exposition, et de critiques qui ont compris à quel point cela peut être enrichssant pour toutes et tous. C’est même un enjeu de justice, à mes yeux, en fait. Bref, il ne s’agit pas seulement de raconter des histoires, mais bien aussi d’encourager leur production et leur réception. Afin que ces visions ne soient pas uniquement cantonnés aux catégories “musique du monde”, “littérature francophone”, “mode urbaine” et autres expositions exotisantes.


    Ça peut sembler loin d’être prioritaire, mais je me demande quand est-ce qu’on pourra retourner vivre des expositions ou aller au théâtre. Parce que j’avoue que ça commence à me manquer terriblement… La question se pose aussi pour se rendre au cinéma ou des concerts, d’ailleurs. C’est pourquoi, suite à la prise de parole d’artiste dans le journal extime 5, Extimité vous propose d’écouter des personnes qui s’occupent de la médiation et de la réception de l’art. D’abord Marie-Odile, galeriste dans l’art contemporain, que vous avez déjà pu entendre dans l’épisode 12. Puis Virginie, critique et créatrice du coffret culturel Nooru Box, déjà entendue dans l’épisode 19.

    Bonne écoute, à très vite.

    Anthony"

     

    Montage et réalisation : Anthony Vincent. 

     

    Ce podcast est une création originale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent.

    Le générique est un extrait du morceau "To Na Bi" de l'artiste Persian Empire.

     

    Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite ou ici https://fr.tipeee.com/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Extimité s'adapte au confinement décrété le 17 mars 2020 en France. Dans les journaux extimes se succèdent d'ancien.ne.s invité.e.s des saisons 1 et 2. Dans cet épisode Douce introduit les journaux extimes de Safia et Yanis, tout.e.s deux artistes.


    "Cher Anthony, 


    Nous sommes le dimanche 19 avril 2020. 


    Il a été annoncé que le début de notre délivrance adviendrait peut-être à partir du 11 mai, date à laquelle on pourrait peut-être espérer un début de déconfinement. D’ici là, comme ont dit, demain c’est loin.


    Et je lisais un article sur Slate évoquant la difficulté que beaucoup de gens rencontraient pendant le confinement : celle de ne pas parvenir à se distraire pleinement. Comme un sentiment d’éternel retour dans une réalité à laquelle on ne pas échapper, même pas grâce à l’imaginaire. Comme si notre capacité à nous évader était censurée par un esprit bien trop inscrit dans le temps présent (quelque peu anxiogène). Bon, pour dire vrai, ce n’est pas aussi angoissant que ça ne semble l’être pour moi, mais il est intéressant de constater à quelle vitesse et intensité notre monde psychique peut être chamboulé. Tu parviens, toi, à te plonger complètement dans un loisir ? 

    (...)

    L’autre jour j’ai regardé un live instagram de Laura Nsafou et Kiyémis, deux autrices afroféministes. Elles y animaient un atelier d’écriture qui s’est très vite transformé en discussion sur le processus d’écriture et comment en tant que personnes minorisées il nous était difficile d’écrire et surtout, d’incarner l’action et le statut que revêtent nos mots. Qu’il se nichait dans nos psychés des mécanismes d’autocensures, alors que nous avons sous les doigts, des vécus multiples qui n’attendent qu’à être écrits. Pourtant, se dire autrice, poétesse, dramaturge etc relève d’une bataille en soi. Se dire et se présenter à la face du monde comme artiste, est perçu comme un affront, comme quelque chose d’inatteignable pour nous.


    Dans ce sixième journal Extime, Safia Bahmed-Schwartz, chanteuse et peintre que nous avions reçu dans d’Extimité raconte son confinement et à quel degré il a remué sa vie d’artiste. Puis c’est au tour de Yanis également reçu dans le podcast, qui se livre sur cette tranche de vie d’artiste, désormais suspendue...


    Je te dis à bientôt,

    Douce"


    Montage et réalisation : Douce Dibondo. Avec un extrait du livre audio Bakhi de Véronique Olmi.


    Ce podcast est une création originale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent.

    Le générique est un extrait du morceau "To Na Bi" de l'artiste Persian Empire.


    Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite ou ici https://fr.tipeee.com/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Extimité s'adapte au confinement décrété le 17 mars 2020 en France. Dans les journaux extimes se succèdent d'ancien.ne.s invité.e.s des saisons 1 et 2. Dans ce quatrième journal extime, Anthony raconte comment la crise du COVID-19 semble répéter l'histoire. Puis il laisse place à Miguel, invité de l'épisode 09 du podcast, pour parler du devoir de mémoire du génocide contre les Tutsi au Rwanda


    "Chère Douce, nous sommes le lundi 13 avril, il est 23h, et je sais déjà que je ne vais pas réussir à dormir. Alors je vole quelques minutes à la nuit pour te répondre au lendemain de ton passage. Demain me semble encore si loin. Si la planète continue de tourner au même rythme, c'est l'humanité qui semble s'être mise sur pause. 

    Tu parles du regard de l'Occident tourné vers l'Afrique. Hier, d'abord plein d'incompréhension, puis d'envie de la part de nouveaux coronisateurs. Aujourd'hui ils y voient un continent cobaye où tester d'éventuels traitements et vaccins. D'après le dernier décompte de l'AFP au 13 avril 2020, plus de 12 800 contaminations et environ 700 morts ont été recensées officiellement en Afrique. En Europe, nous en sommes à 871 000 cas et 71 000 décès recensés. Or, le nombre de lits disponibles dans les unités de soins intensifs ne dépasse pas cinq pour un million d’habitants en Afrique, contre 4 000 en Europe, d'après l'OMS. 

    Alors, demain ce sera peut-être l'hécatombe en Afrique. Et c'est sans doute la peur de cette éventualité qui pourrait persuader l'Afrique de vouloir jouer les cobayes pour le reste du monde.

    Quant tu parles d'humanité amoindries, ça m'a fait penser au livre "Le Ventre des femmes: Capitalisme, racialisation, féminisme" de Françoise Vergès. La politologue y raconte comment dans les années 1960-1970, l'État français a encouragé l'avortement et la contraception dans les départements d'outre-mer alors même qu'il les interdit et les criminalise en France métropolitaine. Aujourd'hui encore, tout porte à croire que l'histoire va se répéter : on va à nouveau traiter les personnes racisées comme des corps cobayes, mener outre-mer ce qu'on oserait à peine faire sur le Vieux Continent. 

    C'est pour éviter que l'histoire ne se répète qu'on a voulu donner la parole à d'ancienne et d'anciens invités d'Extimité pour qu'elle et il nous parle du génocide contre les Tutsi au Rwanda. 

    Comme tu le dis si bien Douce, le confinement représente un moment propice au recueillement. 

    Alors Merci Douce d'avoir introduit le témoignage de Jessica qui a résumé les faits historiques. Aujourd'hui, je laisse Miguel, que vous avez pu déjà entendre dans l'épisode 9, nous répondre avec son journal Extime, son rapport au confinement, au Rwanda, et au devoir de mémoire aujourd'hui. 

    Bonne écoute."


    Montage et réalisation : Anthony Vincent. Avec le morceau "Ibuka" de Suzanne Nyiranyamibwa.


    Ce podcast est une création originale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent.


    Le générique est un extrait du morceau "To Na Bi" de l'artiste Persian Empire.


    Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite ou ici https://fr.tipeee.com/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • L'équipe d'Extimité s'adapte à la situation du confinement, décrété le 17 mars 2020 en France. Dans ce format toujours intime et tourné vers l'extérieur, se succèdent les tranches de vie des invité.e.s reçu.e.s lors des saisons 1 et 2. Dans ce troisième journal extime Douce raconte comment la crise du covid-19 nous intime le souvenir. Puis elle laisse place au journal de Jessica, invitée de l'épisode 31 du podcast.


