エピソード

  • Toutes ces heures passées à scroller sur Twitter, à argumenter avec des inconnus sur des forums, à se perdre sur YouTube jusqu’à l’aube… Sont-elles vraiment des heures perdues ? Ces discussions, ces contenus ont une influence considérable sur nos vies, jusqu’à les modifier profondément. 


    Pourquoi peut-on avoir besoin, à certains moments de notre vie, de discuter à distance, avec des gens qui ne nous connaissent pas ? Comment la rencontre avec des communautés virtuelles nous aident-elles à nous trouver nous-mêmes ?


    Dans cet épisode, le journaliste Benjamin Billot tente de répondre à ses questions en interrogeant d’abord Valérie, qui a été comme lui adepte de Lucid State, un ancien forum de botanique, mais pas que… C’est en dialoguant avec des gens très différents qu'elle a commencé à comprendre qui elle était vraiment. Paradoxal ? Pas vraiment. C’est ce qu’explique le psychologue et philosophe Emile Sellier Mesnard, auteur de l’article Devenir soi à travers l’autre. Benjamin Billot donne aussi la parole à Cécilia, qui raconte comment Internet lui a permis de s’éveiller politiquement, d’abord sur le forum Madmoizelle puis sur Twitter. Mais alors, pourquoi avons-nous plus de chance d’apprendre certaines informations cruciales dans nos vies grâce à des inconnus Internet, plutôt qu’en discutant avec nos propres parents ? Pour comprendre ce phénomène, Benjamin Billot fait appel à Pascal Lardellier, professeur d’information et de communication à l'Université de Dijon. Évidemment, l’apprentissage via les réseaux sociaux montre de nombreuses limites, comme en témoignage Sylvain, d’abord adopte des théories du complot qui a maintenant sa propre chaîne YouTube, DeBunKer des Etoiles, où il fait la chasse au fake news.

     

    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 


    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Cet épisode a été tourné et monté par Benjamin Billot. Marine Quéméré en a fait la réalisation. Benjamin Billot s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode. Le générique a été composé par Nicolas de Gélis. 

    Marie-Lou Arnould était en charge de la production de cet épisode, accompagnée de Marie Koyouo. La supervision éditoriale était assurée par Maureen Wilson.


    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible.


    Suivez Louie Media sur Instagram, Facebook, Twitter.

    Et si vous souhaitez soutenir Louie, n'hésitez pas à vous abonner au Club. Vous y trouverez des bonus, une newsletter, des masterclass, des rencontres avec l'équipe, et bien plus.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Toutes ces heures passées à scroller sur Twitter, à argumenter avec des inconnus sur des forums, à se perdre sur YouTube jusqu’à l’aube… Sont-elles vraiment des heures perdues ? Ces discussions, ces contenus ont une influence considérable sur nos vies, jusqu’à les modifier profondément. 


    Pourquoi peut-on avoir besoin, à certains moments de notre vie, de discuter à distance,  avec des gens qui ne nous connaissent pas ? Comment la rencontre avec des communautés virtuelles nous aident-elles à nous trouver nous-mêmes ?


    Dans cet épisode, le journaliste Benjamin Billot tente de répondre à ses questions en interrogeant d’abord Valérie, qui a été comme lui adepte de Lucid State, un ancien forum de botanique, mais pas que… C’est en dialoguant avec des gens très différents qu'elle a commencé à comprendre qui elle était vraiment. Paradoxal ? Pas vraiment. C’est ce qu’explique le psychologue et philosophe Emile Sellier Mesnard, auteur de l’article Devenir soi à travers l’autre. Benjamin Billot donne aussi la parole à Cécilia, qui raconte comment Internet lui a permis de s’éveiller politiquement, d’abord sur le forum Madmoizelle puis sur Twitter. Mais alors, pourquoi avons-nous plus de chance d’apprendre certaines informations cruciales dans nos vies grâce à des inconnus Internet, plutôt qu’en discutant avec nos propres parents ? Pour comprendre ce phénomène, Benjamin Billot fait appel à Pascal Lardellier, professeur d’information et de communication à l'Université de Dijon. Évidemment, l’apprentissage via les réseaux sociaux montre de nombreuses limites, comme en témoignage Sylvain, d’abord adopte des théories du complot qui a maintenant sa propre chaîne YouTube, DeBunKer des Etoiles, où il fait la chasse au fake news.

     

    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 


    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Cet épisode a été tourné et monté par Benjamin Billot. Marine Quéméré en a fait la réalisation. Benjamin Billot s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode. Le générique a été composé par Nicolas de Gélis. 

    Marie-Lou Arnould était en charge de la production de cet épisode, accompagnée de Marie Koyouo. La supervision éditoriale était assurée par Maureen Wilson.


    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible.


    Suivez Louie Media sur Instagram, Facebook, Twitter.

    Et si vous souhaitez soutenir Louie, n'hésitez pas à vous abonner au Club. Vous y trouverez des bonus, une newsletter, des masterclass, des rencontres avec l'équipe, et bien plus.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • エピソードを見逃しましたか?

    フィードを更新するにはここをクリックしてください。

  • Descendre dans l’abri anti-aérien, quitter sa maison en emportant ce qu’on peut sous le bras, laisser derrière soi une partie de sa famille… En Europe, on pensait ces images réservées aux livres d’histoire. Mais c’est une perspective occidentalo-centrée. Ailleurs, les conflits armés se succèdent. Quel est leur impact émotionnel ? Se transmet-il ? Peut-on apprendre à vivre avec la guerre ? Et après, comment se reconstruire, si c’est possible ?


    Dans cet épisode, la journaliste et autrice Prune Antoine nous fait entendre 7 témoignages, de personnes dont la vie a été bouleversée par des conflits armés. Celui de Tatiana Kozak à Kiev ; journaliste de guerre, c’est la première fois que le conflit qu’elle couvre la touche directement. Celui de Jacqueline, sa grande-tante ayant vécu l’Occupation de ses 7 à 11 ans. Celui d’Anas Modamani, réfugié syrien suspendu au sort de l’Ukraine, estimant que nous devrions tous nous informer sur toutes les guerres, “même celles dont personne ne s’occupe”. Celui de Yaël Reuveny, une réalisatrice de documentaires qui a grandi à Jérusalem. Lorsqu’un bus explose devant ses yeux à 17 ans, elle réalise que la guerre, même cachée, reste une guerre. Celui d’Anne Thoma, une documentariste allemande qui mentionne l’aspect genré de la guerre et s’intéresse à l’impact actuel de la Seconde Guerre mondiale. Celui de Lassana Diomande, ayant quitté la Côte d’Ivoire en proie à une guerre civile pour Berlin, au prix d’un périple de près de 4 ans. Celui de Jetmir Idrizi, photographe kosovar. Il était adolescent lorsqu’il a été témoin de l'épuration ethnique menée par Slobodan Milosevic au Kosovo en 1999. Il est retourné dans son pays, pour construire l’après.


