Episodes

  • Pour ce 9e épisode, place au Handball.

    J’ai rencontré Nikola Karabatic, au PSG, en ce début Septembre.

    Nikola Karabatic est double champion olympique, quadruple champion du monde et triple champion d’Europe.

    Je m’arrête là, tellement son palmarès est long. Avec Nikola on a beaucoup parlé de son enfance et de l’influence de ses origines sur sa vie et son parcours. Si Nikola est un exemple incroyable de précocité, vous allez comprendre qu’il a, depuis petit, toujours cru en lui.

    En cette rentrée 2019, il aborde sa 20e saison chez les pros… a même pas 36 ans…

    L’histoire de Nikola est forcément liée à celle de sa famille… Son père d’abord et son frère ensuite.

    Depuis 4 ans, Nikola est papa de 2 enfants, Alek et Nora… un changement dans sa vie, qui vous le verrez, l’a fait beaucoup réfléchir… 


    C’est la première fois dans ce podcast que j’interviewe une personnalité que je n’avais jamais cotoyée en dehors… Et j’ai trouvé face à moi, quelqu’un de très abordable, ouvert et tranquille. Quelqu’un qui n’a pas peur de parler de ce qui le dérange, de ce qu’il a ressenti lors de l’affaire des paris 


    Nikola, un homme plus si pressé que ça, à l’aube de la fin de sa carrière…

    C’est maintenant

  • Pour cette 2e saison, qui promet d’être bien plus riche que la première. Vous avez ma parole.

    Je vous propose donc un 2e hors série.

    Et je suis très fière d’introduire Laurie Delhostal.

    Laurie est journaliste pour Canal + 

    Elle présente tous les weekends Samedi Sport et le dimanche soir une émission consacrée au foot anglais : King of ze day


    A 36 ans, Laurie a déjà une longue carrière devant elle.

    Elle a démarré un peu par hasard sur Orange sport. Elle l’avoue d’ailleurs, de prime abord, elle avait un peu de mépris pour le monde de la télé.

    Et pourtant aujourd’hui elle est l’une des valeurs sûres de Canal+

    Alors qui se cache derrière ce grand sourire?


    La réponse dans cet épisode


    Très bonne écoute/

  • Episodes manquant?

    Cliquez ici pour raffraichir la page manuellement.

  • Pour ce 7e épisode, je vous fais découvrir la 2e partie de l’entretien avec Vincent Clerc.

    Vincent a terminé sa carrière de rugbyman il y a un an, à l’âge de 37 ans.

    C’est à Toulon qu’il a raccroché les crampons.

    Ce n’est pas le scénario qu’il avait envisagé, et pourtant ces 2 saisons au RCT ont été une grande bouffée d’oxygène où il s’est senti à la maison tout de suite, où les joueurs ont tout fait pour qu’il inscrive ce 100e et 101e essais.

    Mais sa rupture avec le Stade Toulousain a été douloureuse et difficile à digérer.

    Au fil de sa carrière Vincent a dû faire face aux blessures, et celle contracté au tendon d’Achille à 35 ans face à Clermont, l’a profondément marqué et il le sait, elle n’est pas le fruit du hasard...

    Très bonne écoute


    #ST #RCT #FCG #Chicken

  • 1ERE PARTIE :


    Pour ce 6e épisode, j’ai le plaisir de recevoir Vincent Clerc, monsieur Guiness Book des records.

    Vincent a terminé sa carrière de rugbyman il y a un an, à l’âge de 37 ans, après avoir inscrit 101 essais en championnat. Un chiffre qui le sacre meilleur marqueur de tous les temps du TOP14.


    Mais la carrière de Vincent ne résume pas à ce seul chiffre. Vincent est triple champion de France, triple champion d’Europe avec son club de coeur le Stade Toulousain où il a passé 15 ans au plus haut niveau.

    Vincent raconte ses débuts express à Grenoble, son club formateur, il évoque la pression ressenti à son arrivée à Toulouse… le rôle du regard des autres sur ses choix, ses 67 sélections et cette place de finaliste à la coupe du monde...

    Vincent est un compétiteur hors norme… et pourtant il a fait face à de grandes blessures qui ont tout remis en question.

    Derrière l’image du gendre idéal, qui le fait beaucoup rire, Vincent dévoile une partie de lui touchante et sincère même si il admet avoir un fort caractère.

    Il m’a donc reçu chez lui dans sa magnifique maison toulousaine, Je vous souhaite une très bonne écoute


    EPISODE EN 2 PARTIES

    @vince_clr

  • Pour ce 5e épisode, j’introduis une nouvelle rubrique du Spotlight.

    Je reçois chaque jour des questions concernant mon métier. Celle qui revient le plus souvent, comment fait-on pour être journaliste dans le sport.

    Je me suis dit alors que je devais vous faire découvrir l’envers du décors.

    Les journalistes qui les commentent font eux aussi partie de l’évènement.

    Qu’ils ou qu’elles soient en presse écrite, en télé ou en radio, chaque mois je vous raconte leur parcours.

    Après Bixente Lizarazu j’étais obligée de donner la parole à son binome, Grégoire Margotton.