    "Cher Anthony,


    Comme je comprends ton besoin de repenser ton avenir en terme professionnelle, le métier de journaliste indépendant que nous avons choisi n’est pas du tout une voie reposante, pour les finances encore moins. Même si la passion est motrice, faut-il tout sacrifier pour elle ? Je ne pense pas. Bien avant la crise sanitaire du covid-19, j’avais déjà pris la décision de m’éloigner de la presse écrite pour me tourner vers celui de la radio/de la production sonore. J’espère que tu trouveras la force de continuer sur le même chemin, ou celle d’en emprunter un autre…


    L’état de confinement que nous vivons oblige a regarder le présent en face, tout en guettant l’avenir avec défi et l’intime conviction que beaucoup de choses changeront (...)


    Je me suis souvenue. Oui, je te disais plus haut que ces temps confinés traçaient les chemins de plusieurs espaces-temps. Le passé appelle à la mémoire, espace où l’on se réfugie pour ne pas oublier et ne pas recommencer. Cet espace qui pousse à briser le silence et crier, on a connu ça, on a vécu ceci et plus jamais on ne le revivra!


    Jessica, que nous avions reçu dans l’épisode 31 nous partage comment elle vit son confinement et surtout ce qu’il signifie en ce mois d’avril, plus particulièrement à la date du 07 avril. Jessica remonte l’espace-temps et fait rejaillir un pan de l’Histoire du Rwanda que l’on ne doit pas oublier. Encore moins en cette période de recueil."


    Pistes sonores utilisées dans cet épisode

    -Rwanda Avenir de Kimironko, berceuse traditionnelle chantée par les veuves du Génocide, membres de la Maison de quartier

    -Nabagwira - Urukerereza


    Montage et réalisation : Douce Dibondo.

    Ce podcast est une création originale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent.


    Le générique est un extrait du morceau "To Na Bi" de l'artiste Persian Empire.


    Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite ou ici https://fr.tipeee.com/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Au 5 avril 2020 face au COVID-19, nous sommes près de 3,4 milliards de personnes confinées. Après Douce, c'est au tour d'Anthony de raconter son confinement : "On parle beaucoup de ce que ça représente d’un point de vue économique, combien d’euros, combien de dollars, mais j’aimerais tant qu’on parle également des conséquences psychologiques d’un tel degré d’isolement. De l'anxiété au trouble de stress post-traumatique pouvant être provoqué par un confinement de si longue durée.

    Alors j’ai peur pour celles et ceux qui doivent continuer de travailler aujourd’hui, j’angoisse pour celles et ceux dont la santé est menée par le COVID-19, et je m’inquiète pour le reste du monde de demain. En particulier pour les personnes queer et racisées, qui ont déjà l’habitude de vivre avec une sorte de stress permanent, une forme d’hyper vigilance de leur statut minorisé en société. Je m’inquiète surtout pour ces personnes parce que j’ai l’impression qu’on forme ensemble une grande famille dysfonctionnelle mais choisie.

    Une famille extime qui vous inclut également vous, l'audience d'Extimité. Mais aussi les ancien.ne.s invité.e.s, évidemment. Vous avez pu entendre Mélodie, Paya, et Nesrine dans la première partie des journaux de confinement présentée par Douce. Voici maintenant la deuxième partie de nos journaux extimes avec :

    — L'artiste Thérèse (05:00) : "J'ai appris à devenir ma meilleure pote." 

    — Le psychologue Baba (23:00) : "Nous faisons davantage preuve d'empathie en ce moment." 

    — Le médecin Wolky (33:50) : “Le serment d’Hippocrate n’a jamais été aussi amer.”

    Avec un extrait du morceau "Messages from her" de Sabrina Claudio.


    Montage et réalisation : Anthony Vincent.


    Ce podcast est une création ori ginale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent. 


    Le générique est un extrait du morceau "To Na Bi" de l'artiste Persian Empire.


    Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite ou ici https://fr.tipeee.com/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • L'équipe d'Extimité s'adapte à la situation du confinement, décrété depuis le 17 mars 2020 en France. Dans ce format toujours intime et tourné vers l'extérieur, se succèdent les tranches de vie des invité.e.s reçu.e.s lors des saisons 1 et 2.


    Dans ce premier épisode, Douce raconte son confinement. Puis Mélodie invitée de l'épisode 10, suivie de Paya que nous avons eu la chance de rencontrer à l'enregistrement de l'épisode 06, et enfin Nesrine invitée au micro du podcast lors de l'épisode 33.