    Pour aller plus loin :

    L’article de William Broyles Jr, Why Men Love War?, Esquire Magazine, 1984

    Les documentaires de Yaël Reuveny, Farewell Herr Schwarz, 2014 et Promised Land, 2021. 

    Le documentaire d’Anne Thomas, Miles & War, 2013

    Le site du photographe Jetmir Idrizi 

    L’ouvrage de Sabine Bode, Kriegsenkel : Die Erben der vergessenen Generation, 2013

    L’ouvrage de Prune Antoine, L’heure d’été, 2019


    Si cet épisode vous a plu et que vous vous intéressez à la transmission générationnelle des traumatismes liés à la guerre, nous vous recommandons l’écoute de “Comment les émotions de nos ancêtres nous construisent-elles ?” un ancien épisode d’Adèle Salmon disponible ici.


    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Cet épisode a été tourné et monté par Prune Antoine. Marine Quéméré en a fait la réalisation. Chris Schmelzer s'est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode. Le générique a été composé par Nicolas de Gélis. 

    Marie-Lou Arnould étaient en charge de la production de cet épisode, accompagnée de Marie Koyouo. La supervision éditoriale était assurée par Maureen Wilson.


    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible.

    Suivez Louie Media sur Instagram, Facebook, Twitter.

    Et si vous souhaitez soutenir Louie, n'hésitez pas à vous abonner au Club. Vous y trouverez des bonus, une newsletter, des masterclass, des rencontres avec l'équipe, et bien plus.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Descendre dans l’abri anti-aérien, quitter sa maison en emportant ce qu’on peut sous le bras, laisser derrière soi une partie de sa famille… En Europe, on pensait ces images réservées aux livres d’histoire. Mais c’est une perspective occidentalo-centrée. Ailleurs, les conflits armés se succèdent. Quel est leur impact émotionnel ? Se transmet-il ? Peut-on apprendre à vivre avec la guerre ? Et après, comment se reconstruire, si c’est possible ?


    Dans cet épisode, la journaliste et autrice Prune Antoine nous fait entendre 7 témoignages, de personnes dont la vie a été bouleversée par des conflits armés. Celui de Tatiana Kozak à Kiev ; journaliste de guerre, c’est la première fois que le conflit qu’elle couvre la touche directement. Celui de Jacqueline, sa grande-tante ayant vécu l’Occupation de ses 7 à 11 ans. Celui d’Anas Modamani, réfugié syrien suspendu au sort de l’Ukraine, estimant que nous devrions tous nous informer sur toutes les guerres, “même celles dont personne ne s’occupe”. Celui de Yaël Reuveny, une réalisatrice de documentaires qui a grandi à Jérusalem. Lorsqu’un bus explose devant ses yeux à 17 ans, elle réalise que la guerre, même cachée, reste une guerre. Celui d’Anne Thoma, une documentariste allemande qui mentionne l’aspect genré de la guerre et s’intéresse à l’impact actuel de la Seconde Guerre mondiale. Celui de Lassana Diomande, ayant quitté la Côte d’Ivoire en proie à une guerre civile pour Berlin, au prix d’un périple de près de 4 ans. Celui de Jetmir Idrizi, photographe kosovar. Il était adolescent lorsqu’il a été témoin de l'épuration ethnique menée par Slobodan Milosevic au Kosovo en 1999. Il est retourné dans son pays, pour construire l’après.


    Pour aller plus loin :

    L’article de William Broyles Jr, Why Men Love War?, Esquire Magazine, 1984

    Les documentaires de Yaël Reuveny, Farewell Herr Schwarz, 2014 et Promised Land, 2021. 

    Le documentaire d’Anne Thomas, Miles & War, 2013

    Le site du photographe Jetmir Idrizi 

    L’ouvrage de Sabine Bode, Kriegsenkel : Die Erben der vergessenen Generation, 2013

    L’ouvrage de Prune Antoine, L’heure d’été, 2019


    Si cet épisode vous a plu et que vous vous intéressez à la transmission générationnelle des traumatismes liés à la guerre, nous vous recommandons l’écoute de “Comment les émotions de nos ancêtres nous construisent-elles ?” un ancien épisode d’Adèle Salmon disponible ici.


    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Cet épisode a été tourné et monté par Prune Antoine. Marine Quéméré en a fait la réalisation. Chris Schmelzer s'est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode. Le générique a été composé par Nicolas de Gélis. 

    Marie-Lou Arnould étaient en charge de la production de cet épisode, accompagnée de Marie Koyouo. La supervision éditoriale était assurée par Maureen Wilson.


    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible.

    Suivez Louie Media sur Instagram, Facebook, Twitter.

    Et si vous souhaitez soutenir Louie, n'hésitez pas à vous abonner au Club. Vous y trouverez des bonus, une newsletter, des masterclass, des rencontres avec l'équipe, et bien plus.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • C’est comme un repas de fin d'année permanent. Les débats houleux s’enchaînent : élections, vaccin, guerre… Les sujets de crispation se multiplient, et les liens se fragilisent. À la liste de nos soucis personnels et fragmentés, s’ajoutent des événements majeurs qui nous touchent simultanément. Et malgré des différences de situations et de conséquences sur chacun·e d’entre nous, ces moments génèrent des émotions puissantes et partagées. Épuisé·e·s, à fleur de peau, la pandémie a mis à l’épreuve notre patience et notre seuil de tolérance. La “distanciation” a eu des répercussions multiples, exacerbé des tensions pré-existantes et mis à mal le tissu social. Comment en est-on arrivé là ? Quelles conséquences cet état de nervosité a-t-il eu sur nos relations et comment fait-on aujourd’hui pour réapprendre ensemble à aller mieux ?  