    Grégoire est un des rares journalistes à faire l’unanimité dans le milieu. Avec sa voix grave il a bercé les amoureux du foot pendant 24 ans sur Canal +

    En 2016, il rejoint TF1 pour être le numéro 1 du foot juste avant l’Euro et la coupe du monde 2018.

    C’est un personnage discret en dehors de ces moments de très grande exposition et pourtant il se raconte en toute intimité dans cet épisode.

    Je l’ai interviewé dans un bureau de TF1 avec vue sur la Tour Eiffel.

    Je ne veux pas vous dévoiler trop de choses mais vous allez passer une heure riche et dense.

    Par exemple, Grégoire a pris pour la première fois l’avion à 21 ans pour aller commenter un match pour Canal+.

    Et il est l’un des rares hommes à prendre la parole sur le rythme difficile qu’impose le journalisme sportif pour la vie familliale.


    Je vous laisse avec Télépompes funebres… c’est pas moi qui le dit, c’était son surnom à l’école de journalisme


    Pour retrouver Greg vous pouvez aller sur twitter : @gregmargotton

  • Pour ce 4e épisode je reçois Bixente Lizarazu…

    Si vous êtes né avant 1990 vous vous souvenez tous de lui soulevant la coupe du monde de football au stade de France un 12 juillet 1998.

    En tout cas moi je m’en souviens, j’avais 10 ans.


    Mais Bixente ce n’est pas l’homme d’un seul trophée… C’est un sportif qui a tout gagné ou presque en foot :

    En club avec le Bayern

    1 une ligue des champion

    1 coupe du monde des clubs

    6 Bundesliga

    5 coupes d’Allemagne

    5 coupe de la Ligue


    Et avec l’équipe de France et ses 97 sélections au compteur, il est donc champion du monde et champion d’Europe en 2000…


    Bref son palmarès parle pour lui et pourtant dans cet entretien on parlé de bien d’autres choses que le foot.

    Bixente est un basque pour qui ses racines comptent plus que tout. 

    On a parlé des réseaux sociaux et leur impact négatif, on a parlé de son regard sur le sport de haut niveau d'aujourd'hui, de la monotonie des entrainements.

  • Pour ce 3e épisode je suis ravie de recevoir la première femme athlète. Laure Manaudou

    Laure est une personne hors norme dans tous les sens du terme, sur le plan mental, humain et évidemment des performances.

    J'ai passé une après-midi chez Laure sur le bassin d'Arcachon.

    On a discuté de son enfance, son adolescence, de son rapport au mental. Elle avoue ne pas avoir profité de sa médaille olympique à hauteur de ce qu'elle aurait dû.

    Mais elle n'avait que 17 ans!


    Elle se livre sur ses relations tumultueuses avec la presse. A force de se sentir observée Laure a développé une forme de phobie des caméras.


    Vous en apprendrez beaucoup sur la Laure d'aujourd'hui, celle qui a 33 ans et qui se sent simplement heureuse


    Bonne écoute


    Crédits :

    Clémentine Sarlat


    Musique : libre de droit

    Summer love

  • Rio Mavuba, footballeur professionnel a porté 13 fois le maillot de l'équipe de France. Il a brillé aux Girondins de Bordeaux, son club formateur, il a été un capitaine emblématique du LOSC et champion de France en 2009. Voilà pour son CV de sportif.

    Mais Rio c'est aussi et surtout une personne atypique qui a été capitaine de toutes les équipes où il est passé. Né sur un bateau en Méditerranée il y a 35 ans, il a longtemps été apatride. C'est grâce au foot qu'il est naturalisé français à quasiment 20 ans.

    Dans ce podcast, Rio raconte son enfance passée au milieu de ses 11 frères et soeurs à Mérignac, une ville collée à Bordeaux. De sa fierté ressentie le jour où il a joué un match de coupe du monde 40 ans après son père. De racisme, d'éducation.

    On parle transmission avec ses enfants, de mental et de la difficulté du haut niveau mais aussi de son nouveau rôle en tant que consultant pour RMC Sport.


    Rio oeuvre depuis 8 ans maintenant pour aider les orphelins à Makala, au Congo, la ville où est né son père.

    Lundi 18 mars aura d'ailleurs lieu le grand concert en l'honneur de son association


    Bref on s'intéresse à lui, pour découvrir l'homme derrière le joueur.


    Son livre : Capitaine de Ma vie, édition solar

    http://lesorphelinsdemakala.org/index.php/fr/

    Musique : libre de droit https://icons8.com/music

  • Renaud Lavillenie, 32 ans, a (presque) tout gagné dans sa carrière et pourtant il a toujours faim.

    Mais qui se cache derrière cet athlète hors norme?

    J'ai voulu aller creuser un peu plus... Dans cet épisode on évoque ses premiers petits boulots, son rapport à l'argent, ses médailles, son record du monde en février 2014, la naissance de sa fille Iris, ses envies pour la suite de sa carrière et surtout en creux vous pourrez entendre un homme attachant et entier.

    Renaud nous parle de son rapport aux journalistes et de sa "black list"... Bref à travers ce long entretien vous comprendrez mieux pourquoi il a un mental extraordinaire et pourquoi il ne lâche rien.


    Très bonne écoute

    Clémentine


    Musique : https://icons8.com/music

    Titre : My Summer Love

    Groupe : Bel Air