    Montage et réalisation : Douce Dibondo


    Ce podcast est une création originale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent. 


    Le générique est un extrait du morceau To Na Bi de l'artiste Persian Empire.


    Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite ou ici https://fr.tipeee.com/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Avant d’aborder la troisième semaine de confinement, Anthony, co-hôte du podcast, vous propose à son tour une capsule de recommandations culturelles. Autour du soin de soi comme autodéfense.

     

    Côté musique, il vous suggère d’écouter la rappeuse franco-vietnamienne George Ka, dont ses titres “Saigon”, “Garçon manqué, fille manquante”, ou encore “Jolies Personnes”, glanables sur les plateformes d’écoute et sur Youtube. 

     

    Côté podcast, il suggère “Manger” présenté par Laurianne Melierre. La journaliste franco-camerounaise y démontre à quel point nos assiettes peuvent être le reflet de notre identité, de nos cultures, et de notre société. Notez aussi que la coach de vie professionnelle Marie Dasylva s’apprête à sortir son podcast “Better Call Marie” donc gardez l’oeil et les oreilles ouverts. 

     

    Côté livre, il suggère l’essai “Se Défendre, une philosophie de la violence” d’Elsa Dorlin. Qui a recours à la violence, qui en fait un droit, et qui en fait un crime dans l’histoire ? Particulièrement intéressant à lire aujourd’hui face aux violences policières qui sévissent dans certains quartiers plutôt que d’autres, même en plein confinement. 

     

    Côté vidéo, il suggère de (re)regarder “Moonlight” de Barry Jenkins désormais disponible sur Netflix. Ainsi que la chaîne Youtube de Luch, un jeune queer racisé qui raconte avec énormément d’humour ses déboirs amoureux, son passé d’enfant placé, ou ce qu’être métis implique.

     

    Côté Instagram, il suggère le compte @LesMainsPaillettes, collectif de personnes queer sourdes et signantes qui dénoncent le validisme, plus précisément l’audisme, pour mieux s’en défendre. Et apprennent au grand public à signer un mot par jour en langue des signes françaises. 

     

    Ce podcast est une création originale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent. 

     

    Le générique est un extrait du morceau "To Na Bi" de l'artiste Persian Empire.

     

    N'oubliez pas de nous rejoindre pour un live ce soir à 18h00 sur notre compte Instagram ! A très bientôt !

     

    our nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite ou ici https://fr.tipeee.com/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • En ces temps de confinement, Douce co-hôtesse du podcast, vous propose une capsule de recommandations culturelles.


    Elle y parle de podcasts: celui de La Fièvre produit par la collectif Archives LGBTQI, sous une proposition de Norah Benarrosh-Orsoni; et du podcast étasunien Code Switch hosté par deux journalistes racisé.e.s, Shereen Marisol Meraji et Gêne Demby abordant la thématique de la diversité des identités par une approche culturelle et raciale.


    Elle vous conseille l'essai Le Triangle et l'Hexagone de Maboula Soumahoro parut en 2020 et le roman Boys, Boys, Boys de Joy Sorman parut lui en 2005. Enfin, Douce vous partage deux émissions de télé-réalité assez récentes à regarder sur Netflix : The Circle et Love is Blind.


    Ce podcast est une création originale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent. 


    Le générique est un extrait du morceau To Na Bi de l'artiste Persian Empire.


    N'oubliez pas de nous rejoindre pour un live ce soir à 18h00 sur notre compte Instagram ! A très bientôt !


    Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite ou ici https://fr.tipeee.com/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • "Peut-être qu'on est né dans la mauvaise société, et non dans le mauvais corps", résume Morgan dans l'épisode 34 d'Extimité.

    Cet homme trans de 26 ans, juif, afro-descendant, et sexothérapeute, y évoque notamment :

    Son enfance, où il a pu vivre son identité de genre de manière fluide (02:30). Comment il a pris conscience de sa transidentité et en a parlé à sa famille (10:30). Son parcours de transition (21:00). Son rapport à la communauté LGBT+ avant et après l'épiphanie de sa transidentité (38:00). Les privilèges et la violence d'être un homme noir trans avec un bon cispassing et white-passing (41:30). Comment il conjugue ou non judéité et africanité (48:30). Son rapport à son corps et au mythe de la virilité (57:00). 