    Pour cet épisode, la journaliste Estelle Ndjandjo donne la parole à des travailleuses en première ligne : Laura, conductrice de RER et Mélissa, infirmière, qui témoignent du bouleversement qu’a provoqué la pandémie dans leurs vies. Afin de comprendre les mécanismes en jeu dans des états de crise, Estelle Ndjandjo fait aussi appel à deux expert·e·s. Laurence Kaufmann, professeure de sociologie qui a co-dirigé l’ouvrage Les Émotions collectives, analyse les implications politiques et sociales du passage d’une émotion individuelle à une émotion partagée. Pierre Faubert, psychoclinicien, s’intéresse à la manière dont la crise sanitaire a modifié notre relation aux autres et notre communication. 


    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 


    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Cet épisode a été tourné et monté par Estelle Ndjandjo. Marine Quéméré en a fait la réalisation. Benoît Daniel s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode. Le générique a été composé par Nicolas de Gélis. 

    Camille Bichler et Marie-Lou Arnould étaient en charge de la production de cet épisode, accompagnée de Marie Koyouo. La supervision éditoriale était assurée par Maureen Wilson.


    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible.

    Suivez Louie Media sur Instagram, Facebook, Twitter.

    Et si vous souhaitez soutenir Louie, n'hésitez pas à vous abonner au Club. Vous y trouverez des bonus, une newsletter, des masterclass, des rencontres avec l'équipe, et bien plus.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • C’est comme un repas de fin d'année permanent. Les débats houleux s’enchaînent : élections, vaccin, guerre… Les sujets de crispation se multiplient, et les liens se fragilisent. À la liste de nos soucis personnels et fragmentés, s’ajoutent des événements majeurs qui nous touchent simultanément. Et malgré des différences de situations et de conséquences sur chacun·e d’entre nous, ces moments génèrent des émotions puissantes et partagées. Épuisé·e·s, à fleur de peau, la pandémie a mis à l’épreuve notre patience et notre seuil de tolérance. La “distanciation” a eu des répercussions multiples, exacerbé des tensions pré-existantes et mis à mal le tissu social. Comment en est-on arrivé là ? Quelles conséquences cet état de nervosité a-t-il eu sur nos relations et comment fait-on aujourd’hui pour réapprendre ensemble à aller mieux ?  


    Pour cet épisode, la journaliste Estelle Ndjandjo donne la parole à des travailleuses en première ligne : Laura, conductrice de RER et Mélissa, infirmière, qui témoignent du bouleversement qu’a provoqué la pandémie dans leurs vies. Afin de comprendre les mécanismes en jeu dans des états de crise, Estelle Ndjandjo fait aussi appel à deux expert·e·s. Laurence Kaufmann, professeure de sociologie qui a co-dirigé l’ouvrage Les Émotions collectives, analyse les implications politiques et sociales du passage d’une émotion individuelle à une émotion partagée. Pierre Faubert, psychoclinicien, s’intéresse à la manière dont la crise sanitaire a modifié notre relation aux autres et notre communication. 



    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 


    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Cet épisode a été tourné et monté par Estelle Ndjandjo. Marine Quéméré en a fait la réalisation. Benoît Daniel s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode. Le générique a été composé par Nicolas de Gélis. 

    Camille Bichler et Marie-Lou Arnould étaient en charge de la production de cet épisode, accompagnée de Marie Koyouo. La supervision éditoriale était assurée par Maureen Wilson.


    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible.

    Suivez Louie Media sur Instagram, Facebook, Twitter.

    Et si vous souhaitez soutenir Louie, n'hésitez pas à vous abonner au Club. Vous y trouverez des bonus, une newsletter, des masterclass, des rencontres avec l'équipe, et bien plus.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Comme pour les grands singes, le rire a un intérêt tout particulier dans l’évolution de notre espèce. Par exemple, vous saviez que l’humour, c’était une tactique super rentable en termes de temps et d’efforts, pour créer du lien dans un groupe ? En moyenne, nous rions 15 à 20 fois par jour, et une conversation typique de dix minutes comprendrait environ 5 épisodes de rire ou de sourire. C’est ce qu’avance la neuropsychologue Sylvie Chokron. Et ça nous fait du bien : rire libère des endorphines, nous aide à décompenser lors de moments difficiles… Mais pourquoi aimons-nous faire rire les autres ? Et pourquoi est-ce si valorisant alors que l’humour, c’est censé être léger, anodin ? Qu’est-ce que l’on cherche vraiment dans le regard de l’autre, quand on fait une blague ?


    Dans cet épisode, la journaliste Léna Coutrot nous fait entendre les témoignages de non pas un, mais deux Fabien. Le premier, Fabien Strobel, est comédien de théâtre d’improvisation, et le second, Fabien Limousin, réalisateur et scénariste en cinéma d’animation. Faire rire, c’est leur métier. Mais si leurs moyens d’expression diffèrent, sont-ils animés par des mécanismes bien différents ? Afin de comprendre la fonction de l’humour dans nos interactions, Lena Coutrot fait appel à l’expertise de Romain Di Stasi, doctorant en psychologie du développement et en neurosciences à l’Université Paris Nanterre, qui analyse son rôle dans l’apprentissage social des bébés. Elle interroge aussi le chercheur Guillaume Dezecache, maître de conférences en psychologie à l’université Clermont-Auvergne, qui s’est intéressé à la communication chez les primates.


    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 


    Pour en savoir plus (d'autres ressources disponibles sur notre site)

    Projet EmoLearn (thèse de Romain di Stasi) porté par des chercheurs de l'Université Paris Nanterre évaluant l'effet de l'humour sur l'apprentissage des bébés. Si vous avez un bébé entre 14 et 22 mois, n'hésitez pas à les contacter pour participer !

    Sur les réseaux sociaux, difficile d'avoir plus de 200 amis, D. Leloup, 2011

    Les vertus du rire, J. M. Gibson, The Conversation, 2021


    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Cet épisode a été tourné et monté par Lena Coutrot. Marine Quéméré en a fait la réalisation. Benoît Daniel s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage. Le générique a été composé par Nicolas de Gélis. 

    Camille Bichler était en charge de la production de cet épisode, accompagnée de Marie Koyouo. La supervision éditoriale était assurée par Maureen Wilson.

    Si cet épisode vous a plu et que vous vous intéressez au rire et à sa complexité, nous vous recommandons l’écoute de “Qu’est ce qui fait que parfois on est le seul à ne pas rire ?”, disponible ici.

    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • En 2021, le film Sound of Metal a remporté deux Oscars, dont celui du meilleur son. Réalisé par Darius Marder, il raconte l’histoire d’un batteur qui devient progressivement sourd. Les spectateurs partagent les émotions de ce musicien qui perd le sens qui lui est le plus important. Il est traversé par la peur, la tristesse, la colère et parfois même la joie. 


    Comment la perte d'audition impacte-t-elle notre rapport au monde et aux autres ? Que ressent-on lorsque l'ouïe est altérée ?


    Dans cet épisode, la journaliste Capucine Rouault s’intéresse à la perte d’audition et à son impact émotionnel. Elle interroge Nicolas Becker, le sound designer de Sound of Metal, qui explique sa technique expérimentale et la manière dont il a cherché à faire ressentir aux spectateurs la perte d’audition. Elle sollicite aussi Didier Bouccara, médecin ORL spécialiste des troubles de l'audition et de l'équilibre à l’hôpital européen Georges-Pompidou. Son expertise permet de mieux appréhender les enjeux qui entourent la préservation de notre capital auditif. Capucine Rouault tend enfin son micro à Étienne (son prénom a été modifié), un musicien professionnel et Myriam, qui a travaillé pendant 27 ans dans une blanchisserie. Tous les deux gardent des séquelles de leur exposition au bruit, dans le cadre de leur travail : acouphènes, perte d'audition partielle, intolérance aux bruits, fatigue… Leur expérience du monde en est transformée. Pour Myriam, des sons aussi anodins que des rires d'enfants deviennent une douleur. Quant à Etienne, c’est son outil de travail qui a été endommagé. 


    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Cet épisode a été tourné et monté par Capucine Rouault. Charles de Cillia en a fait la réalisation. Benoît Daniel s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode. Le générique a été composé par Nicolas de Gélis. 

    Camille Bichler était en charge de la production de cet épisode, accompagnée de Marie Koyouo. La supervision éditoriale était assurée par Maureen Wilson.


    Si cet épisode vous a plu et que vous souhaitez continuer à questionner les liens entre sensorialité et émotions, nous vous recommandons également la mini-série sur les cinq sens réalisée par Brune Bottero pour Émotions. 


    La retranscription de cet épisode est disponible ici.

    Suivez Louie Media sur Instagram, Facebook, Twitter.

    Et si vous souhaitez soutenir Louie, n'hésitez pas à vous abonner au Club. Vous y trouverez des bonus, une newsletter, des masterclass, des rencontres avec l'équipe, et bien plus.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Vous rappelez-vous d’une phrase qui vous a fait sauter le pas ? D’un mot qui vous a décidé à quitter votre boulot, sortir d’une relation toxique, reprendre des études, vous réconcilier avec un·e proche ? Vous souvenez-vous de paroles qui vous ont aidées à mieux vous comprendre, à savoir où vous alliez, à vous aimer ? Si les mots nous marquent souvent parce qu’ils nous ont heurté, il est aussi des phrases qui soignent, réparent, qui ouvrent des possibles. 


    Dans le dernier épisode de cette mini-série, Thomas nous raconte une de ces phrases. Un moment lors duquel il s’est senti pleinement accepté et qui l’a aidé à se trouver. 


    A 13 ans, Thomas est “rond, dévoré par l’acné” et amoureux d’un garçon qui ne l’aime pas en retour. Après s’être essayé au piano sans succès, il s’inscrit en classe d’art dramatique. Il y découvre des ados qui lui ressemblent, qui s’émeuvent comme lui face à la lecture d’un poème de Rimbaud, qui n’ont pas honte de pleurer au théâtre. Pour l’adolescent, jusqu’alors persuadé que personne ne l'aimerait jamais, “ça change une vie, de se dire qu’on n’est pas seul”. Il sait que c’est ici qu’il doit être, que là est sa place. Plus tard, il devient à son tour professeur de théâtre et se rappelle de cette phrase, prononcée par son professeur lors de son premier cours : “ici, vous avez le droit d’exister”.


    Cet épisode d'Emotions a été tourné et monté par Jérôme Massela. Bénédicte Schmitt a composé la musique des épisodes, en a fait la réalisation et le mix. Le générique est de Valentin Fayaud. Maureen Wilson, responsable éditoriale et Marion Girard, responsable de production ont supervisé la production. Emotions est une production Louie Media, vous pouvez vous abonner sur toutes les plateformes de podcasts, nous envoyer vos histoires à [email protected] et si vous souhaitez soutenir Louie, n’hésitez pas à vous abonner au Club Louie.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • “Il n’y a que la vérité qui blesse”, paraît-il. Ce proverbe qu’on a toutes et tous entendu au moins une fois nous apprend que les seuls mots qui pourraient nous faire du mal sont ceux qui révèlent quelque chose de nous, qui mettent à jour ce qu’on ne voudrait pas voir. Alors, quand une phrase prononcée par quelqu’un qu’on aime ou quelqu’un qui a autorité sur nous nous fait mal, on ne peut s’empêcher de se dire qu’au fond, il doit y avoir du vrai.


    Dans cet épisode, Valentin, Aline et Marc nous racontent trois de ses phrases. Trois moments qui les ont figés dans une identité, condamnés à un destin auquel ils ne pourraient échapper. 


    A 13 ans, au collège, Valentin est un élève “moyen bon” mais avec de grosses difficultés en Français. Il est dyslexique et les 0 en dictée se multiplient. Il ne ménage pas ses efforts mais un jour, sa prof de 4ème prononce sa condamnation : “avec le niveau que tu as, tu ne passeras jamais en seconde”. Aline, elle, est née en 1940, elle a aujourd’hui 81 ans et se souvient encore d’une phrase dite par sa maman quand elle était enfant : “tu n’étais pas désirée”. Marc, quant à lui, vient d’une famille dans laquelle on a “pas trop le droit d’être triste”. Pourtant, son père est dépressif et plane sur lui la peur d’être frappé par la même maladie. Un jour, il rencontre Fanny avec qui il a mille choses en commun et dont il tombe follement amoureux. Leur relation est passionnelle et conflictuelle, les disputes sont nombreuses et un jour, elle lui assène cette phrase : “Marc, tu seras jamais heureux”. 