    Ce podcast est une création originale et totalement indépendante de Douce Dibondo et Anthony Vincent. 


    Les recommandations culturelles de Morgan :

    - "Le mythe de la virilité", livre d'Olivia Gazalé

    - "Les couilles sur la table", podcast et livre de Victoire Tuaillon

    - Le clip vidéo de la chanson "The Village" de Wrabel

    - "Des hommes justes", livre d'Ivan Jablonka


    Pistes sonores utilisées :

    . Lady Gaga - Born This Way

    . Yseult - Corps

    . Mademoiselle K - Maman XY


    Le générique est un extrait du morceau To Na Bi de l'artiste Persian Empire.


    Pour nous soutenir, vous pouvez faire un don à Extimité sur paypal.me/extimite


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • "Si je porte un survêtement ? On va me traiter de racaille. Un voile ? De soumise ? Des talons ? Beurette. Dans tous les cas, je vais m'en prendre plein la figure, donc autant être moi-même", résume Nesrine dans l'épisode 33 d'Extimité. 

    Elle y évoque notamment : 

    Son enfance, du Maroc à la France, bercée par l'ennui, dans un quartier populaire isolé d'une ville de campagne (01:00). Sa scolarité de première de la classe, au milieu du racisme et de la montée du FN (09:00). Son arrivée à Sciences-Po, où elle devait sans cesse prouver son intelligence (14:00). Le harcèlement scolaire qu'elle a subi, parce qu'elle n'est pas "restée à sa place" de banlieusarde (22:00) : "J'ai mis du temps à comprendre que ce n'était pas moi, Nesrine, le problème, mais ce que je leur renvoyais, ce qu'ils projetaient sur moi." La culture de boys' club dans les grandes écoles où il fallait être complices du racisme et du sexisme ambiants pour s'intégrer (28:00). #LaPrécaritéTue ou l'injonction à rester et surtout paraître pauvre afin d'être perçu.e comme suffisamment légitime pour en parler (33:00). Son sentiment d'être transfuge de classe (37:00) : "Être transfuge de classe, c'est ne plus jamais être à sa place nulle part. Je ne serai plus jamais populaire, et ne deviendrai jamais complètement bourgeoise." En quoi la méritocratie n'est qu'un mythe (45:00) : "Le système scolaire est fait pour valider des savoirs, mais surtout des savoir-être sociaux des bourgeois. Pour y parvenir, j'ai dû changer. Mais pas les bourgeois.es." Le déclic Zyed et Bouna en 2005 et les révoltes des banlieues qui lui ont donné envie de devenir journaliste (47:00). Le stéréotype de la beurette (54:00). 


    Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent.


    Pistes sonores diffusées :

    Extrait du documentaire "Chercheurs de notre temps Pierre Bourdieu" (France 5, 1991)

    Extrait de "J'oublie tout" de Jul

    Extrait de l'émission "Apostrophes" où Annie Ernaux était invitée à parler de son ouvrage "La Place" (Antenne 2, le 6 avril 1984) 

    Extrait de "À qui la faute" de Kery James et Orelsan


    Nesrine vous recommande :

    La série "The Wire" pour comprendre comment le journalisme et la sociologie peuvent créer une série entrée dans les annales sur la vie des quartiers populaires américains.Le livre d'Annie Ernaux "La Place" sur son enfance dans un milieu ouvrier et la vie de son père. Le livre du journaliste Nadir Dendoune "Nos rêves de pauvres" qui explique comment on reste, malgré l'ascension sociale, des enfants populaires issus de l'immigration. La pièce de théâtre "A vif" de Kery James qui posent la question de la responsabilité de la situation dans les banlieues françaises.Le livre d'Edouard Louis "Qui a tué mon père ?" qui explique que la politique pour les dominants ce sont des divergences de point de vue alors que pour les dominés elle a des conséquences quotidiennes.

    Le générique est un extrait du morceau To Na Bi de l'artiste Persian Empire.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • "Ce que traversent les personnes migrantes dans ce pays, c'est ce qui pourrait arriver à toutes les autres minorités à la moindre crise politique", affirme Ruben, dans l'épisode 32 d'Extimité.