    Cet épisode d'Emotions a été tourné et monté par Jérôme Massela. Bénédicte Schmitt a composé la musique des épisodes, en a fait la réalisation et le mix. Le générique est de Valentin Fayaud. Maureen Wilson, responsable éditoriale et Marion Girard, responsable de production ont supervisé la production. Emotions est une production Louie Media, vous pouvez vous abonner sur toutes les plateformes de podcasts, nous envoyer vos histoires à [email protected] et si vous souhaitez soutenir Louie, n’hésitez pas à vous abonner au Club Louie.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Ce n’est pas pour rien que l’on parle parfois d’explosion de colère. Il est des événements, des situations, qui nous font réagir avec tant de force que l’on se sent comme exploser. Dans ces moments, on oublie presque que ceux qui nous entourent ne sont pas des objets sur lesquels on pourrait se défouler mais bien des individus que l’on blessera peut-être. On ne pense alors qu’à une chose : il faut que ça sorte. Emporté.e par l’adrénaline, on se retrouve à dire des choses qui, si elles nous font du bien, frappent l’autre aussi violemment qu’un coup au visage. 


    Dans cet épisode, Isabelle, Chloé et Philippe nous racontent trois de ces phrases. Trois moments durant lesquels il et elles ont perdu le contrôle. Leurs mots n’ont pas forcément dépassé leur pensée. Parfois, ils ont même frappé très juste. En revanche, ils ont fait mal et, en cela, ils et elles les regrettent. 


    Isabelle dont “le corps a 70 ans mais la tête est toujours enfant” se rappelle de l’ado rebelle qu’elle était lors du redoublement de sa 6ème. Elle voulait être remarquée, montrer qu'elle n'avait pas froid aux yeux. Alors un jour, alors que sa professeure de Français lui reproche son comportement, elle lui “dit merde” et refuse de s’excuser. Chloé, elle, est une jeune professeure de 25 ans et, en début de carrière, elle a encore l’impression de “jouer à la grande personne” devant ses élèves. Face à une classe de 4ème qu’elle n’arrive pas à calmer, elle lance à un de ses élèves : “j’en ai rien à faire, tu te tais”. Philippe et Lisa, quant à eux, sont amis depuis près de quarante ans. Un jour, alors qu’elle lui fait une énième remarque sur le fait qu’il ne s’intéresserait qu’à la beauté des gens qu’il rencontre, Philippe lui réplique : “si vraiment je ne m’intéressais qu’à la beauté, il y a bien longtemps qu’on se ne verrait plus”.


    Cet épisode d'Emotions a été tourné et monté par Jérôme Massela. Bénédicte Schmitt a composé la musique des épisodes, en a fait la réalisation et le mix. Le générique est de Valentin Fayaud. Maureen Wilson, responsable éditoriale et Marion Girard, responsable de production ont supervisé la production. Emotions est une production Louie Media, vous pouvez vous abonner sur toutes les plateformes de podcasts, nous envoyer vos histoires à [email protected] et si vous souhaitez soutenir Louie, n’hésitez pas à vous abonner au Club Louie.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Cette semaine dans Emotions, on a eu envie de vous partager une mini-série qui s’appelle “Les petites phrases blessantes”, d'abord diffusée dans notre podcast Fracas.


    Y a-t-il certaines petites phrases, remarques qui vont ont été lancées, l’air de rien, sans volonté de nuire mais que vous n’avez jamais oubliées ? Ou des phrases qui pouvaient sembler anodines mais qui n’étaient dites que pour blesser ? Peut-être vous est-il arrivé de prononcer l’une de ses phrases ? Une phrase qui rappelle à l’ordre, qui dit à l’autre quelle est sa place ? 


    Dans cette mini-série, on a cherché à interroger ces petites phrases, qui peuvent sembler sans conséquence, mais qui pourtant marquent celles et ceux qui les disent ou les reçoivent. Vous découvrirez, à travers 4 épisodes, 9 de ces phrases qui n’ont pas pu être oubliées. 


    Dans le premier épisode de cette mini-série, Julia et Mélisande nous racontent deux de ces phrases. Deux moments d’humiliation inoubliables.


    A 11 ans, Julia ne rêve que de se fondre dans le moule du collège et pour ça, il faut « se rendre constamment intéressant ». Alors, imitant sa mère, elle dit à une collégienne qui passe : « elle fait pute ta jupe ». Mélisande, elle, passe de la campagne à Paris à 19 ans. Dans le quartier chic dans lequel elle fait ses études, on lui rappelle qu’elle n’est pas vraiment à sa place, elle « fait plouc ». Quand elle trouve enfin un stage, elle pense que ça y est, tout ça est derrière elle. Pourtant, le jour où sa boîte décide de ne pas la reconduire, on lui annonce que « Paris ne lui correspond pas vraiment ».


    Cet épisode a été tourné et monté par Jérôme Massela. Bénédicte Schmitt a composé la musique des épisodes, en a fait la réalisation et le mix. Le générique est de Valentin Fayaud. Maureen Wilson, responsable éditoriale et Marion Girard, responsable de production ont supervisé la production. Emotions est une production Louie Media, vous pouvez vous abonner sur toutes les plateformes de podcasts, nous envoyer vos histoires à [email protected] et si vous souhaitez soutenir Louie, n’hésitez pas à vous abonner au Club Louie.



    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Les personnages de fiction et leurs histoires provoquent, chez leur public, des émotions parfois plus intenses que celles de la vie réelle. Quand une série se termine, on peut se sentir profondément démuni·es à l’idée de devoir dire adieu à la bande qui nous a accompagné·es pendant des mois. Et en sachant pertinemment que ces personnages n’existent pas dans la vraie vie, on se plaît, par exemple, à se demander desquel·les on se sent les plus proches.

     

    Pourquoi avons-nous besoin de nous projeter dans la vie d’un personnage fictif ? Pourquoi peut-on pleurer devant Bambi, alors qu’on n’arrive pas à verser une larme à l’enterrement de sa grand-mère ? 

     

    Dans cet épisode, la journaliste Manon Heugel s’interroge sur la raison pour laquelle nous ressentons des émotions devant des films, afin de comprendre pourquoi il est si important d’entrer en empathie avec les personnages de fiction. Qu’y a-t-il d’universel dans un personnage ? Peut-on guérir grâce à des films ? Les histoires sauveront-elles le monde ? Pour répondre à ces questions, elle interroge Sylvie, qui a réussi à prendre du recul sur son histoire familiale grâce aux six saisons des Sopranos. L’expertise du scénariste Romain Compingt et de la comédienne Emma Barcaroli permet de comprendre, du point de vue des créateur·ices, comment et pourquoi nous nous identifions à des personnages. Enfin, la psychologue clinicienne, Tamara Guénoun, explique quels sont les mécanismes qui font que notre cerveau a parfois besoin de moyens détournés pour faire face à ses propres expériences.