    Il y évoque notamment :

    Son enfance comme latino non-blanc au Vénézuéla jusqu'à ses 13 ans (2:30). Suite à l'élection d'Hugo Chávez, sa famille et lui s'installent en France où il doit apprendre la langue et s'adapter malgré le racisme, dont l'exotisation (09:00). Son rapport compliqué à son corps, à la masculinité, et à la sexualité (20:00). La fétichisation (38:00). Son coming-out (42:00) qui lui a permis d'en apprendre davantage sur son oncle mort des suites du sida. Comment la situation socio-économique du Vénézuéla s'est détériorée au point qu'il ne s'imagine plus y retourner (55:00). Son engagement auprès de l'association BAAM Bureau d'Accueil et d'Accompagnement des Migrants) venant en aide aux personnes migrantes et demandeuses d'asile (58:00). Son métier d'ingénieur comme reproduction de la classe sociale de ses parents (1:10:00).


    Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent.


    Pistes sonores diffusées :

    FEM'd - Me llamo yo

    Kabilito - Mi locura

    Olé Olé - No controles

    "Alice Diop : L'exil raconte le bouillonnement du monde" entretien du documentariste William Karel


    Ruben vous recommande :

    - Série TV: VIDA de Tanya Saracho

    - Tout le travail artistique de Daniel Arzola, artiviste vénezuelien qui a fait la série "No soy tu chiste" (im not your joke).

    - L'album "Pero no pasa nada" de Amaia

    - "La mécanique raciste", livre de Pierre Tevanian,

    - La série espagnole Paquita Salas sur Netflix


    Le générique est un extrait du morceau To Na Bi de l'artiste Persian Empire.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • "Le racisme ou le sexisme qu'on peut vivre en société s'avère 10 fois pire en politique", raconte Jessica dans l'épisode 31 d'Extimité. 

    L'éducatrice de rue y évoque notamment son enfance en région Provence-Alpes-Côte d'Azur, comme rare personne racisée dans une ville qui vote FN, et le décès de sa mère marquée par le génocide rwandais (1:30). Sa relation au Rwanda dont elle a fait un engagement politique (8:30). Ce qu'être une femme noire, perçue comme métisse (21:30) implique. Le panafricanisme et le manque d'intérêt autour du génocide contre les Tutsi (32:00). Pourquoi elle ne pourra plus travailler en politique (42:30). Comment être une personne minorisée amène à mieux analyser, comprendre, et pouvoir anticiper les dominants (52:00). 


    Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent. 


    Pistes sonores diffusées :

    - "Je sais pourquoi chante l’oiseau en cage", livre de Maya Angelou

    - "L’autre moitié du soleil", livre de Chimamanda Ngozi Adichie

    - "Moi, le dernier Tutsi", livre de Charles Habonimana

    - "We Insist! Freedom now", album de jazz de Abbey Lincoln & Max Roach

    - "Notre Dame du Nil", film d'Atiq Rahimi


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • "À chaque fois que je vais à l'hôpital, je dois mentir à mes ami.e.s. Plus je grandis plus je suis en décalage avec mes copains qui sont plus "normaux" que moi, et je dois trouver des excuses aussi pour ça. Quand je prends mes médicaments, je dois trouver une excuse... Au bout d'un moment, ta vie n'est plus qu'un immense mensonge", constate Mischa, militant intersexe, dans l'épisode 30 d'Extimité.


    TRIGGER WARNING : Cet épisode traite notamment de violences médicales, de mutilations sexuelles, et de pédocriminalité. 

    Ce qu'il voit dans le miroir "en tant que personne intersexe dont la variation est relativement visible et qui garde des traces des opérations et traitements" (02:00) : "Quand je regarde mon corps, je ne vois rien. Car je suis en total dissociation avec lui."

    La définition d'une personne intersexe (4:00) : "une personne dont le corps ne correspond pas aux définitions traditionnelles d'une anatomie dite masculine ou féminine. Elle se situe dans le spectre qui existe entre les deux. On compte une quarantaine de variations du développement sexuel. Au-delà de l'approche anatomique, ce sont surtout des personnes qui ont vécu une invalidation médicale et sociale de leur corps." 