    Des modifications et des coupes ont été apportées dans cet épisode pour préciser le témoignage de Sylvie sur le sujet des violences conjugales.


    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 

     

    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Cet épisode a été tourné et monté par Manon Heugel. Charles de Cillia en a fait la réalisation. Jean-Baptiste Aubonnet a fait le mixage de cet épisode. Le générique a été composé par Nicolas de Gélis. Camille Bichler est en charge de la production d’Émotions, accompagnée de Capucine Rouault. La supervision éditoriale était assurée par Maureen Wilson.

     

    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible. 

    Suivez Louie Media sur Instagram, Facebook, Twitter.

    Et si vous souhaitez soutenir Louie, n'hésitez pas à vous abonner au Club. Vous y trouverez des bonus, une newsletter, des masterclass, des rencontres avec l'équipe, et bien plus.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Vous avez sûrement déjà prononcé cette phrase : “ça m’a brisé le cœur". Certains événements, certains moments de vie nous frappent avec une telle violence que nous avons le sentiment que nous pourrions en mourir. Un choc émotionnel peut parfois produire en nous, sans même qu’on ait pu l’anticiper, un tel séisme qu’il nous touche au cœur. Alors que nous avons pour habitude de penser que nos émotions et notre corps fonctionnent séparément, le syndrôme du coeur brisé ou tako-tsubo nous montre que le stress, l’angoisse ou la tristesse peuvent littéralement nous déformer le cœur.  


    Pourquoi et comment nos émotions peuvent-elles rejaillir sur notre corps et notre coeur ? Pourquoi l’être humain a-t-il toujours fait le lien entre le cœur et nos émotions ? A-t-on eu raison de faire de cet organe, le siège de nos sentiments ?


    Dans cet épisode d'Émotions, la journaliste Capucine Japhet se demande quel est ce surprenant syndrôme qui, après un événement traumatisant, nous donne l’impression de faire une crise cardiaque. Sabrina et Danièle nous racontent ce moment où la violence du choc émotionnel les a conduites à l’hôpital. Pour des raisons familiales ou professionnelles, elles ont senti leur coeur se briser. Pour interroger cette maladie rare et méconnue qu’est le tako-tsubo, Capucine Japhet a tendu son micro à Nicolas Mansencal, chef du service de cardiologie de l’hôpital Ambroise Paré, à Boulogne-Billancourt, et à Christine Lefin, psychologue clinicienne au service de cardiologie de l’hôpital Saint-Antoine, à Paris. Tou.te.s deux nous aident à mieux comprendre comment notre cœur peut se déformer de chagrin et nous éclairent sur l’importance qu’il y a à l’écouter et à comprendre ses limites. Nicolas Vernot, historien, nous parle quant à lui de la symbolique du cœur, de son évolution à travers les âges et de son lien à nos émotions. 


    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 


    Quelques références sur le sujet : 

    Danièle Laufer, Le Tako-tsubo, un chagrin de travail, Les Liens qui Libèrent, 2017


    Emotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Capucine Japhet a écrit et tourné cet épisode. 

    Camille Bichler était chargée de la supervision éditoriale de cet épisode, accompagnée de Capucine Rouault. Marine Quemere l’a réalisé, et Benoit Daniel s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet était au mix et c’est Nicolas de Gélis qui a composé le générique d’Émotions.

    Ce podcast est également rendu possible grâce à Mélissa Bounoua directrice des productions, Charlotte Pudlowski directrice éditoriale, Maureen Wilson responsable éditoriale et Marion Girard responsable de production. 

    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible. 


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Vous aimez les podcasts Louie Media, dites nous vos envies, vos conseils en répondant à notre questionnaire.

    ----

    Dans l’imaginaire collectif, le stress post-traumatique est un syndrome associé à des événements particulièrement violents, comme des guerres ou des attentats. On imagine aussi souvent que ses symptômes se manifestent de manière très impressionnante. Pourtant, ce trouble psychiatrique peut être causé par des événements a priori moins exceptionnels, comme un divorce ou la perte d’un emploi, et se traduire par des affections moins visibles, comme l’épuisement, le manque de concentration ou l’irritabilité. 

    Dans quelle mesure un trauma s’inscrit-il dans notre chair et se manifeste-il physiquement ? Comment le traumatisme peut-il s’inscrire et marquer profondément notre corps, alors que c’est une blessure psychique, et que tout se passe avant tout dans notre tête ? 

    Dans cet épisode, la journaliste Antonella Francini se penche d’abord sur la manière dont le traumatisme s’ancre dans le corps. Avec Fred Dewilde, rescapé de l’attentat du Bataclan, et Francis Eustache, neuroscientifique travaillant sur le programme “13 novembre” mené par le CNRS et l'INSERM, nous comprenons que le syndrome du stress-post traumatique est lié à l’expérience physique de sa propre mort. Katia Kermoal, psychologue spécialiste de la mémoire traumatique, évoque des cas plus communs, comme celui de sa patiente ayant subi un accouchement particulièrement difficile. Au-delà de la menace physique ou de mort, un stress post-traumatique peut surgir après une expérience d’impuissance et de solitude totale face à une situation. Quelle que soit l’origine du trauma, son apparition est indissociable de l’histoire personnelle. Bien souvent, un mécanisme pernicieux se met en place : celui de la minimisation, du déni et de la culpabilité, comme pour Florence, victime de violences sexuelles. Alors que faire ? Est-il possible de guérir ? Des méthodes existent, comme l’EMDR (en français, désensibilisation et retraitement par les mouvements oculaires), reconnue par l’OMS pour apaiser ce syndrome en stimulant certains sens du corps humains (la vision, l’ouïe ou encore le toucher). La journaliste Antonella Francini explore également les autres remèdes, plus personnels, qui peuvent aider à transcender ce traumatisme, comme l’art ou la parole. 


    Attention, dans les témoignages recueillis, il est question de viol et d’attentats. Ces récits peuvent être difficiles à entendre, et nous vous recommandons de les écouter dans des conditions adaptées à votre sensibilité.


    Émotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Antonella Francini a écrit et tourné cet épisode. 

    Maud Benakcha est la chargée de production d'Émotions. Camille Bichler était chargée de la supervision éditoriale de cet épisode, accompagnée de Capucine Rouault. Marine Quéméré l’a réalisé, et Ricardo Katsuya Ramírez García s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet était au mix et c’est Nicolas de Gélis qui a composé le générique d’Émotions.

    Ce podcast est également rendu possible grâce à Mélissa Bounoua directrice des productions, Charlotte Pudlowski directrice éditoriale, Maureen Wilson responsable éditoriale et Marion Girard responsable de production.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Partagez vos attentes, vos envies, vos conseils et racontez nous votre amour du podcast en répondant à notre questionnaire.


    Vos réponses nous aideront à vous proposer toujours plus de nouvelles histoires qui vous font ressentir le monde.


    Merci


    Suivez-nous sur Instagram

    Suivez-nous sur Facebook

    Suivez-nous sur Twitter

    Recevez notre newsletter hebdo





    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Insécurité, délinquance, violence, infraction, crime… Tous ces termes ont envahi le débat  public. Nous nous sommes habitués à vivre dans un monde qui peut s’avérer dangereux, et dans lequel il convient d’être toujours sur nos gardes. En tant que femmes, nous sommes nombreuses à avoir peur, dans l’espace public, la nuit, dans la rue, dans les transports... Ce sentiment de vigilance est parfois instrumentalisé par les politiques et les médias qui font souvent de l’insécurité un enjeu primordial lors des campagnes électorales. 


    Alors le sentiment d’insécurité est-il réel ou n’est-il que le résultat de nos projections et de nos fantasmes ? D’où nous vient ce sentiment d'hypervigilance ? Et est-ce réellement dans l’espace public que nous courons les plus grands dangers ? 


    Dans cet épisode d'Émotions, la journaliste Estelle Ndjandjo interroge le sentiment d’insécurité, sa réalité et son instrumentalisation politique à travers les témoignages de Sem et de Patrick. Sem, “stéréotype de la femme badass charismatique”, a longtemps eu le sentiment d’être considérée comme une proie par les hommes. Aujourd’hui elle forme des femmes à l’autodéfense au sein de l’ARCAF, l’Association d’Autodéfense et de Ressources pour le Choix et l’Autonomie des femmes, et nous parle de la façon dont elle réussit à dépasser ce sentiment d’insécurité. Patrick, lui, est un “homme noir d’1m86 pour plus de 100kg, ceinture marron de judo”. Il a très souvent l’impression que sa simple présence suscite chez certaines femmes un sentiment d’insécurité. Pourtant, en tant que personne racisée, il se sent parfois lui-même en danger. Pour interroger les raisons qui suscitent en nous l’insécurité, Estelle Ndjandjo a rencontré Nathalie George, directrice de recherche au CNRS et chercheuse à l’Institut du Cerveau, et Renée Zauberman, sociologue et co-autrice Du Sentiment D'insécurité à l'Etat Sécuritaire (2017). La première nous explique ce qui se passe dans notre cerveau lorsque nous nous sentons en danger, la seconde nous éclaire sur l’émergence et l’évolution du thème de l’insécurité dans le débat public et la sphère politico-médiatique. 


    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 


    Quelques références sur le sujet :

    L'insécurité en France, Philippe Robert, Repères, 2002

    Femmes et villes, Sylvette Denèfle, Presses universitaires François-Rabelais, 2004

    Emotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Estelle Ndjandjo a écrit et tourné cet épisode. 

    Maud Benakcha est la chargée de production d'Émotions. Camille Bichler était chargée de la supervision éditoriale de cet épisode, accompagnée de Capucine Rouault. Marine Quemere l’a réalisé, et Benoit Daniel s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet était au mix et c’est Nicolas de Gélis qui a composé le générique d’Émotions.


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Attendre un amant, un train ou les résultats d’un concours constitue bien souvent une expérience pénible, voire douloureuse. L’attente nous rend anxieux, inquiets ; elle met la vie sur pause pendant un instant ou des années et l’on espère alors qu’une chose : qu’elle s’arrête. Nos sociétés contemporaines ont rendu l’attente d’autant plus difficile que nous n’y sommes plus habitué.e.s. Entre nos achats sur internet reçus en 24h, nos mails lus dans la minute, notre accès immédiat à l’actualité, nous faisons constamment l’expérience de l’instantanéité, et l’attente n’en est que plus frustrante. 


    Alors pourquoi l’attente est-elle si difficile à vivre ? Comment la rendre plus supportable dans un monde dont la temporalité s’accélère ? Peut-on apprendre à apprivoiser les moments d’attente ? 


    Dans cet épisode d'Émotions, la journaliste Jeanne-Marie Desnos se demande pourquoi l’attente génère en nous des émotions négatives à travers les témoignages de Nina et Maxime. Nina nous raconte sa rencontre avec Thomas dont elle tombe très rapidement amoureuse alors qu’il est déjà en couple. Nina espère qu’il la quittera un jour. Elle se retrouve figée dans l’attente de pouvoir vivre pleinement avec celui qu’elle aime. Maxime, lui, se retrouve immobilisé à l’hôpital après un accident de parapente. Pendant plusieurs mois, ses journées se résument à une série d’attentes : attendre les soignant.e.s, les opérations, les nouveaux diagnostiques et, surtout, attendre de savoir s’il remarchera un jour. Pour interroger les facteurs qui facilitent ou compliquent l’attente, Jeanne-Marie Desnos a également tendu son micro à Daniel Dreuil, médecin gériatre qui a coordonné le recueil Prendre soin de l'attente, (2020) et Christophe Bouton, philosophe et auteur du livre Le Temps de l'urgence (2013). Tous deux tentent de nous aider à entrevoir les ressources internes dont nous disposons pour mieux vivre l’attente. 


    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 

    Quelques références sur le sujet :

    Accélération - Une critique sociale du temps, Hartmut Rosa, Editions la Découverte, 2010

    Aliénation et accélération, Hartmut Rosa, Editions la Découverte, 2014

    Vers une société des agendas, Jean-Pierre Boutinet, PUF, 2004


    Emotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Jeanne-Marie Desnos a écrit et tourné cet épisode. 