    Son enfance rythmée par les opérations normatives et correctrices répétées, dont en Lituanie (5:30) : "J'avais des petites récompenses à la fin des 'examens' [génitaux]. C'est complètement perturbant : t'es récompensé d'avoir été violé (21:00)."

    Les conséquences sur sa santé mentale, son rapport aux autres, et au consentement (33:00) : "Quand nous grandissons face à des médecins qui ont le droit de nous photographier, nous palper, nous pénétrer, et sans que nous puissions dire 'non', ça nous apprend que notre corps ne nous appartient pas. Ça nous inculque que le consentement ne nous concerne pas, que les adultes peuvent bien faire ce qu'ils veulent de notre corps, puisqu'il est si bizarre que c'est mérité."

    Son adolescence en famille d'accueil et l'omerta autour de son intersexuation (45:00).

    Le déclic qui l'a conduit à son coming-out intersexe, puis à s'engager pour les personnes intersexes (50:00). 

    L'importance du Collectif Intersexe et Allié·e·s https://cia-oiifrance.org/ (1:00:00). 

    La difficulté à se projeter dans l'avenir et à relationner (1:12:00).

    La fatigue militante (1:19:00).


    Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent. Merci à notre stagiaire Camille pour son aide dans cet épisode.


    Pistes sonores diffusées :

    Discours de Mischa lors de la Marche des fiertés (29 juin 2019 https://www.youtube.com/watch?v=QB_SPkL07h0).

    The Weeknd - Can't feel my face.

    Mischa - Was it worth it.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • "J'invite les gens à ne pas avoir peur d'être libres", déclare Thérèse, chanteuse du groupe La Vague, dans le 29e épisode d’Extimité. 

    Elle y évoque notamment : 

    Pourquoi elle se voit comme un arc-en-ciel : "la rencontre de la pluie et du beau temps, pleine de couleurs" (2:30).

    Pourquoi "être unique est bien plus beau que d'être parfait" (5:00). 

    Son enfance mélancolique en banlieue et sa scolarité exemplaire (6:00). 

    Être zèbre (20:00) : "Je ne savais pas à l'époque que je faisais partie de ces personnes qu'on appelle des zèbres. Cela se caractérise par un quotient intellectuel supérieur à la moyenne, et surtout un quotient émotionnel surdéveloppé. Cette hypersensibilité peut déboucher parfois sur de la synesthésie, ce qui est mon cas." 

    Son rejet de la culture asiatique (23:00) : "C'était comme s'automutiler."

    Son éducation non-genrée et sa découverte de la sexualité (27:00). 

    Sa reconnexion à son identité asiatique (30:00) et comment la mort de Chaolin Zhang a fédéré les Asiatiques de France [ce couturier chinois de 49 ans est décédé après un vol violent perpétré par trois jeunes hommes le 7 août 2016].

    Sa vision de la liberté (45:00)

    Sa relation à la musique (52:00) : "Je trouve qu'il n'y a rien de plus beau que de faire du populaire exigeant."

    Son grand saut professionnel (55:00), d'une carrière toute-tracée dans le marketing, à la musique et la mode.

    Son groupe de musique, La Vague, et comment la scène l'a réconciliée avec son image (1:01:00).


    Ce podcast est une création originale de Douce Dibondo et Anthony Vincent.


    Pistes sonores diffusées :

    Fierté - La Vague

    Dernière saison - La Vague

    Lemme Be - La Vague

    Le poème "The laughing heart" de Charles Bukowski


    Thérèse vous recommande : 

    - Le roman "Paname Underground" Johann Zarca

    - Le film "Les Rivières" de Mai Hua

    - Le documentaire musical MIA, Matangi / MAYA / MIA 

    - Le livre des Les 5 Blessures" de Lise Bourdeau et "Risquer la Liberté" de Fabrice Midal 

    - Le Musée Soulages à Rodez, (Aveyron) « Parce que la beauté naît de la rencontre entre le noir et la lumière, l’un sans l'autre n'ont aucune valeur »


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.