    Maud Benakcha est la chargée de production d'Émotions. Camille Bichler était chargée de la supervision éditoriale de cet épisode, accompagnée de Capucine Rouault. Marine Quemere l’a réalisé, et Benoit Daniel s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet était au mix et c’est Nicolas de Gélis qui a composé le générique d’Émotions.


    Ce podcast est également rendu possible grâce à Mélissa Bounoua directrice des productions, Charlotte Pudlowski directrice éditoriale, Maureen Wilson responsable éditoriale et Marion Girard responsable de production. 

    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible. 


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Le confinement nous a permis de ressentir ce que signifiait perdre sa liberté. Si cette expérience peut sembler dérisoire en comparaison de celles et ceux qui vivent emprisonnés, elle révèle cependant une chose : c’est parfois en étant privé de liberté que nous nous rendons compte de sa valeur. Trop habitué.e.s à ce que nous considérons comme acquis, il est parfois nécessaire de s’éloigner ou de perdre ce que nous avons, pour enfin être capable de faire l’expérience de la liberté. 


    Alors, pourquoi est-ce difficile de construire notre propre définition de la liberté ? Pourquoi s’agit-il parfois d’un combat contre nos acquis, contre nous-même ? Pourquoi notre quête individuelle de liberté peut-elle nous paraître si difficile et douloureuse à mener ? 


    Dans cet épisode d’Émotions, la journaliste Justine Rodier s’interroge sur ce qui nous fait nous sentir libres. Pour questionner les mécanismes et les paradoxes de ce sentiment, elle s’appuie sur les Mémoires d’une jeune fille rangée de Simone de Beauvoir et sur deux témoignages : celui de Redwane, qui a passé six années de sa vie en prison et celui de Mélanie, qui, après un licenciement, a décidé de pratiquer le voyage en solo. 


    Tous deux nous parlent de la manière dont ils ont réussi à s’extraire de leur quotidien dont ils se sentaient prisonniers : le “métro-boulot-dodo” pour Mélanie, la monotonie et la violence de la prison pour Redwane. Pour analyser cette notion trop souvent mal comprise qu’est la liberté, Justine Rodier a interrogé Aurore Malet-Karas, neuroscientifique, et Pierre-Jean Memmi, professeur de philosophie qui a également enseigné en prison. Ils analysent conjointement les difficultés rencontrées pour se sentir libre et ce paradoxe : avoir trop de choix peut, plutôt que de nous rendre libres, nous angoisser et nous paralyser. Plutôt que de parler d’une liberté difficile à circonscrire, peut-être faudrait-il alors parler de libération, un processus lent, qui ne s’achève jamais vraiment. 


    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 


    Quelques références sur le sujet :


    La liberté intérieure, Claude Romano, Editions Hermann, 2020

    L'existentialisme est un humanisme, Jean-Paul Sartre, Gallimard, 1996


    Emotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Justine Rodier a écrit et tourné cet épisode. 

    Maud Benakcha est la chargée de production d'Émotions. Camille Bichler était en charge de la supervision éditoriale de cet épisode, accompagnée de Capucine Rouault. Charles de Cillia l’a réalisé, et Benoit Daniel s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet était au mix et c’est Nicolas de Gélis qui a composé le générique d’Émotions.

    Ce podcast est également rendu possible grâce à Mélissa Bounoua directrice des productions, Charlotte Pudlowski directrice éditoriale, Maureen Wilson responsable éditoriale et Marion Girard responsable de production. 

    La retranscription de cet épisode est bientôt disponible. 



    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.

  • Nous sommes parfois incapables de trouver les mots pour dire ce que l’on ressent, ce que l’on pense, ce qui se passe en nous. Dans ces moments, c’est le corps qui peut prendre le relai : on sautille, on rougit, on crie, on pleure... Plus encore que les mots, il exprime alors des émotions indicibles, dont on n’a pas encore pleinement conscience : il parle avant que l’on comprenne. 


    Mais alors, comment nos corps expriment-ils nos émotions ? Le langage corporel est-il universel, compris et exprimé de la même manière par tous.tes ? 


    Dans cet épisode d'Émotions, la journaliste Pauline Verduzier interroge l’ambiguïté du langage du corps à travers les témoignages de deux danseuses : Juliette Dragon, fondatrice de l’Ecole des filles de joie, qui forme à l’effeuillage, et Fanny Fournié, ancienne grande timide qui enseigne aujourd’hui à exprimer ses émotions par la danse. Toutes deux nous parlent du pouvoir de “raconter des histoires avec le corps”, de la possibilité de “dire les émotions autrement qu’avec le son, la voix et la communication orale”. Et pour analyser cet outil de communication complexe qu’est le corps, Pauline Verduzier a interrogé l’anthropologue et sociologue David Le Breton, auteur d’Anthropologie des émotions, paru en septembre 2021. Il analyse ici comment nos sociétés façonnent nos corps et nos émotions. Loin d’être universelles, il existe des émotions qui sont incompréhensibles, intraduisibles d’une culture à une autre. 


    Un épisode que vous pouvez écouter seul·e ou en famille. 


    Quelques références sur le sujet :


    Un corps à soi, Camille Froidevaux-Metterie, Seuil, 2021

    Histoire du visage, Jean-Jacques Courtine, Claudine Haroche, Payot, 2007

    Histoire du corps, Alain Corbin, Jean-Jacques Courtine, Georges Vigarello, Seuil, 2005


    Si vous avez aimé écouter cet épisode, nous vous recommandons également cette mini-série sur les cinq sens qui nous en dit plus sur notre façon de ressentir physiquement le monde.


    Emotions est un podcast de Louie Media présenté par Brune Bottero. Pauline Verduzier a écrit et tourné cet épisode. La réalisation et la composition musicale sont de Charles de Cilla. 


    Maud Benakcha est la chargée de production d'Émotions, assistée de Agathe Le Taillandier. Camille Bichler était en charge de la supervision éditoriale de cet épisode, accompagnée de Capucine Rouault et de Lucile Rousseau-Garcia. Charles de Cillia l’a réalisé, et Benoit Daniel s’est occupé de la prise de son. Jean-Baptiste Aubonnet était au mix et c’est Nicolas de Gélis qui a composé le générique d’Émotions.


    Ce podcast est également rendu possible grâce à Maureen Wilson responsable éditoriale, Anaïs Dupuis responsable de production, Mélissa Bounoua directrice des productions et Charlotte Pudlowski directrice éditoriale. 


    Voir Acast.com/privacy pour les informations sur la vie privée et l'opt-out.